MERE TERESA « MISE EN SAINTE » PAR LE PAPE

sans-titre(PAR NARCISSE PRAZ)

Article paru dans le Canard enchaîné.

"Alleluia! Depuis le 4 septembre, l'Eglise catholique compte une sainte de plus: Conxha Bajaxhu, religieuse albanaise plus connue sous le nom de Mère Teresa. Canononisée en grande pompe par le pape François, la fondatrice des Missionnaires de la Charité affiche pourtant des états de service pas tous charitables.

Si les innombrables diatribes contre l'avortement et la contraception de la nouvelle sainte ne détonnent guère dans le Panthéon de l'Eglise, le sort que réservait Mère Teresa à "ses" pauvres et à "ses"malades se révèle plus décoiffant. La religieuse recueillait les mourants sur les trottoirs de Calcutta, mais c'était pour dédier leurs souffrances à la gloire du Très-Haut... Affirmant que "La lèpre pouvait être un très beau cadeau de Dieu", Teresa claironnait qu'il "y avait quelque chose de très beau à voir les pauvres accepter leur sort".

Forte de ces bons principes frappés au coin de la médaille miraculeuse, la religieuse refusait l'usage d'analgésique. Elle se contentait de distribuer un peu d'aspirine et de vitamines à ses agonisants. Pour elle, la douleur était rédemptrice. Et pour mieux assurer leur salut, les malades étaient lavés à l'eau froide. Parce que c'était la volonté de Jésus, comme le raconte un ancien volontaire (cnn, 4)9).

Mais si la Mère Teresa a décroché le pompon de la sainteté, c'est d'abord grâce à ses miracles. Elle en affiche deux au compteur, comme l'exige la règle canonique. Le premier - une femme enceinte guérie d'un cancer incurable de l'estomac après l'imposition d'une médaille de Mère Teresa sur son ventre - avait valu à la religieuse d'être béatifiée, (dernière étape avant la canonisation) en 2003 par Jean-Paul II.

Depuis, le New-York Times a découvert que, malgré un dossier d'instruction de près de 40.000 pages, les experts du Vatican avaient juste "oublié" d'interroger le médecin traitant de la malade. Lequel a affirmé que sa patiente n'avait pas souffert d'un cancer mais d'un kyste, qui avait été soigné par des médicaments classiques..."

Fin de citation du Canard enchaîné. Quant au deuxième "miracle" , il s'agirait d'un père de famille de 38 ans qui aurait été guéri en un clin d'oeil de multiples tumeurs au cerveau après avoir prié Mère Teresa avec son épouse.

A ce degré d'imposture on peut légitimement se demander si ce pape et futur saint François supplémentaire ne prend pas tout son monde crédule pour un troupeau d'abrutis au cerveau gangréné par des tumeurs malignes qui les rend tous idiots.

Fin mot de l'histoire?

- Pondichéry, dit le pape François à sa poule Teresa ! Il me faut deux miracles pour ta canonisation.

- Ceylan, répond la poule!

- Calcutta? s'inquiète le pape François.

- Bombay, explique M¨ère Teresa

Tout s'explique. Ce serait, dit-on, à l'occasion de ce dialogue eu-culristique que le pape François aurait mise en sainte Mère Teresa.

 

Post Scriptum : la fille presque parfaite de L'1Dex pense que cet article devrait être payant. Je l'embrasse pour accepter d'écrire gratuitement pour L'1Dex !

Commentaires : 6

  1. Ah! J’ai pensé que l’article devrait vous plaire, Narcisse.
    Oui, la fabrication des miracles par l’Eglise catholique est gentiment tirée par les cheveux. François devrait modifier la constitution du Vatican. Ce que Président François peut faire, Pape François…

  2. Narcisse Praz je vous soupconne d être un imbécile heureux ? Rien que pour ca il faudrait te faire du droit canon !

  3. Mère Teresa méritait probablement plus le Nobel de la paix qu’ Obama. Pour les miracles, c’est pour faire rêver et donner un peu d’espoir dans ce monde sans justice.

  4.  » Mère Teresa était une fondamentaliste, une fanatique et une imposture »
     » elle n’était pas une amie des pauvres, elle était une amie de la pauvreté  »

    Christopher Hitchens

Commentaires fermés