L’Athéisme ce n’est pas un dogme, ce n’est pas une religion, il est l’état naturel de l’homme

dieu(PAR HAMDA OUAKEL)

 

L’Athéisme est l’état naturel de l’homme. L’homme naît athée, il ne vient pas sur terre ni religieux ni spirituel. L’athéisme est inné dans l’homme. Tout le reste, surtout les croyances religieuses sont toutes acquises et pour beaucoup inconsciemment.

Personne ne demande à l’enfant s’il veut être baptisé, personne ne lui demande non plus s’il est d’accord d’être circoncis, personne ne lui demande s’il veut faire du catéchisme, et pour beaucoup de petites filles, personne ne leur demande si elles veulent porter le voile et personne ne leur demande si elles veulent être excisées. Donc, aux athées d’évacuer l’idée que certains d’entre eux ont quant à la liberté de conviction. C’est faux. Les croyants ne respectent pas le pacte laïc. Il le transgresse dès la naissance de l’enfant. L’enfant éponge aura très peu de chance, hormis une curiosité discrète, de savoir la vérité. Que dieu n’existe que chez ses parents. Que les religions ne sont qu’une créature d’hommes pour opprimer les femmes et certains autres hommes.

Étant athée par naissance, en dehors d’un environnement défavorable pollué par la religion, l’être humain n’aurait pas à se poser des questions sans fondement. Il n’aurait certainement pas fait subir à la moitié de l’humanité (les femmes) toutes les horreurs dont elles sont l’objet depuis la nuit des temps à cause des religions.

L’athéisme étant inné chez l’homme, il représente une composante de son être. Les religions s’acharnent à faire subir à l’homme une première MUTILATION en lui arrachant de force son athéisme. Rien qu’en cela, elles sont toutes CRIMINELLES.

Je me répète tout au long de mes articles et mes commentaires, pour expliquer que la laïcité n’est qu’une étape nécessaire dans le projet HUMANISTE qui a commencé dès l’apparition des religions, de l’épée et des bûchers et que nous devons accomplir jusqu’au bout. Il y a un siècle, pour pacifier la vie politique de la cité, le passage par la laïcité était presque obligatoire. Aujourd’hui, avec la mondialisation, les brassages culturels mais aussi et surtout cultuels sont devenus la norme. Les religions investissent des nouveaux territoires, tel les cancers. Notre survie en tant qu’humain dépend de notre capacité à les combattre comme nous le faisons avec le cancer. Comment voulez-vous combattre l’ennemi de l’humanité en lui accordant toutes les conditions pour se propager et continuer à miner tranquillement l’esprit et les valeurs humaines. Les religions sont l’ennemi premier de l’humanisme. Il n’est plus question de les laisser faire.

La Laïcité nous propose que l’on leur foute la paix dans la sphère privée. C’est une pure escroquerie. Les croyants, comme démontré plus haut, ne respectent pas la liberté de conscience. Ils endoctrinent et obligent les enfants à les suivre dans leur délire. En fermant les yeux sur ce déni de liberté, nous contribuons, même par négligence, à leurs crimes. Il est de notre devoir de nous mettre sur leur chemin pour leur dire que les enfants n’appartiennent pas à leurs parents. Que les femmes n’appartiennent pas aux hommes. Et qu’en conséquence, nous ne faisons plus confiance aux religions pour qu’elles bénéficient d’une impunité totale dans la sphère privée. Pour la liberté, il n’y a pas d’espace délimité, il n’y a pas un espace privé et un autre public. La liberté a besoin d’ESPACE point.

Pour ceux d’entre nous qui se complaisent dans une laïcité confortable et qui ont peur de la perdre. Pour ceux qui ont peur que l’on démolisse la laïcité qui fait office d’un mur qui nous protège des assauts des religions. Je leur dis qu’ils doivent regarder l’avenir en face et que l’histoire est pleine de murs qui se sont effondrés et ce n’est pas pour autant que le monde va moins bien. À ceux-là et à ceux qui se contentent du peu qu’ils ont par peur de ne plus rien avoir, je leur dis que l’ennemi grignote du terrain. Il utilise toutes les failles du mur, de la laïcité, de la démocratie, pour imposer sa vision.

