REAL BARCA !

Le Barça est royal !

Si une équipe au monde pouvait battre le PSG, remonter quatre buts d'écart et faire chavirer ses supporters, ce ne pouvait qu'être le Barça de la triplette MSN. 

Luis Enrique a choisi une prise de risque maximale en optant pour une défense à trois, avec Umtiti (parfait), Piqué et Mascherano, et un milieu de terrain renforcé (Busquets, Iniesta, Rakitic et Rafinha). Et lorsque Luis Suarez marqua à la 3ème minute, le Camp Nou se dit que la remontada catalane ne serait pas du chiqué. 

 

Et le Barça monopolisa le ballon, pressa et prit des risques insensés dans sa zone défensive, les trois centraux se révélants très sûrs dans toutes leurs interventions. Paris sembla tenir le bon bout jusqu'au moment où Iniesta, profitant d'un placement hasardeux de Marquinhos, propulsa d'une talonette la balle vers le but. L'arrière gauche parisien paniqua et marqua contre son camp. La remontada devenait réalisable. 

Lorsque, après le thé, Messi marqua un pénalty justifié, le Camp Nou était prêt à vivre une soirée historique. Cavani, qui lorgnait avant le match pour le ballon, rafraîchit l'air catalan. Le Bsrça devait encore marqué 3 buts en moins de trente minutes. Impossible contre la deuxième meilleure défense d'Europe ! Encore plus impossible à dix minutes du terme avec un score inchangé !

Et puis Neymar montra à la planète foot qu'il pouvait prétendre au ballon d'or. Après un pénalty provoqué par la tête de Meunier, le Brésilien ajusta la lucarne droite de Trapp, puis ne trembla pas pour le pénalty du 5-1, généreusement accordé par l'arbitre. Cinq minutes supplémentaires à tenir. Barcelone échouerait au poteau. Une fois encore Neymar fit la différence par un assist, Sergio Roberto, à peine entré en jeu, profitant d'un caviar de son équipier, pour battre à bout portant Trapp. Le coaching de Luis Enrique se révéla tout simplement génial. Et Neymar, exceptionnel, par la grâce de ce seul match, a peut-être tout simplement enterré les espoirs de Cavani, magnifique depuis le début de la saison, de succéder à Ronaldo pour le ballon d'or. Le Brésilien a été phénoménal, un leader inarrêtable balle au pied et ce passeur inoubliable qui a sidéré, avec Sergio Roberto, la France entière, à la dernière minute d'un match entré dans la légende du football. Nul doute que les spectateurs présents au Camp Nou diront à leurs petits-enfants au crépuscule de leur vie : "j'y étais !"

Neymar s'est exprimé après le match : "'est le meilleur match que j'ai joué dans ma vie. Pour tout ce qu'il signifie, pour tout ce que nous avons vécu et parce que c'est une bonne période pour moi. Avant le match, nous y croyions et maintenant encore plus. Quand ils ont marqué leur but, nous avons un peu accusé le coup. Mais ensuite, nous avons mis le quatrième but, puis le penalty... Nous nous sommes concentrés et le but de Sergi (Roberto) est arrivé. Je sais que nous avons écrit l'histoire, une équipe comme celle-ci est capable de tout. La qualification semblait perdue, donc, nous avons joué sans pression, avec joie, en donnant tout pour marquer. C'est ce qui a fait la différence au niveau mental."

Le Barça est la meilleure équipe de football au monde. Une équipe qui peut être vaincue, même sèchement, mais qui a ce supplément d'âme inexplicable, qui force les plus grands exploits. 

Le Barça a été royal. Real Barça !

Commentaires : 4

  1. Le PSG n’a pas joué la 1er mi temps et à joué beaucoup trop défensif. de plus il a joué contre 13 hommes déterminés Le 12 em étant le publique fort nombreux et le 13 em étant l’arbitre qui a offert 2 pénaltys au Barça. Ceci dit le PSG n’a pas joué donc à perdu et c’est bien fait pour eux.

    • Si je puis admettre que le deuxième pénalty n’en était pas un, j’ai tout de même trouvé l’arbitre très bon. Voici pourquoi.
      1) Il a eu une ligne de conduite claire concernant trois fautes de main que d’autres auraient sanctionnées de penalties : lui les a ignorées, toutes, dans un camp comme dans l’autre.
      2) Il a eu le courage de changer sa décision sur le premier pénalty, sur consultation de l’arbitre derrière le but, alors que justement, d’habitude, on critique ces arbitres dont on dit qu’ils ne servent à rien. Pour une fois qu’il y en a un qui prend ses responsabilités, il faut savoir ce que l’on veut…
      3) Il a été constamment mis sous pression par les joueurs des deux équipes qui sont des tricheurs nés et des râleurs de la pire espèce et dont le principal challenge consiste à essayer de l’abuser, en fieffés comédiens parfaitement préparés à ce genre d’exercice..
      4) Il n’a sorti qu’un carton jaune, en fin de partie, contre Verrati qui aurait pu tout aussi bien ne pas terminer le match, vu l’ensemble de son œuvre (6-7 fautes grossières et d’anti-jeu).
      5) Il était toujours proche des actions même quand le match se jouait sur un tempo très rapide, preuve de son excellente condition physique.

      Au final, je retiens surtout un match palpitant, fabuleux, de plus en plus rare, et dans lequel l’équipe qui en voulait le plus a triomphé. On dit que le PSG a joué petit bras, mais y a-t-il une équipe en Europe qui aurait été capable de soutenir la comparaison, face à une telle maestria?
      PS Encore une preuve que les statistiques, si chères aux journalistes ne sont que du pipi de chat, en foot comme en politique.

  2. Paris a été étouffé, un Barca inhabituel et grandiose. Mais usant pour le cœur. Le plus beau match que j’ai vu.

  3. Pour être méchant, je dirais que s’il y a bien une équipe qui pouvait se prendre 3 buts dans les 7 dernières minutes et entrer dans l’histoire du foot par la toute petite porte, c’était bien le PSG d’hier soir…

Commentaires fermés