Le rejet de Freysinger ou l’enjeu national du scrutin valaisan

(Johan Rochel, docteur en droit et auteur de «La Suisse et l’Autre: plaidoyer pour une Suisse libérale» [avec l'accord de l'auteur])

 

Oskar Freysinger s’est lui-même profilé comme le symbole d’une certaine manière de concevoir notre pays et de faire de la politique, écrit Johan Rochel, vice-président du think tank Foraus – Forum de politique étrangère. Sa chute aurait valeur de test pour l’UDC Suisse.

Les Valaisannes et les Valaisans offriront-ils à la Suisse romande la victoire «DSI» tant attendue? Les Suisses alémaniques se réfèrent à cette victoire «DSI» en référence à la votation populaire contre l’initiative de mise en œuvre du projet d’expulsion des étrangers criminels («DurchSetzungsInitiative» en allemand, DSI). Attaquant de front l’Etat de droit et le travail du Parlement fédéral, l’initiative avait été renvoyée aux oubliettes par une large majorité de citoyens en février 2016. Depuis, cette victoire «DSI» a déployé de nombreux effets sur les rapports de force politiques alémaniques. Elle a confirmé l’importance de plusieurs acteurs de la société civile dans le travail de mobilisation, à l’exemple du mouvement «Opération Libero» et de l’action «Appel urgent».

La campagne «DSI» a également démontré le potentiel du financement participatif politique. En récoltant près de 1,2 million de francs à travers tout le pays, l’«Appel urgent» a permis une vaste campagne d’affichage là où l’UDC et ses moyens financiers énormes régnaient en maîtres. Mais plus important encore, la victoire «DSI» a libéré des forces constructives et progressistes autrefois tétanisées. Exit le fatalisme qui accompagnait trop souvent les scrutins sur les étrangers, l’asile ou la sécurité; une nouvelle dynamique de la mobilisation a vu le jour, se confirmant avec la loi sur l’asile (juin 2016) et la naturalisation facilitée (février 2017).

Rôle déclencheur de la manifestation

En coupant la voie à Oskar Freysinger dans sa course au Conseil d’Etat, les Valaisannes et les Valaisans peuvent offrir à la Suisse romande sa votation «DSI». Sur la méthode de campagne tout d’abord, le succès du premier financement participatif politique a profilé un nouvel instrument de levée de fonds et de mobilisation. Les quelque 42 000 francs de crowdfunding de la campagne cantonale «Coupons-lui la voie» équivalent peu ou prou au 1,2 million de la campagne nationale sur l’initiative de mise en œuvre (au prorata de la population). Comme dans le cas de la «DSI», cette campagne et la manifestation organisée à Sion ont joué un rôle de déclencheur. Les structures politiques traditionnelles ont ensuite pu renforcer cette dynamique et mettre en avant leurs projets et leurs idées. Apparaît alors une nouvelle forme de division du travail entre mouvements ponctuels et acteurs établis, entre groupements thématiques et organisations partisanes.

Sur le fond, les Valaisannes et les Valaisans peuvent transformer l’essai et lui conférer la portée régionale et nationale qu’il mérite. Oskar Freysinger n’est pas seulement un conseiller d’Etat dénoncé pour de graves manquements dans la gestion de son département; il s’est lui-même profilé comme le symbole d’une certaine manière de concevoir notre pays et de faire de la politique. De l’initiative pour l’interdiction des minarets à l’affaire «San Giorgio», il a systématiquement créé du capital politique en attisant la haine de l’Autre, en s’attaquant aux libertés des minorités, en faisant l’apologie d’une Suisse recroquevillée sur elle-même, mise en danger par un extérieur nécessairement menaçant.

Retour à une ligne «pragmatique» de l’UDC

Oskar Freysinger ne représente de loin pas l’entier de son parti. En effet, ils sont peu nombreux à reconnaître en Vladimir Poutine et Donald Trump des leaders d’un monde plus libre. De même, seule une petite minorité aime parcourir les conférences de l’extrême droite européenne. A l’inverse, le nombre de sympathisants mal à l’aise avec l’escalade vers des initiatives toujours plus extrêmes va croissant.

Le vote valaisan est une occasion unique de signifier le rejet du symbole Freysinger et (aussi) de renforcer la ligne «pragmatique» de l’UDC. Trop longtemps passives et désorganisées, les forces politiques constructives avaient pris l’habitude de regarder béatement la machine à gagner. Mais l’initiative a changé de camp; la confiance et la grinta peuvent déplacer des montagnes. La victoire «DSI» romande est à portée.

