Ce qu’il faut retenir du débat de vendredi soir sur Canal 9

Le débat entre les candidats au Conseil d‘Etat, diffusé vendredi passé sur Canal 9, mais filmé la veille à Naters, n’a pas offert d’enseignements nouveaux à proprement parler. Petit tour d’horizon de la posture des sept candidats après deux fois trente minutes de débat.

Le premier plateau

Christoph Darbellay

L’air triomphateur mais pas détendu, la reine d’alpage du premier tour s’est évertuée à mobiliser son électorat. Mais le fait qu’il soit déjà confortablement installé dans son fauteuil de Conseiller d’Etat lui enlève un peu de sa superbe. Son angoisse: une démobilisation de son parti (au profit de l’UDC ?). Sans jamais le citer, il préfèrerait bien sûr gouverner avec Frédéric Favre, sans expérience donc plus malléable. Il craint plus les connaissances de Rossini ou la personnalité imprévisible de l’homme au catogan que la très hypothétique élection du junior PLR. Il l’a affirmé haut et fort, la formation et l’économie lui reviendront et on ne s’en plaindra pas.

Stéphane Rossini

La surprise du premier tour garde la ligne qui a fait son succès le 5 mars 2017. Il se positionne toujours comme l’homme d’expérience et le travailleur de dossiers qui a construit son succès grâce à son intellect et à l’huile de coude. Quelques piques à Freysinger mais surtout à ses partisans de la frange dure de l’UDC. Il rappelle notamment des propos déplacés de De Riedmatten et souligne l’appauvrissement du débat démocratique. Il mentionne également le paradoxe entre le positionnement de « défense des pauvres » de l’UDC alors même que ce parti taille constamment dans les prestations sociales ou l’aide aux plus démunis. Il dénonce finalement le manque d’expérience de Favre tout en sachant que le danger est plus à droite.

Oskar Freysinger

Encore un peu secoué, Oskar nous démontre une fois de plus son brio de comédien. Mais pour une fois, il l’affiche clairement et avoue le repositionnement de son image dans « une opération de survie ». Oui il drague le Haut-Valais pour grappiller des voix ! Oui il change complètement son discours par rapport au premier tour ! Oui il arrêtera ses fréquentations douteuses ! Et j’en passe ! Le Freysinger nouveau est donc là, prêt à retourner son catogan pour gratter une voix ici, une voix là. Reste que le saviésan a osé vanter son maigre bilan pour jouer sur le terrain de l’expérience. Il s’est aussi plaint de l’agressivité et du manque de respect, fallait aussi oser. Il est dévasté par les affiches contre le père de Darbellay, a un père tyrolien (il est pas 100% haut-valaisan ?) et dénonce les méchants médias qui ont sapé sa réputation pourtant irréprochable.

Le second plateau

Frédéric Favre

J’avoue être assez bluffé par le candidat PLR. Beaucoup plus à l’aise que lors du débat à la RTS, le novice s’en est plutôt bien sorti en évitant certains propos naïfs. Il faut dire qu’il est tombé dans la partie du tableau sans les têtes de série, ce qui lui a tout de même facilité la tâche. Il a souligné sa jeunesse et son expérience de gestionnaire. A la question de savoir si il serait un Grichting bis, il a répondu qu’il pensait avoir assez de temps pour combler son retard (c’est ce que Pierre-Alain lui a dit). Il devrait néanmoins être un peu court à mon sens bien que son score pourrait surprendre plus d’un.

Jacques Melly

Il est sympa ce Jacques Melly. Souriant et pas stressé pour un sou, le sierrois ne nous a rien appris. Ses propos sont toujours cohérents, sa posture assumée et il sait très bien qu’il ne risque rien puisque le Haut-Valais semble lui avoir pardonné ses déboires au mercure et sa gestion de l'A9. Tantôt à blaguer sur son âge ou à parler de la déroute du PSG, il a par contre affirmé qu’il re-signerait pour 4 ans.

Roberto Schmidt

J’aurais pu faire un copier-coller des quelques lignes ci-dessus. Sûr de lui, il a rappelé, une fois de plus, que la Raspille est une rivière qui se partage plutôt qu’elle ne devrait diviser le canton. Il a difficilement assumé son positionnement de centre-gauche en soulignant qu’il savait être de droite si jamais. Rien de spécial à signaler pour le futur ministre des finances.

