CHRISTOPHE DARBELLAY NE VEUT PAS IGNORER LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL

Rien, absolument rien, n'imposait à Christophe Darbellay de s'exprimer devant le Grand Conseil à l'aube de son mandat. Il eût pu ne rien dire, il eût pu expliquer son silence par la nécessité de prendre une pleine connaissance de son département, il eût pu d'une chiquenaude de vocabulaire sauter sur l'occasion pour remercier tous les fonctionnaires de l'avoir aimablement accueilli. Il eût pu, mais il n'a pas pu. Il a posé un autre acte.

Christophe Darbellay a pris ses responsabilités, a brièvement décrit les constatations qu'il avait personnellement faites en accédant au département de l'éducation. Et, ce qu'il a vu et ce qu'il a ressenti, il l'a transformé en parole offensive et déterminée.

On dira que la parole de Christophe Darbellay n'était là que pour critiquer son prédécesseur et discréditer une dernière fois son chef de service, Jean-Marie Cleusix.

Mais de quoi donc parlons-nous ? De la parole d'excuse d'un membre du gouvernement en direction des fonctionnaires, une parole reconnaissant la souffrance ressentie par des serviteurs de la fonction publique, ayant dû subir, à l'intérieur du DFS, un management délétère.

Cette parole gouvernementale et institutionnelle d'excuse peut paraître une petite chose aux yeux de tous ceux qui n'ont jamais été confrontés à une mauvaise ambiance de travail et à une absence d'empathie relationnelle. Mais cette parole, même en petits mots, a, j'en suis convaincu, contribué à protéger les âmes de tous ceux ayant dû affronter ces graves dysfonctionnements.

Lors de son entrée en fonction, en 2001, Claude Roch avait pu constater que son prédécesseur, Serge Sierro, avait nommé dans une école de commerce un directeur dont les actes, de harcèlement, psychologique, sexuel et moral, avaient été qualifiés de graves par les tribunaux et autorités administratives. Il avait alors préféré proposer une promotion à l'indélicat et s'était abstenu de prononcer la moindre excuse envers les professeurs atteints par ces actes directoriaux, osant même se déplacer à l'Ecole Supérieure de Commerce de Sierre pour vanter la carrière du harceleur.

La souffrance au travail engendre un coût immense en Suisse, environ deux milliards et cinq cent millions de francs par an, en prestations diverses effectuées par les assurances publiques et privées.

Qu'un nouveau membre d'un gouvernement cantonal affirme au début de sa législature sa volonté de ne pas laisser souffrir les membres de son équipe est une avancée symbolique remarquable dans un canton aussi sclérosé sur le plan des responsabilités publiques que le Valais.

Ce mot gouvernemental est aussi un signe pour les cadres de la fonction publique, car cette position signifie qu'il peut exister des conseillers d'Etat qui s'impliquent dans le management au quotidien et qui ne restent pas les bras ballants devant les agissements d'un petit chef "colonellement" autoritaire et indélicat.

Certains diront que ce ne furent que des mots. Mais que ceux-ci sachent alors que les mots peuvent avoir un poids certain chez les victimes et que ces simples mots énoncés devant les représentants du peuple ont un poids plus fort aux yeux de beaucoup que les silences scandaleux de Claude Roch, cet homme qui avait eu le brillant flair d'introduire dans les hautes sphères de l'éducation un colonel, alors radical.

De ces mots, fermes et limpides peut naître une nouvelle politique dans le champ des ressources humaines que géreront probablement ensemble et pour le bien du canton les trois nouveaux conseillers d'Etat (Roberto Schmidt, parce qu'il est en charge des ressources humaines, Frédéric Favre, parce que ce domaine ne lui a jamais été indifférent, et Christophe Darbellay, parce qu'il conduit le département impliquant le personnel le plus important).

Bonjour à tous ceux qui n'ont jamais reçu des excuses de la part des institutions valaisannes !

