Vive la Pravda du Valais !

Footeux priant(Par NARCISSE PRAZ)

Mieux qu'André Luisier !

Dans son numéro du 3 septembre 2014 La Pravda du Valais nouvelle mouture sous l'égide de deux nouveaux rédacteurs en chef salués avant leur entrée en fonction comme les novateurs probables qui allaient faire enfin faire passer La Pravda du Valais du 19ème au 21éme siécle, le miracle vient de s'accomplir. Et cela sous la forme la plus inattendue. Deux pleines pages richement illustrées de photos dignes de l'ère stalinienne célébrant la gloire et les mérites du Petit Père des Peuples. Sous le titre général de "Grand angle" en lettres rouges, avec des titres en lettres grasses et épaisses en lettres aussi noires que mon Ãme damnée, proclament haut et fort que "Entre football et religion leur foi balance" !

Il s'agit, vous l'avez deviné de ces intellectuels du pied exerçant la profession de footballeurs et qui, au fur et à mesure de leurs exhibitions, multiplient signes de croix sur leur poitrine, sur leurs lèvres et s'agenouillent pour remercier Dieu de chacun de leurs exploits. Deux photos nous montrent l'un de ces intellos du pied en extase intérieure, bras écartés, yeux clos sur sa folie mystique personnelle et un autre à  genoux, le nez dans ses évangiles avec, en arrière plan, une croix dominant un autel. Bravo ! André Luisier n'aurait jamais osé ça ! Les nouveaux maîtres de La Pravda l'ont fait !

Et l'on passe sur les observations de l'ineffable deux fois ex-évêque raté François-Xavier Amherdt, grand copain de l'ex rédactrice du Matin. Quelque chose nous dit qu'il n'a pas fini de nous "amherdter", celui-là , avec la nouvelle rédaction de La Pravda du Valais.

Camarades staliniens du Football érigé au rang de Religion, auriez-vous déjà  oublié que selon votre propre sondage auprès de vos lecteurs 53% d'entre eux contre 44% ont déclaré que l'Etat ne doit plus financer l'Eglise ? Autant dire que ces 53% de vos lecteurs se recrutent parmi les Valaisans qui ne pratiquent plus aucune religion et, pour beaucoup d'entre eux, se foutent du foot comme de leur premier caleçon !

Et c'est à ces 53% de vos lecteurs-lä  que vous infligez votre indigente célébration de l'alliance du Football et de la Religion ? Merci. Grand merci à La Pravda du Valais !

Mais comment s'en débarrasser ? Comment vivre en Valais sans ses pages d'Avis mortuaires ?

Football et religion sont les deux mamelles de La Pravda du Valais. Mais sûrement pas de l'immense majorité de la population de ce canton, sa part évoluée et lucide !

Quelque chose nous dit que dans l'art de ridiculiser les habitants de ce canton La Pravda du Valais n'a pas dit son dernier mot. Tant s'en faut. Hélas, hélas, hélas !

André Luisier, reviens ! C'était moins pire de ton temps !

 

Commentaires : 20

  1. Merci Narcisse. Ton billet m’a fait beaucoup rire, par sa verve et son ironie.

    Quand à l’article du Nouvelliste, je l’ai trouvé bizarre, voyeur, intolérant. Ces immigrés du sport devraient pouvoir adorer qui ils veulent, en privé, et être libre de faire ramadan, tant qu’ils pratiquent leur sport avec brio et application.

  2. RIDICULE !!!
    Comme d’habitude NP arrange les faits à sa façon afin qu’ils collent à son idéologie obsessionnelle.
    Les 53 % qui se sont exprimés contre le financement de l’église (au travers d’un sondage manipulable et qui n’est pas établi de manière scientifique) ne sont pas forcément des personnes qui ont rejeté toute forme de spiritualité.
    D’autre part, pourquoi faudrait il forcément censurer un phénomène qui aurait tendance à augmenter et qui se manifeste notamment au sein du FC Sion ?
    Si NP était rédacteur en chef, il ferait certainement un bon petit dictateur en imposant sa vision. Et la le surnom de Pravda prendrait tout son sens!!