Esther Waeber-Kalbermatten

Aussi molle qu’à son habitude, EWK s’est paisiblement satisfaite de sa gestion passée tout en expliquant qu’elle voulait conserver le même département (santé et social) pour mener à bien les dossiers en cours. Elle aurait pu soutenir plus clairement Rossini mais ne voulait pas froisser Oskar (imaginez qu’il soit réélu). Elle a également affirmé qu’elle ne comptait pas « ouvrir le jeu » à mi-mandat. Double-minoritaire, elle sait pertinemment que son score va sensiblement décoller au 2ème tour, comme il y a quatre ans. Mais non, cela n'est pas un vote "ethnique".

Synthèse

Heureusement que le débat n’a duré qu’une heure car on a honnêtement rien appris de nouveau. Il n’y a qu’un siège à pourvoir et joindre Favre à Rossini et Freysinger dans le premier plateau (et s’arrêter après celui-ci?) aurait plus apporté au débat démocratique. En effet, une triangulaire aurait permis une vraie foire d’empoigne et une confrontation de styles.

Reste que je crains la naïveté d’une partie de l’électorat face à la comédie de Freysinger. En coulisse, ça s’affaire dans tout le Haut-Valais pour retrouver les voix perdues en agitant le spectre d’un gouvernement de centre-gauche. Alors que certains pensent que la décharge électrique du 5 mars suffira pour le ministre UDC, je ne suis pas de cela. L’heure est encore et toujours à la mobilisation. C’est plus qu’une personne ou qu’un programme qui peut être refusé dimanche, c’est un modèle de société rétrograde et excluant que l’on peut biffer pour quatre ans au moins.

 

Commentaires : 21

  1. Il n’y a tout simplement pas photo entre Rossini et Favre.

    Point à la ligne.

    Être sympa ne fait pas un conseiller sympa. Favre est sûrement plus sympa que Rossini, mais je vote Rossini !

  2. Ouais décidément, dans la farce de démocratie que représente cette élection (au travers des faits que
    – 42% de la population sont sérieux et n’ont pas d’humour et
    – qu’un parti « farceur » prend 3 sièges là où il n’aurait droit qu’à 2),
    une autre farce de démocratie (ou de société disons même) consiste déjà (en amont encore) à laisser la couverture médiatique de cette farce à des médias privés.

    Et cela parce que bien sûr ils sont IMMANQUABLEMENT tendancieux, on en a la preuve grandeur nature ici, avec la prestation de Raphaël Zumofen, ce monsieur si parfaitement objectif d’habitude mais ici obligé quand même de cracher au bassinet mainstream (ou de la « pensée unique » ou dominante / pas le choix) (…en tirant sur .. . . . . . Freysinger bien sûr… (était-il besoin de le préciser ? … je ne pense pas, mais bon, soyons précis).

    Et il faut donc réhabiliter le Bulletin officiel, cet organisme d’Etat, lequel fonctionnerait alors comme les dépliants explicatifs qu’on reçoit lors des votations. (relativement presque totalement) objectif ceux-ci, neutres et indépendants.

    Et exemple concret ici de mes supputations; des accusations qui sont faites à Freysinger de « jouer la comédie », je pense que c’est bien plutôt les autres qui le font plutôt que lui.

    Et pourquoi ? Et bien parce que le genre de phrase qu’on entend TOUT LE TEMPS des candidats sur les plateaux TV (et qui « tendent franchement à prendre les électeurs pour des imbéciles) (merci de vous calmer avec ça d’ailleurs les gars, pitié), comme, je cite: « Moi je rêve d’un Valais ouvert, où tout le monde est gentils et s’aiment et blablabla et blablabla mon cul sur la commode et pas… tout le contraire et re blablabla et re blablabla », je pense que c’est SURTOUT pas Freysinger qui les dit… (ce genre de phrases)
    (Et nb. Ce sont des phrases effectivement d’une si ineffable monumentale banalité (et phrase (toujours la MEME en fait) banale, racoleuse et qui ne veut rien dire) que ces candidats auraient honte de la proférer… . . .s’ils s’en rendaient compte… s’ils n’étaient pas sous l’emprise de la drogue (de type adrénaline celle-ci) que représente l’enjeu de cette élection (les 300’000 balles de salaire notamment…). Les journalistes doivent se pincer bien souvent pour ne pas rire devant cette réponse (TOUJOURS la même) et qui ne répond en plus (9 x sur 10) MEME pas à la question.