 

Précision :

 

Johan Rochel,  docteur en droit et auteur de « La Suisse et l’autre plaidoyer pour une Suisse libérale ». Dr. en droit, vice-président du think-tank foraus - Forum de politique étrangère. Membre associé du centre d'éthique de l’université de Zürich et chargé de cours à l'université de St-Gall, il travaille sur la politique d’immigration de l’Union européenne, à la jonction de la philosophie politique et du droit européen. Il a fondé en 2015 Ethique en action.

Cet article est paru initialement dans Le Temps.

 

 

Commentaires : 15

  1. J’aimerais en ouverture de mon message préciser que je suis PDC et que je n’ai pas voté pour Oskar Freysinger. Partant, je demande quels sont les graves manquements pour lesquels Oskar Freysinger a été dénoncé, et à quelle autorité ces dénonciations ont-elles été portées ?

    Je précise également que les dénonciations envers le RSV, celles-ci à ma connaissance portées par des avocats ont abouti à des changements au sein du Département de Mme Esther Waeber Kalbermatten.

    Pour conclure: j’appelle les auteurs de commentaires et/ou de textes à étayer leurs messages de manière à respecter l’équité, la déontologie et l’éthique. Il appartient au rédacteur de l’1dex de faire le nécessaire pour que l’on ne puisse plus dire que tel ou tel candidat a 12 enfants illégitimes dans le canton, que tel ou tel candidat est affilié à la franc-maçonnerie, que celle-ci est liée à des groupes d’intérêts pharmaceutiques,….

    • loxley vous avez raison, il faut respecter l’équité, l’éthique et la déontologie, et que les arguments ou faits dénoncés soient prouvés ou attestés……………

      mais de là à imposer le silence sur certains faits importants ou qui pourraient être révélateurs et informatifs
      non et non
      car c’est dans le mécanisme de la CONTRAINTE imposée par l’impossibilité de parler ouvertement voir de dénoncer que nous entretenons cette HYBRIS qui vous est si chère mais si malfaisante pour le collectif.

      il est une forme de coercition dans l’obligation au silence, au non-dit, au tabou,…. et c’est au coeur de ce mécanisme là que l’on peut voir et discerner le fonctionnement de votre parti cher Loxley, puisque vous déclarer être PDC , et sous quelle forme tous les petits et les gros abus sont mis en pratique…………merci à vous au passage ….

      « Faites comme je dis
      pas ce que je fais
      et taisez vous ensuite
      pour le bien commun  »

      Amen mes frères mangez du paradoxe et de la double contrainte rien n’est pire pour les générations futures !

      • petit rajout pour vous Loxley, d’abord encore merci….
        ensuite vous êtes de « la majorité » et avez donc probablement raison par dessus-tout

        vous ne comprenez pas JC Van Damme lorsqu’il dit qu’il faut être aware, ce n’est pas grave en soit….
        mais si vous aimez réellement vos enfants et la vie et les générations à venir, de grâce informez vous un peu sur ce que signifie tout ce qui est ancré dans le paradoxal
        et sur les conséquences désastreuses causées par l’exposition quasi permanente
        à une ou des formes de double blind

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Double_contrainte

        après si vous n’avez toujours pas compris, vous pourrez écrire à MR Bateson pour lui dire pourquoi il a vu tout faux !

  2. une vision plus globale du problème de la politique mondialiste actuelle nous oblige à nous poser la question de savoir
    qui sponsorise les think thank dans leur grande majorité ? et dans quel but ou pour quelle raison ?

    la démocratie est bien le pouvoir par le peuple ?

    et la mondialisation une réorganisation du paysage politique mondial dans le but de satisfaire aux besoins de la finance internationale et de sa voracité inassouvissable et ce à n’importe quel prix ?

    pour quelle raison donc tout groupe ou individu s’opposant un tant soit peu à cette « création » du nouveau paysage mondial, de la pensée unique l’accompagnant devrait-il forcément être rejeté, stygmatisé ou traité d’imbécile ?

    pour quelle raison le nouveau paysage de création de parcs et de fermes d’élevage de populations/moutons ne peut-il déplaire à certains sans que ceux-ci ne soient traités de parias ou de « mauvais éléments » ?

    un ou des êtres humains ont-ils jusqu’ici le droit acquis de ne pas devenir soumis à la pensée unique et refuser le statut d’esclave préparé pour nous tous aujourd’hui non pas par le système mais par des éleveurs conditionneurs d’une race en perdition et pratiquement plus ou peu capable de discernement …..

    les anti-fascistes d’aujourd’hui sont ils vraiment les fascistes de demain ?