    • Wings continue de wingser. Tout ce qu’il sait faire, apparemment, c’est émettre des opinions sur les opinions d’autrui. Mais quand verra-t-on sur l’1dex ou ailleurs un article sorti du cerveau de Wings? Un vrai article reflet d’une pensée personnelle? On meurt d’impatience…En attendant on se contentera de ses opinions sur les opinions d’autrui sous formes de « Brèves de comptoirs de bistrot ».

      • Ah! NP me réponds alors qu’il avait juré que ça n’en valait pas/plus la peine 😉
        Mon commentaire est plus qu’une simple opinion. C’est une réponse démontrant qu’une partie de vos arguments sont erronés…

      • Cher NP,
        Malheureusement, j’y renonce; ça risquerait de faire désordre dans le paysage de l’1Dex.
        Et je laisse ce plaisir a ceux qui en sont vraiment capables 😉

  3. Un seul remède: le consommateur est roi, c’est bien connu.
    Dès lors, pourquoi financer et alimenter encore ce Poubelliste?
    Moi, ça fait belle lurette que je ne l’achète plus.

  4. Je ne discute pas ici le fond de l’article de M. Praz. Chacun est libre de critiquer les choix et les positions de n’importe quel média. La liberté d’expression, c’est aussi cela. Elle est nécessaire, il faut la défendre, même si on ne partage pas forcément ni l’opinion du critiqué ni celle du critiquant.
    Non, une fois de plus je m’interroge sur le choix de l’image illustrant l’article. Elle montre manifestement des musulmans en prière sur un terrain de foot. Or, le texte de l’article vise uniquement des chrétiens footballeurs et croyants. Ma question est la suivante. Je l’adresse non seulement aux rédacteurs de l’1Dex, mais à tout un chacun. Que signifie, comment faut-il interpréter ce qu’il faut bien appeler une incohérence entre texte et image? Est-elle le fruit d’une intention délibérée? Laquelle? Sinon, si le choix est fruit du hasard ou de la paresse, qu’Est-ce que cela dit de la qualité intellectuelle des rédacteurs ou metteurs en page? Pour n’être pas « pravdiens », sont-ils meilleurs informateurs pour autant?

    • Peut-être faudra-t-il un jour écrire un article sur la politique de L’1Dex dans le champ du choix des images.

      En l’état, je dirai ceci : L’1Dex veut provoquer la pensée et la réflexion. L’image me semble-t-il peut vouloir inciter le lecteur à s’interroger sur la similitude des positions de deux footballeurs, le musulman et le chrétien.

      Monsieur Michel Salamolard, vous avez lu L’1Dex depuis si longtemps que vous avez compris que l’image est souvent en décalage, parfois même déjanté, avec le sujet, tout en pouvant y être rattaché par un aspect tenu ou même incongru. Certains lecteurs apprécient ce décalage qui peut provoquer la pensée chez certains.

      Vouloir trouver une adéquation immédiate entre l’image et le texte du sujet de l’article n’est pas la meilleure manière de comprendre le lien.

      J’ai donc le regret de vous dire qu’en l’espèce, contrairement à votre précédente intervention, je ne vais pas introduire une autre image, celle-ci me paraissant assez appropriée.

      Bonne journée.

      • Vous répondez parfaitement à ma question, M. Riand, et je vous en remercie. Le choix de cette image procéderait donc d’une intention, plus ou moins claire, à savoir « inciter le lecteur à s’interroger sur la similitude des positions de deux footballeurs, le musulman et le chrétien ». Libre à chacun, évidemment, de penser que similitude il y a. Vous avouerez peut-être tout de même que, dans le contexte politique actuel, notamment au Moyen-Orient, mais pas seulement, cette notion de similitude résonne étrangement. Mais je vous accorde volontiers que la similitude, dans votre esprit, s’arrête peut-être à un point commun qui serait la foi et la prière… Admettons et voyons votre image sous cet angle. (Mais je vous incite tout de même à poursuivre votre réflexion, notamment quand il s’agit de sujets sensibles et brûlants, sur le rôle de l’image, sur son impact, sur sa capacité d’orienter ou de transformer le sens d’un texte. J’ai compris que vous avez d’autres chats à… fouetter, mais celui-ci mériterait peut-être d’être quelque apprivoisé.)