    Bref. Et bien ces phrases (ou CETTE phrase), moi je trouve que c’est surtout pas Freysinger qui l’a dit.

    Mainant, pour ceux qui aiment la daube déjà toute prémâchée… . . . il en faut pour tous les (é)goûts !

    • Vous critiquez constamment sur « le système » dans vos commentaires, ce qui est votre droit. Je m’interroge cependant sur ce que serait votre alternative ou votre solution ? Pourquoi ne pas l’exposer à travers un article, publié ici-même, qui détaillerait votre vision de l’avenir et vos solutions pour nous, citoyens ?

      • Ca n’a rien à voir avec le sujet qui nous intéresse ici. . . . (!!??!!)
        Enfin SI, Freysinger (et l’UDC) LUI est allé (ou… a ESSAYé d’aller, plutôt) au bout de sa logique (critique et libertaire personnelle, et donc OBLIGATOIREMENT anti Système… Mainstream). Et bien on a vu où ça le mène… tout le monde lui tire dessus… (et dans le dos en plus, et/ou *en dessous de la ceinture » plutôt); et qui ça bien sûr (?) le Système (Mainstream bien sûr) (totalitaire) (le nôtre). (NB: Il a des méthodes « douces » en apparence (mais hypocrites et vicieuses en réalité) et bel et bien totalitaire donc quand même en réalité; l’un n’empêche pas l’autre, attention aux clichés… mainstreams … justement (on n’en sort jamais. Logique !).

        (Et si au moins c’était pour toucher 300’000 balles, ça « irait encore » mais pour pas un rond en plus = bof).

        (Cela dit, d’autres (que l’incontournable M. « F ») touchent également 300’000 par année, mais eux sans même faire preuve du moindre semblant de début de commencement de courage politique (quant à vouloir changer quelque chose en ce bas monde et Vieux-pays / les phrases « blablabla blablabla et reblablablabla blablabla » citées plus haut nous le montre / les mecs déjà en préretraites (certains certaines, FACTUELLEMENT CARRéMENT MEME) / CONTRAIREMENT à Freysinger lui, qui lui se défonce, et mouille la chemise pour changer les chose (ici et partout dans le monde entier même (jusqu’à aujourd’hui)).
        (Quel con d’ailleurs ! Alors qu’il pourrait se dorer la pilule tranquillement comme tout les autres dans son bureau. . . . . .!!! (…. . . mais ça reste entre nous 😉 ))

        Après, à titre de raisons subsidiaires, le Système est un vaste sujet; en faire le tour correctement en un article (ou un mot) est « compliqué ». (Si je devais m’y risquer je dirais: Tous pourris !)
        C’est pourquoi je n’effleure que le Système politique un jour, économique l’autre, démocratique le 3ème jour, puis sanitaire, énergétique, social, sociétal etc, etc. . . . tours à tours !

        Après si vous m’associez au Système et alors que je n’en parle pas du tout plus dans mon précédent comment, c’est que vous m’avez probablement déjà lu ici surtout. C’est super, c’est le but, je ne veux pas faire les démarches philosophiques, politiques et sociales pour changer le système moi-même (je suis (trop) flemmard intellectuellement (pour me prendre la tête ainsi)), je veux juste lancer des idées, espérant que des étudiants à l’Université les lisent, les trouvent bonnes, et les exploitent (l’avenir ne vient QUE de eux). Comme le mec par exemple, étudiant à Lausanne, qui a proposé un truc il y a kk jours pour remplir les lits froids et sauver le tourisme (…que le PDC a totalement dévasté en Valais par son hystérie de construction anarchique au cours de ces 40 dernières années… et raison pour laquelle « il faut voter pour lui. . . « ). (Je précise néanmoins que c’était pas mon idée, mais c’est ce genre de bonnes idées que j’aime bien proposer ici, au travers de mes comments).

