CONSEIL D’ETAT 2017. LE POIGNARD DE BRUTUS

Dans un commentaire récent, peut-être teinté d'ironie, Maximus Decimus s'exprime ainsi dans nos colonnes : "Je n’ai toujours pas de réponse à ma question : Stephane et Esther ont enterré la hache de guerre ? Ils s’aiment à nouveau ?"

À cette question, Esther, que l'on dit calme, pondérée et prudente, a répondu avec le poignard, non pas dans le dos, mais en pleine face. C'était lors du dernier débat à Martigny. Debout, à la même table que Rossini, elle a clairement indiqué sa préférence à la présence au gouvernement d'un représentant du PLR. Sachant que Darbellay est constitutionnellement déjà élu, que Roberto Schmidt est son pourvoyeur principal de voix et que Melly a été son principal soutien public dans le Valais romand, Esther, par sa déclaration, reprise dans le TJ de 19 heures 30 du 14 mars 2017, ne pouvait que viser son "camarade" de tablée, Rossini, dont le visage dut ressembler à ce moment-là à celui de César mourant sous le coup de poignard de Brutus. 

 

Stéphane Rossini est ainsi confronté à cette terrible question : dois-je, en pleine page du Nouvelliste, dès demain, demander à mes vrais soutiens du Valais romand de choisir : ce sera soit moi, soit elle. 

Les Verts ont choisi eux de ne pas choisir. Faire voter simultanément et ensemble deux du même district et deux PS, c'est éviter de faire progresser Rossini et se laver les mains à la mode Ponce Pilate.

Stéphane Rossini est dans les cordes. Le Parti Unique du Très Haut se lèche les babines et Oskar jouera les humbles l'espace d'un week-end. 

Vive la politique de chez nous !

Bonjour à tous les prisonniers de la pensée étroite !

Post Scriptum : si Mme Ecoeur, de Monthey, veut nous communiquer son analyse radicale-libérale de la situation, c'est bien volontiers que nous publierions son texte ! 

Référence : https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/vs-les-espoirs-du-plr-pour-le-second-tour-des-elections?id=8462841

Commentaires : 9

  1. Esther Waeber-Kalbermatten membre d’honneur du PLR le 20 mars ! Et il n’y a pas que Nicolas Voide qui a trahi durant cette campagne !

  2. Quelle bassesse! Là, elle a manqué de prudence! Dans l’adversité les gens se révèlent, c’est pas reluisant.
    Une raison supplémentaire de voter que Stéphane Rossini.

  3. En fait, ici encore, gros nouveau vol à la démocratie ici encore dans cette élection; après le vol à la tire, vol à l’astuce et vol à l’étalage voici maintenant le vol à la démocratie. Ou VIOL plutôt. Ou arnaque, Enfin bon ne jouons pas sur les mots gros fake quoi ! je m’explique.
    MOI (enfin, MONSIEUR MOI pardon). Par exemple. J’ai mis un bulletin Freysinger dans l’urne funéraire (euh l’enveloppe pardon). Et bien dès le début (de la genèse), je voulais virer les 2 retraités.
    ET BIEN JE PEUX PAS ! Parce que pour ça, il faut voter Rossini. Mais si je vote Rossini, Freysinger pourrait ne pas passer. Et or donc, avec ce mode de scrutin (primitif, grossier, « au kilo », archaïque et préhistorique), je ne peux pas exprimer ma préférence entre Rossini ou Waeber. Ni entre entre Darbellay et l’autre retraité !!!!

    Et bin franchement, au 21ème siècle, à l’heure où des gens s’apprêtent à partir pour mars pour un voyage sans retour; on pourrait quand même faire un truc plus sophistiqué que ce mode de scrutin primitif !

    On pourrait (et on devrait pouvoir même) proposer autant de combinaisons qu’on veut de quintés gouverne-mentaux (comme au loto ou au turf) (on numérote les combinaisons et note les combinaisons qu’on préfère). Et celle qui sort le plus souvent au final gagne.

    On aurait alors à coup sûr, un quinté qui correspondrait au plus près à la volonté du citoyen. (Enfin… celui qui VOTE quoi ! Parce que pour celui qui vote pas, ça ne changerait rien à la plaisanterie « Elections anti démocratiques gouvernement Valais 2017″.

    Et encore avant ça, on pourrait en effet aussi se pencher déjà sur le mode de sélection (anti démocratique toujours) des candidats; Il y aurait beaucoup à dire (pour ne pas dire TOUT) déjà ici en effet.. . Mais bon, je vais quand même attendre la mise sous toit de la loi fédérale sur la protection des donneurs d’alerte avant d’attaquer la citadelle des hommes primitifs préhistoriques (du PDC surtout) qui ont con-çu ce mode de scrutin (*extrêmement sophistiqué et pointu » (plus pointu tu meurs… . . . .mais de rire)) et qui le défendent bec et ongles. Slt

  4. elle a eu raison d’ailleurs la logique voudrait ainsi que l’a dit un jeune homme lors du débat à Martigny
    que le résultat soit

    2+1+1+1

    2pdc 1plr 1ps 1 udc ainsi le canton et la société seraient représenté de façon plus juste

    bon elle a aussi favorisé ses intérêts et ceux de sa région mais qui ne le fait pas aujourd’hui ?

    • Mais malheureusement ce canton ne veut pas d’une élection au conseil d’Etat à la proportionnelle…

  5. Pathétique cette kalbermatten… comment peut-on votre pour qqun qui trahit non seulement son colistier mais tous les gens qui on voté pour elle en tant que socialiste. Vraiment le fond de la tasse. Surtout que Rossini est un type capable et qui pourrait enfin donner une dynamique inédite à ce Canton si longtemps repliié sur lui-même empêtré dans ses affaires, magouilles et querelles.

  6. Moi ce qui m’a bien fait rire c’est le post Facebook repris dans la chronique décalée du Nouvelliste, je cite EWK : « Il va de soit que je pendrais la liste du PS avec les deux candidats ».
    La question est de savoir s’il s’agit d’une faute de frappe… ou pas ?

Commentaires fermés