        • Votre commentaire sera lu à la prochaine assemblée générale des rédacteurs de L’1Dex pour rendre attentifs les uns et les autres à cette problématique qui me paraît être subjectivement assez bien maîtrisée.

          Mais dès l’instant où la religion est touchée, il apparaît que les sensibilités soient plus encore à fleur de peau. Certains journaux satiriques français l’ont appris à leurs dépens.

          Cela dit, votre critique mérite aussi que l’on s’interroge sur l’amalgame qui est fait dans l’esprit de tous ces croyants (croyants en la chose footballistique s’entend !) entre foot et religion. J’attends avec impatience votre tribune de libre opinion à paraître dans Le Nouvelliste (celui-ci est fort chatouilleux, m’a-t-on dit, sur le fait de disposer avant L’1Dex de certaines informations, je vais donc vous laisser publier votre réaction dans ce journal à ce sujet et je ne manquerai pas ensuite – M. Fragnière, j’ai bien écrit « ensuite » -, si vous le désirez, de la publier une nouvelle fois à L’1Dex.

          Cela s’appelle « transfert rédactionnel », doux moment de paresse du soussigné.

          Bonne fin de semaine.

          • Merci, M. Riand, de saisir votre assemblée de cette question! Je crois que c’est dans l’intérêt de la crédibilité de votre « combat ». Je suis conscient aussi que la cohérence et la tension entre image et texte est un problème difficile, sans solution parfaite, notamment à cause des lectures divergents de l’image qui peuvent être faites par le lecteur. La meilleure solution, à mon avis, à ce problème est jusqu’ici la règle de légender les images. Pas d’image sans légende. Ainsi, on a des chances d’éviter des lectures aberrantes ou malveillantes. Légender une image sur un site tel que le vôtre, est-ce possible techniquement? À vous de voir.
            Cela ne représenterait-il pas un trop grand investissement en temps, en recherche? Dans un premier temps, je crois que oui. Mais très rapidement les rédacteurs ou metteurs en page apprendraient leur art et s’épargneraient les difficultés du début.
            Petit à petit, ils s’apercevraient même, avec bonheur, qu’en jouant de façon cohérente et fine sur l’articulation entre image et texte, ils gagneraient en « force de frappe », ce qu’ils perdent maintenant occasionnellement (Ma critique de l’outil image dans l’1Dex n’est pas générale ni systématique, souvent cela se passe bien, mais il y a des virages à ne pas manquer.)

        • Quest-ce qui nous prouve que ce sont bien des musulmans ? Ils ne sont pas tous orientés dans la même direction. J’ai plutôt l’impression qu’ils cherchent la lentille de contact qu’un coéquipier semble avoir malencontreusement perdue ! Autant de regards, autant d’avis. (Lol)

  5. S’il y a quelque chose qui dérange au NF, ça n’est pas tant les articles sur la foi des footballeurs que le fait d’avoir conservé ces peusdos sondages online qui ne représentent scientifiquement rien…

  6. Belles réflexions!
    Mais personne ne semble s’étonner de voir la religion chrétienne ravalée au rang de d’instrument propitiatoire et l’eau bénite au rang d’amulette protectrice ! Apparemment ça ne choque personne et la messe semble bien être dite! Donc amen?

  7. Ne surinterprétez-vous pas un peu l’exercice dit du « papillon » qui, seul, permet de relâcher le muscle ilio-costal et les nerfs afférents ?

    Comme le bâillement est le seul mouvement connu permettant d’étirer vos cordes vocales.

    Après … Des similitudes entre un imam et un coach sportif ? Probablement.

  8. Pour ma part cette photo me paraît tout à fait instructive, et bien placée. J’y vois que – si ce sont des musulmans – ces personnes n’ont pas perdu leur culture religieuse, eh oui la religion fait partie de la culture qu’on le veuille ou non. Nos édifices religieux, notre langage (expressions spontanées), tout notre univers, notre inconscient est baigné aussi par la religion. Que l’on soit athée et apprécie guère le football, ne nécessite pas que chaque photo soit légendée. Bien sûr pour les lecteurs du NF c’est indispensable, et en caractère gras, avec titres rouges car qu’y a-t-il à part des photos, et que seraient-elles sans légende dans un quotidien de ce (ca)niveau.

Commentaires fermés