        Et je vais encore vous donner un truc pour idéalement changer le Système si vous estimez qu’il doit l’être: Dîtes NON à TOUT ! 1 à 2 fois vous allez vous tromper mais 8 à 9 (sur 10 donc, bien sûr) vous aurez raison. Pourquoi ? Parce que ces questions (publiques, politiques, sociales / ndlr. je ne vous parle pas de celle consistant à vous demander de descendre les poubelles… (quoi que)), c’est des questions du riche (et puissant que vous n’êtes pas) au pauvre (que 99% d’entre nous, sommes)). Et là c’est du 10 sur 10 ! Et bien moins c’est MINIMUM 9 non sur 10 !!!

        PS: Votre esprit critique, de synthèse et analyse est EXCELLENT d’habitude. Et MEME ici en fait, là je critique aussi d’une manière un peu subjective, sachant que vous formulez aussi des critiques contre les 6 autres candidats. Et disons alors juste que pour Freysinger, la coupe est pleine pour moi ! Et j’avais même décidé de pas voter, et bin j’ai pas pu tenir, trop d’injustice à mon goût, ça m’a dépassé ! J’ai cautionné le Système pourri (sa forme « démocratique ») ici, en votant. La 10ème et seule fois sur 10 où je réponds: Oui Maître Système, tu es un bouffon mais je vais te cautionner quand même ! Pas simple la vie au milieu d’humains dégénérés par le Système ! ‘faut con-poser !!!!!! lol

    • A DOM,
      DOM, vous qui critiquez constamment le système et aimeriez mettre tout le monde en asile psychiatrique:

      Je suppose qu’aujourd’hui, vous vous êtes habillé. Avec quels vêtements, quelles matières, qui venaient d’où ?
      Je suppose que vous avez mangé. Quels aliments, faits par qui, qui venaient d’où ?
      Je suppose que vous vous êtes déplacé. Avec quel véhicule, quel carburant, qui venait d’où ?
      Vous avez lu L’1DEX. Avec quelle électricité, qui venait d’où ?
      Vous avez écrit des commentaires sur ce site. Avec quels supports, qui venaient d’où, fabriqués par qui ?
      Et je pourrais continuer comme cela à l’infini.
      Vous le voyez bien, vous êtes aussi dans le système, comme tout le monde et vous n’y pouvez rien changer.
      Vous en profitez comme tout un chacun, c’est ce qui vous permet de vivre sur cette terre.
      A moins de retourner à l’époque paléolithique…et encore.
      Personnellement, je préfère vivre à notre époque, même si elle est loin d’être parfaite.
      Carpe Diem, DOM, carpe Diem…

      • Vous confondez Système et niveau de vie ou « qualité » de vie,
        Le Système c’est pas ça; le Système c’est l’ORGANISATION DE LA SOCIETE !
        (Et le niveau de vie entre () serait tout aussi élevé avec un autre Système que le nôtre… débile celui-ci… oui, je persiste et signe, comme diraient d’autres / je leur paierai un ballon de blanc pour la peine, pour les droits d’auteurs lol !).

        Et le si Système est justement SI pourri, c’est pace que justement il n’y a AUCUNE organisation de sa société (à cause de lui). Des ch***** d’interactions entre ses individus les uns les autres Assurances sociales, impôts etc etc), mais dans un désordre et foutoir total en réalité / aucuine « colonne vertébrale à tout ça)..

        Juste des interactions (ponctuelles) qui ne participent en réalité (au fond du fond) que du racket des riches sur les pauvres. Ca s’appelle le complot; il ne faut pas le voir forcément comme kkchose d’intentionnel (avec des mecs tapis au fond du cave enfumée à conspirer, quoi qu’ils existent quand même, ils s’appellent Bilderberg et Davos) mais kkchose d’accidentel .. . . . qui dépasse tout le monde = le système quoi, ce monstre qui nous domine, on pourrait aussi l’appeler « Le Malin » / Il a pris le Pouvoir aujourd’hui !!!!!!!

        Lafouine,

        En bref.
        Des milliers de systèmes (… centaines, dizaines en tous cas).
        2 pôles extrêmes: (justes et équitables… vu sous l’angle de la vie sur terre et les lois de la nature): Anarchie et communisme.
        Et avec l’anarchie, le retour en arrière, et le communisme le progrès sociétal.

