IVV : Paul Vetter ou la liberté de parole

Paul-PortraitDepuis de longs mois, Paul Vetter, journaliste spécialisé en vitiviniculture, offre sur Facebook de sublimes photographies animalières. Le résultat d’une observation empreinte de patience qui témoigne de la richesse rencontrée lors de ses promenades, principalement à travers le coteau. Parallèlement, sa plume avertie semblait bien absente.

Plus encline à m’attarder sur ses articles pertinents et courageux en matière de vins, j’avoue avoir mis un certain temps avant de réagir. Que se passait-il donc pour que le mur de mon réseau social s’enrichisse de clichés d’une telle beauté. L’homme avait-il déserté les caves, tourné le dos à ce qui fut son quotidien pendant des décennies ?

Une visite, effectuée ces jours derniers sur son blog, m’a donné l’explication de cette période de silence.
Tout simplement, les pressions incessantes de l’Interprofession de la vigne et du vin (IVV) avaient lassé ce défenseur émérite de la branche vitivinicole.

Se refusant à courber l’échine face à des réactions démesurées et injustifiées, Paul Vetter préférait démissionner de son poste à Canal 9. Ce faisant il recouvrait sa liberté de parole pleine et entière et s’éloignait de basses mesquineries.

Il est vrai que ce dernier s’était particulièrement exposé dans le combat opposant l’IVV à l’Etat lors de la révision de l’Ordonnance sur la vigne et le vin.
Une révision qui, du côté de l’Etat, se voulait une dynamique pour renforcer l’AOC et la qualité des vins du Valais. Alors que, en résumé, L’IVV dans une vision plus économique visait à un affaiblissement de l’AOC.

On nous parlait, dès lors, de moût concentré rectifié dans les vins d’appellation, de copeaux de bois, de cépages améliorateurs, autant d’artifices qui ne devraient absolument pas concerner les crus haut de gamme.

Et qui, bien sûr, ne déclenchait pas l’enthousiasme de Paul Vetter. Combien on le comprend, nous tous qui après les lamentables affaires viticoles Giroud, espérions, enfin, que l’IVV se prononce clairement en faveur d’un renforcement de l’AOC. Seule option, à mon avis, pour redonner confiance aux consommateurs et valoriser le travail du vigneron.
J’avoue qu’à ce moment de la guerre entre l’Etat et l’IVV, j’ai tourné le dos à ce qui fut ma passion pendant un quart de siècle.

Pour moi, comme le déclare Chirstian Broccard, premier président de l’IVV à sa création, l’Interprofession était devenu un « machin » très éloigné de la base peu en phase avec la réalité du marché.
« En discutant avec les collègues, du côté des vignerons, expliquait Christian Broccard sur le blog de Paul Vetter, l’IVV c’est quelque chose qui existe, on ne sait pas trop ce que c’est, on ne sait pas trop ce qu’ils font. »

Ces propos sont encore très édulcorés si l’on songe aux déclarations enflammées de certains vignerons encaveurs notamment, ne se sentant absolument pas représentés par l’équipe actuellement aux manettes.

Mais revenons donc à Paul Vetter, qui en fait reste l’objet prioritaire de mon article. Aujourd’hui, après une période de réflexion et l’annonce que son site était mis en « stand by » (en attente), le voici fort heureusement pour tous les amoureux et connaisseurs du vin qui reprend du service.
Avec une précision importante qui en dit long sur l’orientation de son blog, puisque le journaliste indique clairement la couleur.
Valaisvin.com, est donc un « blog farouchement indépendant traitant librement des vins du Valais et du monde. »

Lorsque l’on sait l’importance, aujourd’hui, des blogs, des réseaux sociaux, nul doute que les écrits de Paul Vetter seront suivis avec attention, j’ajouterai même impatience.

Allez Paul, promis je vais t’être fidèle et revenir à la seule chose qui nous passionne, à savoir l’authenticité et la particularité des crus.
La seule chance pour le Valais, combien de fois ne l’a-t-on pas dit, est de valoriser ses vins et non pas de les brader comme on le voit encore trop souvent sur le marché.

N’est-ce pas cela dont devrait se préoccuper l’Interprofession, plutôt que de chercher des noises à un homme qui ne dit finalement que la vérité !

Paul Vetter a un blog à l'adresse de valaisduvin.com et une page Facebook

Commentaires : 14

  1. La viticulture vs n’ a pas besoins de primates pseudos journalistes autoproclamés, chasse gardée de quelques culotés encaveurs…

    • Que voilà un commentaire courageux bourré de fautes d’orthographe d’une personne se cachant derrière son pseudo !
      Bravo à Paul Vetter qui n’est pas un numéro, mais un homme libre qui dénonce les magouilles de la viticulture valaisanne et qui est un vrai amoureux des vins de qualité.
      PS Pourquoi l’Index permet-il aux lâches de se cacher derrière un pseudo ?

      • On va pas sauver ce canton en faisant des mots croisés, il y avait l’ école gratuite et celle pour rien ,je m’ a Paul pèle et je trinque un petit blanc qui désaltère pour Ariane…

Commentaires fermés