Des chiffres et des lettres

Comment interpréter l’actuelle obsession des chiffres alors qu’il s’agit d’évoquer le monde des livres ?Des chiffres pour parler du nombre de publications, des chiffres encore pour s’offusquer de ce que les prix pratiqués n’aient aucun rapport convenable avec ceux indiqués en Euros.

Mais bon sang, les gardiens du pouvoir d’achat qui nous encouragent jour après jour à consommer à l’étranger sont-ils embarrassés de gagner bien plus que leurs voisins européens ? Les détracteurs de la vie chère ont-ils réfléchi aux conséquences de leurs encouragements ? http://www.tsr.ch/info/suisse/3277050-achats-a-l-etranger-les-bons-plans.html

Et d’où tiennent-ils que les acteurs du marché du livre sont seuls à vendre à des prix différents de ceux pratiqués chez nos voisins ? Savent-ils que les libraires, à défendre des vitrines, des lieux d’ouverture, des occasions de rayonner vers tant de mondes, ont un mérite tout simplement immense ? Les ont-ils vus s’enrichir de manière éhontée? Se rendent-ils compte que sur un marché représentant plusieurs centaines de milliers de références, pouvoir en obtenir une certaine proportion du jour au lendemain est une chance extraordinaire, qu’on la doit à un grand savoir-faire mais que ce service a aussi, et cela forcément, un prix ?

A choisir, découvrir, rechercher, conseiller, engager tant d’argent  pour mettre à notre disposition un assortiment de livres, les libraires apportent à leur quartier, ville ou région une animation inestimable. Les librairies représentent autant de traits d’union vers d’autres mondes, d’occasions de démultiplier les possibles, de nourrir des rêves, d’inviter à la curiosité.

Alors, si l’on souhaite pouvoir disposer à long terme du  privilège de les fréquenter, d’urgence, réfléchissons !

Carine Sauvé Darbellay