        And the winner is donc: le communisme.
        L’anarchie n’est plus possible aujourd’hui, on est trop nombreux, trop interactifs.

        Nous on est dans un des centaines de trucs entre ces deux extrêmes. On doit tendre à une société égalitaire, c’est le communisme. Le communisme qui n’a RIEN A VOIR avec le goulag la place Rouge et les chars, mais qui signifie: ORGANISATION DE LA SOCIETE. (ou du panier de crabes qui s’entredévorent qu’elle est). (Et je t’ai BOUFFé d’ailleurs intellectuellement une fois de plus ici Camarade !)

        • Pas inintéressant votre approche DOM. J’abonde dans votre sens sur le « Monstre » qu’ « on » a créé, mais qu’ « on » ne contrôle plus, et qui va « nous » détruire si « on » ne tente pas de le maîtriser (comme « on » peut).

          J’aime bien cette approche car elle se distancie du phantasme des théoristes du complot, qui croient que des sectes complotent, à coup de rites occultes, pour gouverner le monde. Tout ça, c’est une belle histoire pour faire peur aux (grands) enfants naïfs.

          La réalité, comme vous dites, c’est que le « monstre » n’est pas né de manière intentionnelle, mais au hasard, au gré des interactions humaines.

          Il est la somme des égoïsmes mis en réseau par la grâce de la mondialisation.

          Le premier pas à faire, le plus important, c’est de régulariser (moi je serais plutôt pour supprimer, mais c’est plus difficile) le système de transactions financières mondiales, la « bourse » comme on l’appelle. Ce système, c’est aussi un monstre incontrôlable, alimenté par les décisions cyniques de conseils d’administrations pour lesquels une seule chose compte : la croissance de leurs profits (qui se réalise presque toujours au détriment des plus défavorisés, selon le principe des vases communicants).

          La crise des subprimes, pour ceux qui comprennent le système (assez simple finalement), a été provoquée par des (in)humains au cynisme absolu. Autre exemple, des milliers de pauvres gens asiatiques ont sombré, en 1998, dans une misère noire qui a duré une dizaine d’année, lors de la dévaluation du bath Tahï dû à une manœuvre financière du grand philanthrope G. Soros.

          Le « monstre » de la fiance est si puissant qu’en quelques secondes, il est capable de créer des misères et de la pauvreté qui perdureront des dizaines d’années, sans que personne ne soit entièrement responsable, car personne ne le contrôle.

          Si « on » fait ce premier pas (régularisation voire suppression de la bourse), « on » aura déjà fait un grand pas.

          Problème, c’est que pratiquement personne, parmi nos brillants politiciens, ne propose cette régularisation, la seule et unique action ultra sensée et ultra essentielle qui éviterait le chaos (« ils » appellent cela « crack boursier »), et qui aurait des répercussions bénéfiques directes et à grande échelle en faveur des défavorisés, toujours selon le principe des vases communicants : un transfert des richesses des « ultra riches » (soit 0.00001% de la population mondiale) vers les « ultra pauvres » (soit 90% de la population mondiale).

          Comment ? C’est très simple : les profits « virtuels », dus à la création de monnaie artificielle par le jeu du crédit, disparaîtraient et on se tournerait vers des monnaies locales (pub pour le Farinet ici, soutenez cette magnifique initiative !) favorisant les richesses et les échanges locaux. Une sorte de « communisme spontané », ou communautarisme, tout en continuant des relations intercommunautaires de proximité.

          On réglerait aussi une bonne partie de la question climatique en régularisant/supprimant la bourse, mais je développerais ça une prochaine fois, ce serait trop long ici.

          Ok, c’est peut-être utopiste, mais ce sont les utopistes qui font avancer le monde, pas les réalistes.

          Enfin, merci DOM pour votre pensée libérée de tout carcan (vous être déconditionné, c’est bien !), qui vous rend beaucoup plus lucide que bien d’autres personnes. Bonne soirée !

          • ABSOLUMENT GENIAL !!!!!!!!!

            Je vais l’apprendre par cœur et le réciter pour faire mon humaniste doublé d’un génie de l’économie partout autour de moi avec.

            Voilà. C’est court mais quoi d’autre ??? Quand c’est parfait il n’y a pas besoin de dire quoi que ce soit de plus ???