Commentaires : 41

  1. Attention à bien faire la différence entre les cadres pédagogiques et les enseignants sur le terrain. Lors de la gouvernance Freysinger : ces cadres pédagogiques se sont régulièrement opposés à leur hiérarchie (avec parfois des pseudonymes sur ce site, certains se faisant même passer pour des enseignants…). Le message de Darbellay, je l’interprète plutôt comme une justification tautologique gratuite de cette cabale contre Freysinger. Je tiens ici à rappeler que Freysinger a rapidement rendu une semaine de congé aux enseignants, ce qui avait fait polémique dans la gouvernance Roch /Lovey. La véritable gène des cadres pédagogiques par rapport à Freysinger, ce n’est pas les affaires Cleusix/San Giorgio : il ne s’agit que de prétextes selon moi pour remettre en cause un changement de politique démocratique et rationnelle dans un secteur qui avait connu plus concrètement des dysfonctionnements. Dysfonctionnements que l’on peut résumer essentiellement par un manque d’efficacité et de satisfaction des enseignants face aux nouveaux programmes pédagogiques imposés aux forceps par des cadres et une relève complètement bornée.

    P.S. Le message de Darbellay dans le Nouvelliste me laisse au contraire très songeur en ce qui concerne la gestion du personnel et l’avenir de certains enseignants passionnés comme Cleusix.

    • Oui, il y a eu cabale populaire contre Freysinger, chose rare, si ce n’est inédit. Parce que ce monsieur était loin d’être à la hauteur. Quand il était parlementaire, ça se voyait moins ; les parlementaires prennent des décisions sans en porter les responsabilités et, de plus, sont noyés dans la masse. En parlementaire il a, au mieux, contribuer à baisser le niveau de la politique suisse en passant de la politique par le débat à la politique par le scandale et le « buzz » (bourdonnement en français, ce qui traduit assez bien la seule capacité de production intellectuelle du bonhomme). Une fois dans une position où glandouiller et faire du buzz ne fonctionnent pas, il s’est effondré.
      Merci donc d’arrêter de ramener le spectre de ce personnage.

      • En termes d’oppositions au diktat pédagogique européen, pour moi son bilan est extraordinairement très bon ! Etes-vous fan de la politique de Macron, Belkacem, Peillon ? Pas étonnant que leurs disciples « en voie de garage » jouissent de la situation actuelle qui prolonge un peu l’impasse.

    • Passioné comme Cleusix !?!? C’est un personnage plus intéressé que passioné !
      Un personnage toxique aux allures d’un bien né.
      Concernant les cadres pédagogiques, certains ne se sont pas trahis, c’est vrai. D’autres ont dévoilé leur vraie personnalité de suiveur, quelqu’en soit le prix pour leurs collaborateurs. Ils sont à l’affût dans la nouvelle structure droit comme des i et sans regrets !

      Il faut maintenant reconnaître la grande classe du nouveau chef. Un vrai cette fois ci.

      • Avez-vous déjà rencontré Cleusix en personne ? J’ai réalisé ma maturité de philosophie avec lui et cette personne fut exceptionnelle de part sa capacité à transmettre ses cours avec émotion. Il nous expliquait que sa famille avait beaucoup insisté pour qu’il fasse des études d’avocats mais il avait su tenir bon et développer sa passion.

        • « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » Une approche éthique théorique à toute épreuve.

          Heureusement que je n’ai pas suivi ses cours d’éthique et de philosophie. A suivre ses actions plutôt que son enseignement, on risque de finir en prison. Et dire qu’il enseigne l’éthique actuellement.

          Il a ghostwrité pour un étudiant HEP, Dans d’autres cantons, pour moins que cela, certains prof. d’université doivent démissionner : http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Le-professeur-accuse-de-plagiat-a-demissionne-12235820

          Un étudiant fraudeur a reçu un diplôme HEP. Enseigne-t-il lui aussi la philosophie et l’éthique ? Que fait-on pour établir les faits ?

          En Valais, il suffit que votre chef vous soutienne et tout est possible : ghostwriter, ne pas payer ses impôts, et le reste que l’on trouve dans la presse et que la décence m’invite à ne pas répéter.

