FINHAUT. LEX PEPERE COMPTABLE (10)

La fiduciaire FIDAG est un peu le professeur d'auto-école des organes de la commune et de la SA (ce sont les mêmes personnes). Elle tient le volant, a le pied sur le deuxième embrayage, les doigts sur le frein à main, et l'oeil à la fois dans le rétroviseur et droit devant lui. 

Pour aider Fidag à « se reprendre », nous pensons qu'il serait utile de contribuer à remettre sur le droit chemin ces spécialistes du chiffre.

Oui, disions-nous il y a peu, la Fidag est aux commandes de l’opération.

Elle aura compris avant tout le monde qu'elle est sous les feux de la rampe et que plusieurs observateurs, et non des moindres, vont analyser son attitude en 2016 pour ses deux mandats fignolins.

Sérieusement grondé a été probablement  son collaborateur, qui a mis son employeur dans une situation inconfortable. On aura fait promettre à cet imprudent de ne plus recommencer sous peine de licenciement.

En haut lieu, on aura sûrement décidé aussi de ne plus avoir le même "collaborateur/ami" dans les deux mandats aux conflits d’intérêts si évidents, relevés par l’Etat.

On aura également selon toute probabilité  décidé de ne plus faire l’autruche et de ne plus avaliser des comptes d’une affaire en surendettement marqué (article 725 alinéa 2 CO) sans exiger un assainissement complet de la part de ses amis administrateurs.

On aura aussi remarqué que la moitié du expert comptablecapital social de la société (article 725 alinéa 1 CO) était perdu, ce qui exigeait aussi un assainissement indiqué.

On obligera les administrateurs de la SA à boucler les comptes de la participation financière AVANT ceux de la commune.

Encore plus sûrement : on imposera l’obligation de provisionner entièrement des prêts sans intérêts, qui ne seront jamais remboursés.

Encore plus sûrement : on imposera l’obligation d’amortir d’au moins 50% la participation au capital de la société en difficulté.

Encore plus sûrement : on suggérera aux "administrateurs/conseillers" de démissionner et de laisser la place à des gestionnaires plus compétents.

L'expert-réviseur-comptable, oeuvrant pour une fiduciaire expérimentée, aux dirigeants remarquablement formés, prendra quelques cours de rattrapage et méditera peut-être, s'il sait se remettre en question, sur le méchant danger consistant à être un peu trop proche des organes d'une société à contrôler.

Peut-être faudrait-il que l'assemblée primaire accepte que soient mis au prochain budget communal des cours de comptabilité dispensés aux plus méritants des conseillers communaux.

Bonjour à tous les imprudents et à tous les téméraires de la finance publique !

Commentaires : 1

  1. Vanité des vanités…

    A la lecture de votre article, on comprend mieux pourquoi il faut un VRAI contrôle des communes: comment peut-on laisser 5 gars gérés des sommes pareilles sans aucune notion de finance? Depuis 2010 cette commune aura reçu plus de 30 millions et peut s’enorgueillir de les avoir investi dans une publicité désastreuse tant pour elle que pour tout le Valais.
    Il faut agir!
    Le funiculaire d’Emosson est superbe mais ne justifiera jamais une injection de 10 million d’argent public, la fiduciaire aurait pu l’expliquer à n’importe quel enfant de 6 ans! Mais il va falloir attendre un désastre comme celui-ci pour que quelqu’un agisse (peut-être).
    Les Fignolins vont devoir accepter les mesures draconiennes de nettoyage des comptes de la société mais sans doute aussi une diminution de la fortune par habitant. Si vous prenez le temps de lire le bilan de la Commune (il est en ligne) vous verrez que la fortune des habitants est composée pour une grande partie d’actifs surévalués et de prêts à diverses contreparties insolvables….
    Il sera intéressant de voir comment le réviseur va gérer les prêts communaux au funiculaire,et la valeur des actions de cette SA. Actions dont la valeur prend le… funiculaire… entre le haut et le bas de la vallée du Trient: à Finhaut une action vaut 1000.-, à Vernayaz 1.- Comme se doit être mignon lorsque Fidag fait les comptes de tout ce joli petit monde!
    Pour finir sur une note d’humour, comment se fait-il que Finhaut détienne plus de 50% des actions de ce fameux funicualire, que Finhaut appointent 2 élus majoritaires sur 3 membres du conseil et administre au quotidien la société sans que l’on n’aborde le sujet de la consolidation des comptes du funiculaire dans ceux de la Commune?
    Réponse: le principe de transparence…Mais ceci est une autre histoire

Commentaires fermés