    • C’est bien pour tout ça que l’on ne doit pas soutenir une personne qui fait allégeance aux puissants comme Poutine ou Trump. Il nous faut soutenir les solutions continentales européennes et ne pas renforcer le pouvoir de personnes qui veulent balkaniser l’Europe.

      • pourquoi vous préférez ce qui nous est imposés par les USA ? nous ne sommes aujourd’hui qu’une sous-préfecture états-unienne semblerait-il…………et le résultat vous plaît donc tant que cela ?

        ne fait-on pas déjà allégeance à un pouvoir qui veut américaniser l’Europe au risque de la détruire au besoin ?

    • Les anti-fascistes sont des fascistes qui s’ignorent. (eh oui, des fascistes comme les autres, mais qui s’ignorent).
      Ca tient au fait qu’on leur a injecté des drogues une fois (de type hypocrine, mensongine et crétinine celles-ci) et que depuis ils n’arrivent plus à décrocher.
      Ca c’est passé notamment après la 2ème guerre mondiale.
      Et QUI leur a injecté ces drogues ? Les juifs bien sûr; eux qui sont les inventeurs de cette notion. Enfin, non, ce sont pas les « inventeurs » pardon (nb. le racisme est un sentiment naturel, personne n’a eu besoin de l’inventer), mais ce sont les principaux PROMOTEURS de cette notion. (L’air de rien… bien sûr).
      Et pas TOUS non plus; CERTAINS seulement ! (nb. on les appelle les sionistes / la plupart d’entre eux vivent en Israël, enfin… en Palestine plutôt… enfin bref).
      Ca tient au fait qu’ils ont « comme un léger petit complexe de supériorité »… quant à avoir gagné « une fois une élection ». Et c’était vachement plus haut que le Conseil d’Etat valaisan je te dis tout de suite. Mais encore moins démocratique par contre LOL !
      ‘fin bref. Moi je dis que les anti fascistes sont des fascistes qui s’ignorent.
      Les con-ditions du vivant sont effectivement impitoyables.

  3. une démocratie peut-elle accepter une forme d’opposition de quelque groupe que cela soit ?

    oui si elle est encore démocratique
    non si elle est devenue totalitaire

    isn’t it ?

  4. encore pour vous loxley ainsi que pour tous vos amis, lisons et relisons les paroles du Pape Benoît qui dans son court texte démontre relativement clairement la raison pour laquelle………….nous la perdons trop souvent ( la raison donc……)

    et donnons-lui raison pour une fois :

    « Le christianisme doit toujours se souvenir qu’il est la religion du Logos » (Cardinal Ratzinger)

    « Le christianisme doit toujours se souvenir qu’il est la religion du Logos. C’est la foi en le Creator Spiritus – le Saint-Esprit – par qui procède tout ce qui existe. C’est aujourd’hui ce qui fait sa force philosophique en ce que, soit le monde provient de l’irrationnel, et la raison n’est alors qu’un « sous-produit » à l’occasion même douloureuse de son développement, soit le monde provient du rationnel et est alors en conséquence son critère et son but. La foi chrétienne penche pour cette seconde thèse, ayant ainsi d’un point de vue philosophique la haute main, en dépit du fait que beaucoup considèrent aujourd’hui que la première thèse est par excellence la seule option moderne et rationnelle. Cependant une raison qui prendrait sa source dans l’irrationnel, et ceci est tout compte fait irrationnel en soi, ne constitue pas la solution de nos problèmes. La raison créative seule, qui se manifeste dans le Dieu crucifié comme amour, peut nous montrer le chemin dans la réalité. Nous, chrétiens, devons être extrêmement attentifs, dans le dialogue si nécessaire entre les « gens du monde » et les catholiques, à demeurer fidèles à cette ligne fondamentale : vivre une foi qui vient du Logos, de la raison créative, et ceci parce qu’elle est ouverte à ceux qui sont rationnels en vérité ».