L’histoire est une succession d’évolutions continues. Regardez nos lois. À chaque nouvelle élection présidentielle ou nomination d’un nouveau Premier ministre, on nous parle de REFORMES. Certaines aboutissent, d’autres pas. Mais en faisant le bilan, nous constatons que toutes nos lois changent, toutes sans exception. La loi sur le mariage, la loi sur le droit de vote, les lois qui accordent à la femme de disposer de corps librement (IVG, contraception…) Les lois sur l’égalité des citoyens, les lois du travail… À chaque fois que nous faisons une comparaison de l’état des lieux un siècle en arrière et aujourd’hui, le jugement est inévitablement favorable à aujourd’hui. Toutes les réformes, grandes ou petites, vont dans l’intérêt et le mieux-être du citoyen. Seule la laïcité est restée figée, glacée, momifiée. Elle n’est en rien conforme à la réalité du pays. Effectivement, il n’est pas bon d’oublier d’où on vient, d’oublier son histoire. Mettons-la au musée alors, que les jeunes et moins jeunes puissent l’admirer comme la Joconde. Mes amis, soyons, curieux, soyons, inventifs, créatifs, n’ayons pas peur. Mettons-nous au travail et ayons le courage de nos idées pour revenir aux fondamentaux.

La religion est le cancer de l’humanité. Nous devons la combattre. Elle n’aura pas d’espace vital. C’est elle ou l’humanité. Il n’y aura pas place pour les deux. On ne vit pas avec son cancer. On le détruit ou bien il nous détruit.

 

Commentaires : 7

      • Normalement, dans un monde normal, non ! Ca ne devrait pas ! Mais dans notre monde (débile) à nous, Oui ! Pour bien des gens, ça l’est devenu !

        En ce sens que pour soulager la souffrance (continuelle, extrême) (appelée folie) qui guette tous les êtres doués d’intelligence et qui résulte du fait de se poser (immanquablement, tôt ou tard avec l’âge en grandissant) les questions existentielles que l’on sait (les conditions du vivant, la finitude etc, etc…), l’Homme a besoin de détournements d’attention… appelés ceux-ci… stimulis extérieurs.

        Lorsqu’il ne trouve pas ces stimulis dans une vie sociale épanouie, harmonieuse, il va se tourner vers les drogues pour les obtenir ou alors sublimer les rares qu’il a.

        Et donc les drogues: un mal nécessaire.

        Sauf la religion. Aujourd’hui. Cette addiction extrêmement contagieuse et qui ne laisse donc aucun choix à ses victimes d’en être touchés ou pas; aux enfants, on l’inocule même de force ! (C’était le but de ceux qui l’ont créée d’ailleurs; un produit extrêmement addictif pour une infection généralisée à la surface de cette planète… dans des buts inavouables…).

        Sinon, si tu utilises toujours le même stimuli de substitution (par rapport ou excepté (à) une vie épanouie), ça devient de la drogue (de l’addiction).

        Et en conclusion donc ici: La drogue, c’est triste que des gens doivent y recourir, ou… c’est de la merde… (et encore plus quand ils en ont plus… (Ou alors qu’elle ne « marche plus »… (comme « la dieu… » par exemple !))) ;-)) Celle-là elle ne marche plus. Les gens sont devenus résistants à ses effets.

        Bon, j’te laisse, je vais aller prendre une dose de drogue de 5dl dans mon frigo, tu m’as foutu le blues avec ta question (Merci du fond du… … .. … .slip !!! MDR)

        Et la solution universelle ? Ouvrir des maisons du peuple « communistes », et laisser les camarades « glander à l’intérieur à longueur de journées »… ! Le contact humain quoi, il n’y a que ça de vrai, c’est la définition du bonheur par excellence !

        Et toi camarade, je suis sûr que tu étais ivre de bonheur lorsque tu arpentais le trottoir à Sion pour récolter des signatures (… pour le Valais laïque… ça c’est pas la question). La question c’est le contact humain que cela t’a procuré / tous ces gens… (MEME ceux qui t’envoyaient bouler) qui « détournaient ton attention »)… !!???!?!? Non ?

        Eh bin retourne-y alors. T’auras qu’à vendre ton bouquin ou des 1dex Mag (ou les deux), là n’est pas la question tu l’auras donc bien compris. Ciao

  1. mais quand vous dites : » il ne vient pas sur terre ni religieux ni spirituel »

    cela veut-il aussi dire : qu’il vient sur terre religieux et spirituel ?

    vous avez donc raison soyons ni religieux ni sans esprit

    le langage populaire dit clairement de l’esprit qu’il est comme un parachute et ne fonctionne donc que quand il est ouvert
    JC Van Damme résume en un mot, il dit : AWARE

  2. Merci, Hamda Ouakel pour cette démonstration. Je vous envie. J’aimerais en être l’auteur. Grande est la tentation pour moi de vous demander votre adresse postale afin que je puisse vous envoyer GRATUITEMENT, cela va de soi, mon pamphlet antireligieux publié par La Libre Pensée de Genève et intitulé « Les précieux ridicules ». Il sera prochainement publié en France par Les Editions Libertaires sous un nouveau titre: « LE PETIT LIVRE ROUGE DE LA LAÏCITE ».
    Gloire aux athées!

Commentaires fermés