            Peut-être, El Pistolero Président ?
            La France, ça vous irait ? Ils ont RIEN compris là-bas !

            Et… Merci El Pistolero. Ca fait plaisir d’être compris (et dépassé même) une fois.

          • pas entièrement d’accord avec votre point de vue,
            tant que l’on ne sera pas capable de nous protéger et individuellement et socialement des individus que l’on appelle « toxiques » ou des individus « sans conscience » qui sont les fléaux de notre monde d’aujourd’hui et tant que nous ne voulons pas avoir conscience que ce genre de personnes sont des nuisibles pouvant détruire un grand nombre de personnes autour d’eux,d’organisation, d’entreprises, de gouvernements………… nous pouvons continuer à polémiquer, nous continuons alors de nourrir un monstre qui nous paralysera de plus en plus ainsi que le poison ou le venin de serpent font en apportant une mort lente rigidifiante mais dont le venue est certaine….peu importe le temps nécessaire.
            d’accord donc avec les travaux du Dr Hare et son point de vue, d’accord avec le reportage FISHEAD d’accord aussi que chaque pays doit ou devrait utiliser le PCL_R test de manière précoce afin de se protéger et de protéger les générations futures, d’accord avec les déclarations de Henri Laborit dans Mon Oncle d’Amérique…………………
            d’accord aussi que l’ignorance de la nature humaine profonde sera notre perte si nous continuons à occulter et les mécanismes et de la violence qui nous explosent à la figure et les mécanismes qui permettent son explosion actuelle.

          • Oui, un monstre que nous avons créé et qui nous dépasse, ce Système, tout à fait !

            La RTS a fait 2 magnifiques émissions intitulées La Finance noire, il y a quelques années. On y apprenait que des milliers d’opérations de change (d’investissement) (de « bourse ») sont effectuées spontanément chaque seconde dans le monde, par des programmes automatiques conçus sur la base de modèles mathématiques. Et ainsi le crieur à la bourse d’autrefois ne va-t-il plus à Wall Street pour crier mais juste pour recueillir des informations à introduire ensuite dans le modèle mathématique qu’il conspire contre les pauvres.

            En tous cas, concrètement, il faut se tenir prêts le jour ou un nouveau crack boursier mondial comme celui de 2008 se reproduira, à descendre dans la rue (tous les jours pendant 3 mois et en masse il faudra bien ça, le monstre est costaud), pour empêcher le sauvetage de cette finance internationale…
            (comme l’avaient stupidement fait Couchepin, Merz + 5 autres d’ailleurs en 2009 (ils auraient mieux faits de sauver Swissair en 2001 red’ailleurs, là ça coûtait 50 millions seulement pour sauver la plus belle flotte aérienne du monde, contre 50 milliards ici pour sauver une banque qui ne propose que vent, foutage de gueule et racket organisé de l’honnête citoyen)).

            Et l’économie réelle n’aurait eu, elle, alors, ce jour-là, qu’à travailler avec les monnaies non traditionnelles soit, Bitcoin ou autres… . .ou alors le TROC même au pire (je plaisante… un peu ici), ou alors accepter de souffrir de perdre un peu des plumes dans l’affaire (en attendant de les récupérer ensuite après que le monstre eut été occis / en se nourrissant de sa charogne); ma foi, les grosses « mises à jour » (rattrapages, recadrages, retours à la normalité) sont parfois douloureuses, on ne fait pas d’omelettes sans casser des banques).
            Ou alors encore eut-il fallu ne sauver que la banque de prêts et pas celle d’investissement. Et cela même si « ça c’est pas possible », que disaient les banquiers.

            Sinon, sans attendre la prochaine crise pour tenter d’occire le monstre (vu sous son angle le plus immonde, c.-à-d. la finance), on peut aussi voter socialiste eu égard au magnifique programme (et je dis ça sans ironie, je précise bien parce que j’ai tendance à taper un peu sur les socialistes ici « des fois ») qu’ils ont et qui consistent à interdire, ou limiter ou contrôler au moins, la libre circulation des marchandises et des CAPITAUX sur cette planète. (Il faut juste qu’ils ajoutent encore: « Et des personnes » et leur programme sera parfait de chez parfait). Et en plus de toutes façons, tout ça va ensemble.
            Et je précise aussi que je ne pense pas forcément aux migrants ici mais plutôt même, grossièrement dit, à toutes les personnes au monde qui vont travailler à plus de 30 km de chez elles (c’est un peu comme pour la bouffe, il faut bouffer que des trucs qui viennent de moins 30 km de chez soi, pour sauver la planète). (On peut mettre quelques exceptions à tout ça bien sûr, mais pas INVERSER non plus la règle… surtout si c’est juste que pour… inverser la règle).