          Heureusement pour le Valais, son chef n’a pas été réélu. Une majorité du peuple l’a voulu. Et la ou plutôt les affaires Cleusix ont aidé les électeurs à faire un choix éclairé.

          • 20 minutes : Monsieur s’instruit… Ce que je retiens pour l’instant de cette affaire est une confirmation claire de la position de Cleusix face à la HEP (et à son supérieur hiérarchique Freysinger : ce qui dérange certain mais ce fut son droit). Franchement entre nous soi-dit, je considère comme fort surprenant le fait qu’un enseignant surdoué de philo (en plus des 6 partout à l’université), cadre de l’éducation n’arrive pas à gérer un travail satisfaisant lors d’un examen à la HEP. Il ne me semble pas que je suis le seul à avoir l’hypothèse qu’il existe une censure de certaines critiques pertinentes au sein des instituions pédagogiques…

          • « Je m’instruis; je lis 20 Minutes » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
            Oh p***** l’humiliation totale !!! MDR !!!!! (Bien envoyé JV).
            Pas sûr que le mec s’en relèvera.
            ‘mon avis, après ça i devrait plus oser se repointer ici.
            i devrait se rabattre sur la tribune libre du NF là où finissent tous les plus mauvais d’entre les mauvais commentateurs au monde, après avoir été virés de partout ailleurs… (manque de niveau).
            Ou alors se taire… ou se terrER à jamais, dans son trou.

            ‘fin bref. Plus sérieusement, je crois en effet qu’on s’est en effet trompé avec JM Cleusix…(!?!?) (..enfin PAS vous JV, mais nous tous les autres…) en confondant JMC le vil fraudeur d’impôts alias Mr Hyde, et l’autre le cadre visionnaire et penseur d’une école tout neuve toute repensée toute DEdébilisée, alias Dr Jeckyll celui-là.
            Et il fallait donc incendier le premier et encenser (et maintenir) le second. Même « malade ».
            Mais on n’a fait ni l’un ni l’autre. C’était la pire solution. En fait on n’a rien fait. Rien. Comme TOUJOURS d’ailleurs dans ce canton. Les POUVOIRS n’ont rien fait. C’est le musée Grévin d’ailleurs ces Pouvoirs dans ce canton.

  2. L attitude de Darbellay est un message clair donné aux employés et cadres de l État! le nouveau gouvernement semble bien parti sur le plan des ressources humaines! Le licenciement de Bornet est encore un autre exemple de la volonté du Conseil d État de ne plus tolérer que des personnes inadaptées à leur poste nuisent à la fonction publique! La toute grande majorité du peuple valaisan soutient ces décisions! Bravo!

    • @espoir : ….la volonté du conseil d’état de ne plus tolérer QUE des personnes inadaptées à leur poste nuisent à la fonction publique !!

      quel beau message ! et a combien estimez-vous le nombre de « ces personnes inadaptées à leur poste » et qui nuisent à la fonction publique » ? en tenant compte de l’administration cantonale de la gestion des communes et autres autorités pourquoi pas les APEA aussi ? sans oublier les 135 dormeurs soumis ? des chiffres ? des coûts ? merci d’avance à vous !!!

      Espoir vous soulevez là un problème de FOND probablement celui qui révèle le mieux le problème des PIONS mis en place et le grave problème de l’inertie dans laquelle nous sommes

  3. Il faut quand même pas exagérer. Plaindre des enseignants maltraités ! Des employés ayant un travail garanti à vie, des conditions sociales supérieures à la moyenne du privé. Et des horaires qui n’ont rien à voir avec ce qui se passe sur les chantiers. Non, non, je ne plains pas les enseignants. Expliquez-moi en quoi un enseignant a Liddes, à Mund, à Monthey ou encore à Brig ait pu souffrir du comportement de M. Freysinger. Ces excuses sont de la démagogie. Un combat d’arrière campagne électorale. Il n’a pas besoin d’enfoncer son prédécesseur pour démontrer ses compétences. Seuls ses actes prouveront sa volonté de changement

    • En effet. J’ajouterais que chaque fois que j’ai eu l’occasion de discuter avec un enseignant j’ai été stupéfait par le niveau. J’avais déjà pas un bon souvenir de ma scolarité mais je pensais qu’il s’agissait d’une appréciation liée à ma jeunesse mais non, il est incroyable le niveau de stupidité de ces gens: toujours convaincu qu’ils sont le savoir.

