Canines, c’est Oskar Freysinger

canines1Slobodan Despot, l'éditeur de "Canines", répond à L'1dex, à la suite de la révélation du fait que Oskar Freysinger est l'auteur du livre qui a relancé l'affaire Luca Mongelli.

Monsieur Nicola Mongelli a révélé hier soir à la RTS que Oskar Freysinger était l'auteur de Canines. Pourquoi, Monsieur Slobodan Despot, avoir publié ce livre ?

L'intérêt d'un ouvrage comme CANINES était évident, tant du point de vue littéraire que du point de vue humain et politique. En retraçant, jusque dans les détails, l'enquête parallèle sur le drame de Luca que le système avait voulu ignorer, il a largement contribué à réveiller cette enquête dormante. Si l'on a fini par voir des progrès lents et pénibles vers la vérité dans cette affaire, c'est aussi grâce à ce roman. A son échelle, c'est une "Case de l'Oncle Tom" ou un "Pull-over rouge". Une œuvre d'art qui frappe les esprits et qui les fait évoluer. Je ne suis pas peu fier d'avoir publié ce livre !

Pourquoi l'anonymat ?

Janus est un Dieu romain à deux visages. Le Janus qui signe CANINES en a encore davantage. Il est très délicat d'attribuer une paternité unique à ce qui est essentiellement le produit d'un mouvement et d'un esprit collectif. L'idée de CANINES est née spontanément dans un cercle de gens très divers, mais unis par une même révolte vis-à-vis du traitement subi par Luca Mongelli. Oskar a transformé en récit cette intention, puis nous l'avons retravaillé jusqu'à obtenir un "anti-polar" à la fois captivant, humain et crédible sur le plan documentaire. De plus, une signature comme celle d'Oskar Freysinger eût inévitablement suscité des conjectures politicardes et détourné le débat de son objet, conformément au proverbe qui veut que les fous, lorsqu'on leur montre la Lune du doigt, contemplent le doigt. De même qu'Oskar n'eût sans doute jamais obtenu le prix Rilke de poésie avec un poème signé de son nom, de même était-il nécessaire de masquer le ou les émetteurs pour donner toute sa force au message.

Quelle est la prochaine pochette-surprise du couple d'artificiers formé par Oskar Freysinger et par Slobodan Despot ?

Malgré cette révélation partielle, nul ne sait qui est Janus, à quoi il pense, ni où il frappe. Ce qui l'intéresse en particulier, ce sont les dessous obscurs et inavoués des grandes "affaires" que les médias aiment à résumer de manière unilatérale et parfois simpliste. Ce sont aussi les drames humains aggravés par l'injustice, l'hypocrisie et le conformise. La Suisse "première-de-classe" et le Valais "bourru-mais-franc" en regorgent, n'y a qu'à puiser. Voyez la banque, les cartels, l'immobilier... Que de tragédies humaines sous ces dehors lisses et procéduriers ! Janus se manifestera bientôt, et bien entendu là où on ne l'attend pas.

 

Post Scriptum de L'1dex : Le Blick, à sa douce habitude, fait dans le sensationnel : http://www.blick.ch/news/schweiz/oskar-freysinger-attackiert-walliser-ermittler-id2327987.html.

 

Commentaires : 4

  1. Décidément, cet OF est partout…. Je me demande si ce ne est pas lui qui va affronter Nadal en finale de Roland-Garros dimanche

  2. Il grille quand même sacrément vite ses cartouches (en même temps, qui doutait réellement que Janus = Oskar ?), si après 1 mois de législature il en est déjà réduit à révéler ce genre de choses, il aura de la peine à inventer de nouveau buzz. A ce rythme il va pas tenir une année…

Commentaires fermés