            Bref, ne pas sauver la finance internationale, et pour cela, par exemple, ne SURTOUT pas élire Macron (un leader mondial de cette finance le gamin (formé dans le haut-lieu le plus pourri au monde de cette finance; j’ai nommé, la banque de Rotschild à New-York)), parce que le type n’hésitera donc pas une seule seconde à saigner le français comme un porc en cas de crise… (et MEME sans ça même de toutes façons).

            Bref. Il faut abattre le Système, le tuer, l’occire. Et il n’y a pas la moindre mauvaise conscience à avoir de le faire, puisque ce monstre est virtuel, et qu’il n’y aura donc pas une seule goutte de sang versée ce jour-là. Et ne pas perdre de temps à le faire, parce que bien que « virtuel » cet enfoiré n’en déploie pas moins des effets bien réels, nombreux et douloureux.

          • Ah marcel il faut savoir !!!!?!
            Tu dis d’abord: « Le problème vient de quelques individus bien précis (Soros et de Rotshild par exemple) » et ensuite: « ça vient de mécanismes, automatismes » (bref du Système quoi !)
            (= ??!?!)
            Moi je pense que c’est les deux; ça vient des deux.
            MAIS il vaut mieux s’attaquer au Système parce que compte tenu que les candidats désireux de devenir les « Maîtres du monde » ne manquent pas (qui se pressent au portillon ces enfoirés / moi-même je ne serais pas contre. . . . .. . (enfin bref)), si on déboulonne Rotchild et Soros SANS changer le Système, d’autres pendront immédiatement la place derrière.
            Et c’est pour ça qu’il faut changer le Système et pas les têtes de pipe en particulier. (Enfin eux aussi, mais « pas que » ! Aussi surtout le Système / the machine en anglais (je sais que tu sais mais c’est pour les autres (les socialistes (eux ne sont pas toujours très instruits 😉 (ça reste entre nous).

    • Pour une fois qu’il n’y avait pas le mot système. Ozer décrit ici plus concrètement certains biais communicationels de la campagnes. Pourquoi donc s’offusquer de ce message ? Comment trouver des solutions dans une posture du déni des problèmes ? En ce qui concerne les solutions : le comportement de DOM suggère un élan de réinformation et une prise de distance face à ces cabales, mythes et autres astuces rhétoriques très à la mode chez les politiciens-gestionnaires de cette campagne.

      • Merci 😉

        (je m’attaque au Système parce que c’est la racine du Mal (…qui a pris le pouvoir sur cette planète aujourd’hui). (Plutôt qu’aux conséquences que ce Mal ne cesse de produire).

        Et je pense que c’est la seule solution de faire; prenons en effet l’exemple d’un arbre, traiter une feuille après l’autre individuellement est illusoire; il faut traiter la racine. (Une phrase que ne renierait pas d’ailleurs Freysinger, (c’est de lui que je la tiens / je l’ai entendu dire (i y a très longtemps maintenant); ça a été le début de mon de revirement d’opinion par rapport à lui d’ailleurs (moi qui pouvais pas le saquer avant ça).

        • je pense que la racine du mal est de la même origine que la racine de ou des idéologies appliquées à l’humanité ?

          d’ou viennent donc les idéologies ? mystère à résoudre au plus vite !

