La meilleure façon de faire, c’est de faire*

Malhonnête, intégriste, mal baisée, fasciste, nazi, voilà quelques mots doux reçus tout au long de l’existence de l’1dex web et de l’1dex mag.

Poésie, quand tu nous tiens !

Hormis les insultes, on a prêté aux articles de certains et aux papiers d’autres de nombreuses intentions en tentant de déchiffrer, entre les lignes codées de wordpress ou les lettrines imprimées sur papier, de nébuleuses pensées qui ne figuraient pas dans le texte.

Commentaire hors sujet ! dirait le prof de littérature.

Ces mots vulgaires et surtout inutiles, bien évidemment pour la plupart anonymes, ces pseudos arrière-pensées décryptées par les yakaka (en l’occurence) et les yfaukeke (ça pourrait faire du bien) n’altèrent en rien ce qui est cher aux contributrices et aux contributeurs du blog ou du magazine : FAIRE

Les formes changent et le fond reste.

« Apprendre avec la tête, avec le coeur, avec les mains », Pestalozzi nous laisse un bien bel héritage. La tête pense, le coeur ressent et les mains font. Ce délicat équilibre épargne les pantins apeurés par le tourbillon délirant d’émotions incontrôlées, les esclaves de pensées parasites incessantes, les hargneux, les violents, les tristes et les fâcheux qui sont bien à plaindre, tant ils ne connaissent pas la joie rare de relier sa tête à ses mains en passant par son coeur.

Les cancres sont punis, mais au fond se punissent tout seuls.

Les offenses honteuses citées au début de ce texte sont donc véritablement VAINES, puisqu’elles passent directement de la tête aux mains, sans jamais transiter par le coeur. Vides, insignifiants, stériles et impuissants s’adressent à ces commentaires qui n’ont pour fonction que de flatter l’ego frustré, lamentable et désolant de ceux qui ne disent rien et pire, qui ne font RIEN.

Rien n’est encore perdu, la récréation commence !

Le dimanche 18 décembre 2016, librairie du Baobab à Martigny de 14h30 à 15h30 : découvrez les articles que nous sommes fiers d’avoir publiés à l’1Dex Mag, ce bel objet dense, drôle, sérieux, varié et passionnant qui met en valeur la créativité ainsi que la réflexion de 53 valaisans qui FONT.

Un bien beau cadeau de Noël local et en papier FSC SVP ! : mag@1dex.ch

Bonjour chez vous !

* Isabelle Chenebault

Image : https://en.wikipedia.org/wiki/File:Madagascar_baobab.JPG

Commentaires : 2

  1. personne ne FAIT RIEN, chacun fait ce qu’il peut avec les moyens qui lui sont donnés, même si parfois nous pouvons tous faire un peu plus.
    Pour ma part je médite sur le coeur des hommes, celui qui contient l’ombre et la lumière dont nous sommes tous fait même si bien souvent nous voulons nous convaincre ou croire du contraire….
    exemple ici :
    http://www.livegalerie.com/site/detail.php?id=79419

    de plus j’ai appris aussi que l’on dit de se méfier des personnes qui prétendent avoir le coeur sur la main car comme ce n’est pas sa place, il faut alors se demander ce qu’ils ont à la place du coeur.
    avoir un Vrai Coeur c’est avoir le respect de toutes et de tous.

    Je me suis amusée aussi a écrire quelques pensées sur le Coeur, le vrai, me semble-t-il donc celui qui nous donne la capacité de grandir intérieurement et de croître hors de l’égo individuel qui nous aveugle bien souvent et nous bloque dans notre évolution personnelle et collective.

    je l’offre à votre réflexion :

    « S’il est vrai que chacun peut écrire ce qui fait sa vie,
    Parler de l’enfance heureuse ou meurtrie, des expériences, des bonheurs,
    Des souffrances ou des malheurs qui font que l’on est en cette vie terrestre,
    Devenu roi ou devenu maudit, devenu celui qui se montre et que l’on admire,
    Ou celui qui vit caché et que l’on fuit,
    Je préfère pour ma part, plutôt que de narrer les bonnes
    ou les moins bonnes haltes du chemin, écrire et imager ce point où la route
    Aujourd’hui m’a rendue et où je marcherai sans fin.

    Alors je montrerai le Cœur, comme on montre un tableau noir
    Sur lequel tout s’inscrit, tout se mêle et se démêle dans d’infinis
    Et de savants calculs.
    Alors je montrerai le Cœur, comme une arène immense,
    Comme un échiquier, où se livrent nos plus terribles combats,
    Nos plus âpres batailles, comme la scène intérieure sur laquelle tout se joue, où
    tout meurt et où tout renaît.
    Alors je parlerai du Cœur, comme de ce lieu secret vers quoi tout converge, par
    où tout passe, et où tout peut croître.
    Alors je parlerai du Cœur, comme on parle de l’ami toujours présent, comme
    on parle du refuge invisible où en tout temps on trouve un abri.
    Alors je parlerai du Cœur aussi, comme le paysan parle de sa terre, qu’il soigne
    et cultive chaque jour, plein de patience, de ferveur et d’obstination,
    Car il sait que c’est d’elle que provient toute nourriture.
    Alors je parlerai du Cœur car c’est en lui que se trouve toute vérité,
    Car c’est lui qui porte la lumière. »

    ps : en attente de la publication de mon comm. hier à 17h26 ?

Commentaires fermés