Yvo Mathier : « Beschämende Analyse auf Niveau Oskar Freysinger! Der rassistisch unterschwelliger Ton gegen das deutschsprachige Oberwallis ist nicht akzeptabel. »

Yvo Mathier, noir de cher noir, brillant vigneron et encaveur, conseiller viticole en chef de Jean-Michel Cina, est originaire de Salgesch, Salquenen en français. Yvo Mathier n'a pas aimé, mais pas aimé du tout l'article du 15 mars 2017 intitulé "Tsunami haut-valaisan contre la démocratie". Et il réagit en allemand, traduit ainsi librement par moi en français : "Analyse honteuse du niveau de Oskar Freysinger ! Le ton raciste subliminal contre la langue allemande est inacceptable". Pas moins !

Thomas Burgener voulait m'envoyer dans les cordes en disant que j'avais soutenu Oskar Freysinger durant cette campagne. Mensonge caractérisé comme le savent tous les lecteurs de L'1Dex. Yvo Mathier utilise le même artifice en mode "unterschwelliger" en me renvoyant aux méthodes de Oskar Freysinger qui seraient miennes. Ben voyons, un pas encore, et ce sera moi qui aurai conçu l'affiche de Maria et celle contre le papa de Christophe !

Et puis, voilà Yvo qui pense que j'aurai un rapport raciste avec la langue qu'il pratique à Salquenen. Aurais-je donc vécu vingt-ans avec une fille de Salquenen, professeur d'allemand, conçu avec elle cinq enfants, et débouché à travers mon inconscient sur la haine de la langue allemande"racistement" détestée ? Yvo est meilleur vigneron que logicien !

Pourtant, cette "descente" haut-valaisanne à mon encontre dit que j'ai "piqué" - pointé très exactement à l'endroit qui fait mal. Qu'ai-je dit ? Que le Haut-Valais s'engageait dans ce second tour, plus encore que dans le premier, dans une campagne tous azimuts pour préserver le siège de leur troisième conseiller d'Etat, Oskar Freysinger. J'ai dit aussi que le Haut-Valais était tout simplement surreprésenté au Conseil d'Etat, avec deux sièges. J'ai simplement pris appui sur des mathématiques simples permettant de connaître la juste représentativité de ce coin de terre au Grand Conseil.

L'argument démographique étant imparable, voilà les Hauts-Valaisans se précipiter sur l'argument territorial. Il faudrait, pensent certains là-haut, que la surface du territoire soit le critère à privilégier pour aboutir à une représentation du Haut-Valais au parlement par 40 députés ! La démocratie est ainsi transformée en un jeu de préservation par les Valaisans de là-haut, des prébendes, des avantages et des subventions (on attend avec impatience certaines statistiques encore soigneusement cachées !).

Yvo Mathier franchit une étape supplémentaire et découvre chez moi un racisme subliminal dans le fait d'avoir à rappeler certaines évidences démocratiques aux gens d'outre-Raspille.

J'aimerais rappeler à Yvo Mathier, en m'appuyant sur André Comte-Sponville que le racisme peut être défini ainsi : "Toute doctrine qui fait dépendre la valeur des individus du groupe biologique, ou prétendu tel, auquel ils appartiennent. C'est une pensée prisonnière du corps, comme un matérialisme barbare. Sa logique est de frapper." En l'espèce, la démocratie est une forme de gouvernement fondé sur la représentativité des citoyens. Dans le cas d'espèce, le citoyen haut-valaisan, du fait de l'organisation institutionnelle ancestrale valaisanne, prétend pouvoir gouverner en obtenant une majorité qui n'est pas fondée sur l'idéologie des partis en course, mais sur l'origine géographique des candidats en course pour les cinq sièges.

Pour préserver leur majorité au Conseil d'Etat, le Valais du Haut, majoritairement du centre, est prêt à offrir un siège à la Planta à une femme de gauche et à un homme de la droite extrême en les sanctifiant de leur vote plus ethnique qu'éthique, avant de vouloir changer la constitution en attribuant au Haut-Valais des députés en fonction de la surface du territoire situé au-delà de la Raspille.

Au moment même où des décisions cruciales devront être prises dans des dossiers touchant au territoire haut-valaisan (A9, mercure, patients hospitalisés hors canton, subventions pour le tourisme, etc.), avec des effets financiers peut-être majeurs pour l'ensemble du canton, appartient-il à un "ton raciste subliminal" que de proposer au Valais romand et francophone la compétence, l'équilibre et l'apaisement avec la présence à l'exécutif cantonal de Stéphane Rossini ?

Le Haut-Valais a perdu la mesure de la critique et du débat démocratique, préférant développer son goût pour la franche défense des siens.

Le Valais saura dimanche si l'appel puissant des dominants du Haut de voter et de faire voter Oskar Freysinger aura eu pour effet la fin du parcours politique de Stéphane Rossini.

Bonjour à tous les vignerons du Valais romand qui savent faire du vin aussi bon que l'excellent Pinot de Salquenen !

 

 

Post Scriptum I : c'est assez touchant cette douceur des Noirs du Haut pour Esther. Mais confondre idéologiquement Esther et Oskar en les incluant sur une même liste relève du "unterschweliiger Ton" à caractère fortement clanique. Vive le bilinguisme !

 

Post Scriptum II : il est possible que cette utilisation du "racisme" dans le cas concret puisse être lié avec l'idée de Patrice Zeltner de représenter la partie du Haut en noir et non en blanc, non ?

Commentaires : 7

  1. Cela vingt ans que je dénonce l’OPA du Haut sur le Canton.

    De toute manière, Mathier sait que l’enjeu est encore plus important ailleurs qu’au Conseil d’Etat, tant ses membres sont sous influence.

    Les Chefs de service sont l’enjeu :

    Ressources humaines : Oberwallis
    Service des contributions : Oberwallis
    Aménagement du territoire : Oberwallis
    Chasse et pêche : Oberwallis

    PS : Le pinot noir de Salquenen est amélioré avec du pinot noir provenant de la région Conthey-Fully. Les Mathier achètent des vignes dans cette région.

  2. Me Riand, il faut leur pardonner , ils atteignent la limite inférieure . Une idée m’est venue si nous les vendions au prix qu’ils s’estiment ce serait une excellente affaire.
    PS : Burgener se prend pour Bodenmann il a encore du chemin à faire.

  3. Est-il nécessaire de jeter de l’huile sur le feu? Il faut convaincre les romands de voter Rossini et Favre. Tous le reste est fadaise partisane.

  4. comme les haut-valaisans, non seulement revendiquent 2 conseillers d’Etat mais en plus, veulent choisir les 3 romands … changeons la constitution donnons-leur 2 CE dans une circonscription qui commence à la Raspille et choisissons seuls nos 3 représentant entre Sierre et Monthey

Commentaires fermés