          • cher DOM et le système est plutôt à voir comme une ferme d’élevage, c’est plus simple : tant que les animuax paissent inconscients du fait qu’ils sont des animaux à exploiter tout va bien le système fonctionne à merveille………..

            quand les animaux se REVEILLERONt et se rendront compte
            1- qu’ils ne sont pas des animaux
            2-qu’on les exploite pour ce qu’il peuvent produire qui auto-entretient et la ferme et le système
            3- que le système n’a donc LIEU que parce qu’ils se comportent comme des animaux peu conscients ni responsables de leur sort, le système ou la ferme n’ont pas de raison de changer de modèle…………….

            pour être un peu vache ( on parle bien de ferme et d’élevage ! ) les responsables ne sont donc pas les instigateurs du système mais bien ceux qui se laissent mener docilement en confiance et sans aucune vigilance…….

            le Valais par exemple va devenir le premier canton dont l’agriculture va tendre vers l’autonomie totale en créant les cultures uniquement sur le modèle pérenne de la permaculture, et oui c’est le vœu exprimé clairement par Mr Darbellay qui a profondément conscience des enjeux actuels de l’agriculture et du fait que nous devons nous protéger de ce qui nous est imposé par le biais de l’UE, merci à lui nous allons devenir des précurseurs au lieu de demeurer des suiveurs………………

          • …des idées. . . .
            Des uns et des autres . . . .

            Et les idées, de la perception que nous avons du monde (ses problèmes) et (tentatives de) solutions pour résoudre ses problèmes… pour (mieux) (sur)vivre.

            Philosophie et idéologie, même combat. Ou presque (tout proche).

            Le Mal = idées pourries !

            Les idé(ologi)es) pour essayer de contourner adoucir ou vaincre (rêve toujours) les conditions du vivant; agir ainsi n’est effectivement que retarder pour mieux sauter (Inventer un dieu par exemple pour dire que quand c’est fini, ça recommence par exemple = FBI (Fausse Bonne Idée)

            Attention: 1dex: zone de danger (de type traumatique philosophique existentiel) important parfois.

  3. Franchement, durant ces débats (ou foire d’empoigne ?), la qualité n’était pas au rendez-vous, que ce soit celui de Canal 9 ou du Nouvelliste.

    Presque rien sur leurs programmes respectifs, leurs projets de société, leurs visions pour le Valais (à part peut-être Oskar, qui prône « Mayen 1300, le retour »).

    En résumé :

    C. Darbellay : Je vais manger Oskar tout cru ! Miam miam !
    S. Rossini : Entre Oskar et moi, y’a pas photo ! Favre ? c’est qui déjà ?
    O. Freysinger : C’est trop injuste, ils sont tous ligués contre moi, ouiiiin !
    F. Favre : Le calife à la place du calife, c’est moi, et je suis trop fort !
    J. Melly : Une remise A9 du dinosaure que je suis ? j’veux bien !
    R. Schmidt : J’invite tous les romands dans le Haut-Valais et on se fait une bonne raclette, tip top!
    E. Waeber-Kalbermatten : N’oubliez pas le plus important : je suis une femme et une haut-valaisanne !

    Bon, je vous l’accorde, les questions des journalistes n’étaient pas vraiment de nature à hausser les débats.
    Au lieu d’alimenter les polémiques et de demander les pronostics des candidats, ils auraient pu leur poser des questions sur des thèmes concrets, comme l’aménagement du territoire, les migrations, l’écologie, la formation, etc. Car franchement, sur ces thèmes centraux, personne ne connaît encore le programme des candidats (nous ne le connaîtrons jamais).

    Le nivellement par le bas ? Ça en a tout l’air. J’espère que les 5 élus me démentiront.

    • Je pense qu’effectivement les journalistes auraient pu poser moins de questions excitant au combat de coqs et plus de questions sur les programmes et les choix de société.. mais Rossini offre son projets et décline ses priorités sur sa page FB. EWK a répondu en détail aux questions des écolos et pour les sortants c’est facile de rappeler leurs projets en cours ou à moyen terme.
      Je trouve d’ailleurs que les débats et interviews de Canal9 étaient meilleurs que ceux du Nouvelliste.

      • Je n’ai pas de profil Facebook et n’ai pas l’intention de mettre un doigt dans cet engrenage.

        Mais Rossini figure sur ma liste, son intelligence m’inspire la confiance.

        Je trouve par contre que la plutart des médias actuels ne misent pas la qualité de l’information, mais participent, souvent malgré eux (la concurrence indirecte des réseaux sociaux est rude), au nivellement par le bas.
        Leur rôle serait justement de prendre du recul face à l’instantanéité et la désinformation issues de l’utilisation réseaux sociaux, et de proposer des analyses et articles de fond pour relever la niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *