Lettre ouverte à Michel Rothen, président du PDCVR

Par Mathieu Fardel (Député-suppléant PLR et Conseiller général, Sion).
Au soir du 23 octobre, une fois le résultat des élections fédérales connu pour notre canton, vous déclariez à la télévision que le Conseil National n’est pas une cour d’école, allusion à peine voilée à l’élection d’un jeune de 24 ans, prenant un siège à votre parti. J’ai été très surpris que vous puissiez critiquer un élu du peuple, peu après son élection, uniquement du fait de son âge ! Alors que plus de 60 jeunes valaisans se sont engagés en se portant candidat lors de ces élections, alors que les 4 principaux partis du Valais romand voyaient des jeunes arriver en 2ème position sur leur liste, alors qu’on se plaint du taux de participation des 18-35 ans à cette élection, critiquer un élu uniquement sur son âge est grotesque ! En effet, comment voulez-vous encourager des jeunes à participer à la vie politique si une fois l’un d’eux élu, il est critiqué à cause de son âge ? Ce jugement surprend d’autant plus qu’il vient d’un enseignant, travaillant tous les jours au contact de notre jeunesse.
Dans notre pays, des jeunes s’investissent chaque jour dans la vie politique ou associative ou dans le monde professionnel. Votre remarque est un manque de respect à toutes ces personnes qui contribuent aussi au bon fonctionnement de notre société. Non, les jeunes ne pensent pas qu’à sortir et faire la fête !
Les élus ne représentent pas uniquement des idées partisanes, mais aussi des idées découlant de leur cadre de vie. Et je suis heureux de voir quelqu’un de 24 ans pouvant défendre la jeunesse de notre pays au parlement national, jeunesse largement sous-représentée au sein de cette assemblée. Votre parti a aussi vu un jeune, sans expérience parlementaire, être élu le 23 octobre. De mon côté, je me réjouis qu’un père de 2 jeunes enfants, concerné par les problématiques de cette catégorie de la population, dont je fais partie, puisse les relayer au parlement fédéral, indépendamment de son parti politique.
J’espère que cette tirade n’a été prononcée que sur le coup de la défaite et qu’elle en représente pas l’aveu d’un mauvais perdant après des élections démocratiques et que vous vous excuserez auprès de la jeunesse de notre canton, en particulier celle qui s’est déplacée aux urnes le 23 octobre.

Photo: fotolia 

Commentaires : 9

  1. Très bonne lettre ouverte. Pourquoi Malvine, Monsieur Rothen, pour ne citer qu’un exemple ? Comme tous les partis qui ont été fortement majoritaires durant longtemps, le PDC ne sait plus convaincre ni faire campagne.

    Attendons le 15 novembre por connaître la réponse de Tornay concernant le RSV. Il y aura ensuite des questions à poser, dans des lettres ouvertes par exemple.

  2. Comme c’est curieux! Le peuple valaisan semble placer plus d’attente sur la tête d’un gamin de 24 ans que sur les notables quinquagénaires absents des rangs du parlement la moitié du temps.
    Après chaque cession, je suis un peu moins lourd parce que la canaille libérale-radicale, alliée au PDC, m’a taillé un bout de gras pour le jeter aux fauves (assureurs, importateurs, opérateurs téléphoniques, vendeurs par téléphone, pharmaciens, fabricants d’abris antiatomiques, banques…). Marre de la promiscuité entre lobbies et politiciens expérimentés!
    N’ayez pas peur! Le gamin risque seulement d’ouvrir les fenêtres pour donner un peu d’air. Les ouvriers n’ont pas le droit de vote en Suisse, ils sont portugais. Ils n’existent pas pour le PDC.
    Le notable n’a pas recherché un appartement à louer depuis 30 ans. Il cautionne sa fille ou son fils et ignore tout des entreprises de cautionnement voyous. Le notable est incapable de citer le salaire médian valaisan. Le notable roule en limousine, c’est pour ça que nos routes sont défoncées. Le notable ne craint pas les factures du dentiste. Le notable tolère l’incurie dans la justice, le service auto, les prisons, le registre foncier de Sion…
    Et vous pensez que l’entrain de ce jeune pourrait casser de la porcelaine? Obama, Mathias Reynard même combat!
    Belle journée.

