2016 AU GRAND-BRÛLE

(PAR PAUL VETTER [VALAIS DU VIN])

 

J’ai eu récemment l’occasion, que dis-je, le privilège de déguster une série de cuves du millésime 2016, au Domaine du Grand-Brûlé, à Leytron. Un tour d’horizon assez rapide, sans prise de notes, mais une occasion largement suffisante pour que je puisse vous le dire: le millésime 2016 y est très prometteur.

Comme dans les caves précédentes (voir articles antérieurs), ce millésime 2016 y est à mon sens particulièrement réussi. Les blancs sont – sauf choix contraire – vif, secs, frais et fruités, mais toujours avec une belle matière. Petite arvine et païen devraient ravir les amateurs des ces deux blancs vedettes du canton, avec en particulier une belle intensité aromatique. Quant à l’humagne blanche, elle démontre une fois de plus que finesse et puissance ne sont pas des notions antinomiques quand on parle de grands vins. Et on n’oubliera pas le fendant de Leytron, qui n’a pas à rougir de la comparaison avec le millésime précédent, pourtant assez différent.

Côté rouge, si vous êtes amateurs de nos spécialités autochtones, réjouissez-vous. Cornalin et humagne rouge devraient figurer parmi les vins marquants. Fraîcheur, tenue, tannins et des arômes bien typés… On se réjouit de les déguster une fois mis en bouteille. Le merlot de Châteauneuf (vinifié à Leytron, comme tous les crus du domaine de l’école d’agriculture) est lui aussi plein de promesses. Et je n’oublierai pas gamay et pinot noir qui font l’objet d’une réflexion cohérente portant déjà de beaux fruits.

Bref, de très belles promesses qui seront à n’en point douter tenues.