    • Juste un autre point de vue…
      Scientifique par formation et passion, de tout temps j’ai questionné mon rationnel pour en définir ma réelle conviction religieuse telle qu’enseignée par tradition et influence séculaire. Dès ma tendre enfance, mon doute ne m’a jamais quitté jusqu’à ce jour, à 79 ans. Je ne le l’impose à quiconque. Contrairement à d’autres imposeurs de foi et autres croyances uniques…
      J’abonde dans le sens de Einstein et je m’y sens bien.
      3 citations parmi d’autres :
      « Ce qui m’intéresse vraiment c’est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde, c’est à dire, si la nécessité de la simplicité logique laisse ou non un quelconque degré de liberté. » Albert Einstein, à son assistant Ernst Straus (cité par Carl Seelig, Helle Zeit-Dunkle Zeit, p72). Max Jammer Einstein and religion p. 124. New quotable p. 209
      « Il me semble que l’idée d’un Dieu à forme humaine est un concept que je ne peux prendre sérieusement. Je ne me sens pas non plus capable d’imaginer une volonté ou un but hors de la sphère humaine. Mes vues sont proches de Spinoza: admiration de la beauté et croyance en la simplicité logique de l’ordre et de l’harmonie que nous ne pouvons saisir qu’humblement et imparfaitement. Je pense que nous devons nous contenter de notre savoir et notre compréhension imparfaite, et traiter les valeurs et les obligations morales comme un problème purement humain, le problème humain le plus important. » Albert Einstein, lettre à Murray W. Gross, 26 Avril 1947, Max Jammer Einstein and religion p138.
      « La science ne peut être créée que par ceux qui sont complètement imprégnés par l’aspiration vers la vérité et la compréhension. La source de ce sentiment, toutefois, provient de la sphère religieuse. D’elle provient la foi dans la possibilité que les lois valables pour le monde de l’existence sont rationnelles, c’est-à-dire compréhensible à la raison. Je ne peux pas concevoir un véritable scientifique sans cette foi profonde. La situation peut être exprimée par une image : la science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle » Albert Einstein, ideas and opinions, science and religion.

    • @marcel: je suis en train de lire Décadence de Michel Onfray (Flammarion). Le livre est très intéressant, notamment par rapport à votre commentaire, le Logos entre autres choses.

  5. Sauf que a mon avis tout personnel Mr onftay personnifie à lui tout seul la décadence de l esprit qu il dénonce dans ses livres c est bien là toute la problématique de cet individu, un nivellement par le bas sans compensation aucune sauf une très mauvaise influence sur la conscience collective et à sa suite sur les individus y étant encore malheureusement encore soumis bref un peu comme si on nourrissait un troupeau de vaches avec du foin synthétique. Imaginez ensuite la qualité du lait !!! Beurk

  6. Sans en reste d une brève idée , je trouve ce monsieur Freysinger de plus en plus effrayant pour sa propre personne .
    Ou plusieures ? Alors pour le canton du Valais , Don Oscar ? ,,,,

  7. Il faut vivement l’espérer, car si nous n’avons toujours pas compris que cet homme n’a plus rien à faire dans notre gouvernement, pour toutes les raisons évidentes que personne ne peu plus ignorer dans nos villages et nos villes, et qui ne sont pas des ‘factnews’, mais des réalités x-fois prouvées et éprouvées, je vais vraiment douter du bon sens si souvent prôné des Valaisannes et Valaisans !

    Mais, comme l’auteur de cet article du Temps, je suis persuadé que la confiance et la grinta peuvent véritablement déplacer des montages, aussi en Valais, les pays des 4.000, sauf qu’ici il suffit tout simplement de le pousser énergiquement hors de son siège gouvernemental, pour le plus grand bien du Valais et de tant de gens.

    Souvenez-vous de cette magnifique démonstration sur la Place du Scex à Sion et ne le prenons plus jamais, au grand jamais, sur nos listes électorales.

    Post Scriptum : Les Hollandais ont compris, ce soir, ce que les gens de la sorte des Freysinger et Cie pouvaient apporter de négatif et de mauvais à leur pays. Suivons-les !

  8. On reconnaît bien dans la cabale contre Freysinger : un modèle européen bien plus proche de l’élite avec son administration décentralisée que des citoyens. Bref, comment faire croire à une prise de pouvoir citoyenne (Down/Top) quand il s’agit toujours d’une gouvernance Top/Down. Bravo, l’illusion a été efficace. Ce qui n’enlève en rien le bilan d’inefficacité de nombreuses stratégies européennes : environnement, éducation etc. Donc oui : compétent dans l’art de la persuasion par la magie de la rhétorique mais incapable d’améliorer les conditions de vie : c’est à dire éviter les pollutions (ex : électro-smog), éviter les voix de garage, éviter le chômage des jeunes etc..

    P.S. Doris Leuthard (PDC) connaît bien la technique pour masquer le chômage des étudiants en fin de formation : six mois d’attente et une délégation du problème vers les … parents. Vive la famille chez les PDC.

Commentaires fermés