Commentaires : 4

  1. « La lecture défendue » , René Magritte, 1936.
    Une pièce vide, sans issue, « Sirène » écrit sur le sol, le i étant un doigt, un escalier qui monte contre un mur sans porte. Les exégètes y ont vu un hommage à son amie Irène Harmoir, le i renvoyant à la mise à l’index d’un livre d’Aragon « Le con d’Irène » qui circulait alors sous le manteau et qui est aujourd’hui publié dans « La Pléiade » !
    On peut y voir la tristesse d’un monde sans livre, un monde qui ne débouche sur rien, aux couleurs ternes et un doigt inutile qui ne peut plus tourner les pages. Une prison ou une dictature. Ce qui veut dire que chacun peut avoir une lecture personnelle d’un tableau.
    http://www.critiqueslibres.com

  2. Qu’est-ce- à dire? Que même l’1dex est en train de perdre la boule et que le Valais a pris le chemin vers le bas parce que celui vers le Haut est sans issue?

Commentaires fermés