Tintin en 3D vu par Bernard Rappaz

(Par Bernard Rappaz)

En ce 19 novembre, je profite d’un congé pour accompagner ma fille et déguster ce Tintin de Spielberg qui en promet bien d’autres …

Triple joie en vue, dont celle de partager ce moment avec ma fille, de découvrir la 3D avec ces lunettes et de me replonger dans l’univers fantastique de Hergé.

Tous deux, nous avons beaucoup apprécié. De nos jours Hergé pourrait s’adapter et passer de 7 à 77 ans à 5 à 100 ans !

A ma surprise, contrairement au passé, on doit prendre patience dans une longue file … mon intuition serait de passer devant, car le film commence dans 5 minutes. Mais à la vue des yeux revolver de ma progéniture, je m’oblige à la queue …

Ouf, nous voilà installés et le spectacle commence. Ces lunettes, drôles d’impression, on s’y habitue vite et le jeu en vaut la chandelle. Oui, cela en vaut la peine !

Avec ce secret de la Licorne, je m’y retrouve. L’aventure est soutenue et continue. Tintin, c’est la spontanéité et l’explosion de l’instant. Pas de temps pour la réflexion, il fonce ça passe ou ça casse et finalement sa foi triomphe toujours ! Hergé, c’est la précision. Quand il dessine, il respecte la réalité jusque dans les moindres détails. Grand visionnaire, il n’invente pas, il décrit une vérité. D’où son prodigieux succès ! Tintin ne vieillit pas, il demeure d’actualité. On est cloué au sol, hors du temps. On retient son souffle et le voyage se poursuit.

Tout à coup, on se lève, à moitié K.O., l’esprit vagabond et l’on marche, tel des somnambules, vers la sortie …