  3. En entendant l’enseignant de 6è primaire le soir du 23 octobre, je n’ai pour ma part pas été surprise. Juste envie de lui dire combien sa suffisance a des limites. Ce propos a permis d’ajouter une nouvelle pierre à ce côté mystificateur qu’affectionne l’enseignant et l’individu. Pourtant, plus d’ironie possible ce soir là, l’homme ne joue plus la carte de l’humour qui lui permet régulièrement d’esquiver et de ne pas répondre aux questions. Les résultats sont tombés incontestables : le PDCVr laisse encore tomber quelques plumes. Ce poste de président de parti permet de mieux encore dessiner les contours du personnage. Avec lui, toujours pas d’ouverture du PDC Vr vers les femmes. Avec lui, un autre volet du PDCVr demeure: les élections sont réservées à ceux qui sont déjà en place!
    Il attaque ce soir du 23 octobre non seulement un jeune et la jeunesse comme le relève très bien M. Fardel, mais aussi un collègue de travail à 24 ans prof de CO!(Les enseignants des cycles d’orientation les considèrent-ils comme ses collègues ?)
    Mais pourquoi donc a-t-on donné le droit vote aux jeunes de 18 ans? Pour élire et ne pas être élu? Voilà bien l’esprit du PDC Vr. La politique montre ses limites quand elle n’est que copinage.
    Puissent les femmes et les hommes qui acceptent d’être dans un parti ouvrir le Valais et permettre aux jeunes diplômés de trouver un emploi dans le canton afin qu’ils puissent aussi faire de la politique et être…..élu pour que la roue simplement tourne!

  4. Je tiens à préciser d’emblée que je n’appartiens à aucun parti politique. Mais je me dois de relever l’incohérence du propos et de certains commentaires. M. Rothen n’a attaqué ni un jeune, ni la jeunesse. Penser le contraire relèverait du l’interprétation personnelle d’un propos tenu le 23 octobre par le président du PDC. Si M. Rothen considère, de manière imagée certes, que Mathias Reynard est trop jeune pour siéger au Conseil National, c’est son droit. Je ne partage pas cet avis, mais je trouve exagéré de poster une lettre ouverte pour ce motif. Peut-être que des élus locaux du PLR ressentent un plaisir dissimulé à voir un parti rival perdre des plumes. Je ne suis moi-même pas mécontent de cette redistribution politique. Mais se perdre en tergiversations en commentant une réplique parmi tant d’autres, en exigeant des « excuses » de la part de la personne qui l’a prononcée, c’est tout simplement montrer son incapacité à penser l’avenir. Je déteste cette façon de faire de la politique, de faire du commentaire de phrases à tout va, et j’espère que cet article restera ce qu’il doit être, un simple pet dans l’eau. A vos flatulences!

  5. Oui oui…tous ces élus enseignants relevant donc de la même corporation coincidence me direz-vous?? j’en doute!!
    Quand au débat jeune vieux je le trouve stérile comme le débat homme femme pour moi rien ne vaut la compétence..mais là je coure vers l’utopie…comme beaucoup de mes concitoyens électeurs.

  6. @Libre Penseur

    Si je ne pense pas que cette lettre révolutionnera la république, j’espère qu’elle sera un peu plus qu’un pet dans l’eau. Plusieurs personnes ont relevé les propos de M. Rothen et les ont compris comme moi.

    Non, je n’ai pas de plaisir à voir le PDC diminuer au niveau fédéral, c’est l’un des partis dont je suis le plus proche idéologiquement. Mais par contre, j’ai eu du plaisir à voir un jeune de 24 ans élu, même si je suis idéologiquement très éloigné de lui. Les élus ne représente pas uniquement un parti, mais aussi (entre autres) leur tranche d’âge Et les 18-35 ans ne sont pas sur-représentés au Conseil National!

    • Encore une fois, vous faites fausse route à mon avis. Que nous importe que plusieurs personnes aient compris les propos de M. Rothen comme vous? C’est de l’interprétation. Et, pour me répéter, c’est son droit de penser cela. Et les élus ne représentent pas forcément une tranche d’âge. De nombreux élus plus âgés ont toujours été à l’écoute des jeunes, tous partis confondus… Je suis opposé à tout « police de la pensée » et à toute « hiérarchisation de la politique » (de quel droit et au nom de qui suggérez-vous des excuses?), et c’est pourquoi je réagis à votre lettre ouverte. Bien des jeunes de ce canton, appartenant à la tranche d’âge que vous définissez arbitrairement, partagent l’avis de M. Rothen. Faudra-t-il donc que vous vous excusiez auprès d’eux? Bref, restons-en là, et je suis sûr que vous tiendrez compte du conseil d’un humble citoyen à l’avenir. C’est peut-être une erreur de jeunesse que l’on vous pardonnera volontiers 😉

Commentaires fermés