      • BIN OUI !! BIN ALORS POURQUOI TU TIRES A BOULETS ROUGES SUR FREYSINGER QUI VOULAIT LEUR METTRE LES POINTS SUR LES « i » !!! (ou… essayer plutôt, et en est mort d’ailleurs / on ne s’attaque pas impunément au Savoir avec un grand S… . . . .comme Saloperie).
        Un moment donné en effet il faut savoir, soit on tire à boulets rouges sur un type, soit on tire sur son adversaire !!!!!!?!??! ‘faut choisir ! son camp, à un moment donné ! Ou alors au moins rester neutre et en dehors, ou en tous cas ne pas jouer dans les 2 camps en même temps; Ca paraît contradictoire. (« quand même, grosso modo, vu de la lune… en « principes normaux »…)

        Et pourquoi j’ai aussi été stupide moi aussi en dénigrant indistinctement Cleusix le citoyen qui n’a pas payé ses impôts et Cleusix le fonctionnaire qui a immensément héroïquement et fidèlement collaboré à cette tentative de mise de points sur les « i » de ces gens (qui en aurait eu GRAND BESOIN (comme tu le dis, oui)) avec Freysinger) ? Parce que comme tout le monde je suis con et on mélange tout avec tout, et cela parce que tout petit déjà on a été imbécilisé… l’esprit critique assassiné. Par l’école. Michel Onfray (j’adore) le dit: « on ne devient pas philosophe, on le RESTE. Parce que TOUS les enfants sont philosophes (PAR NATURE / A LA NAISSANCE). Après quoi l’école les invite à oublier ces valeurs. Pour en apprendre d’autres, NULLES.

        • C’était Georges W Bush qui définissait le monde en « vous êtes avec moi ou vous êtes contre moi ». Je trouve que c’est idiot. En fait c’est un peu l’absolu du crétinisme de prendre qu’il y a un camp du bien, du juste, du bon et un camp du mal, du faux, du mauvais.
          Ensuite entre la volonté, la manière d’affirmer la volonté, la concrétisation de cette affirmation, la compréhension de l’affirmation, la compréhension de sa concrétisation,…, bref toute les étapes du cheminement entre l’esprit et le réel au sein d’un groupe d’esprits différents, il y a de grandes variations: ainsi si Freysinger a eu une volonté, cela ne veut pas dire qu’elle se concrétise dans le même sens ou même qu’elle soit comprise dans le même sens. L’adage le dit bien: l’enfer est pavé de bonnes intentions.
          Finalement, tu ne peux aucunement m’intimer de me taire si je ne choisis pas un des deux camps que tu as subjectivement développé dans ton esprit: c’est totalitaire et, surtout, preuve d’une sottise incommensurable.

          • Je suis donc la preuve incarnée de la bonne intelligence de la célèbre phrase de Narcisse Praz, euh non de Einstein pardon (ah, je les confonds tout le temps les 2 là), disant: « De deux choses dont je suis sûr qu’elles sont infinies dans l’existence, c’est l’univers et la bêtise humaine (DOM ici en l’occurence). Quoi que pour la première j’ai des doutes » ?

            Merci. C’est gentil. Délicat, subtil, raffiné.

            Bon, il vaut mieux que je me taise donc à l’avenir. Enfin… par rapport à Votre Eminence de savoir, je veux dire…
            Parce qu’avec le commun des mortels, peut-être que je pourrais éventuellement continuer d’échanger… SANS ETRE ATOMISé d’intelligence en retour, va savoir… !??!
            (ya peut-être en effet d’autres cons de mon niveau sur terre… Mais apparemment faudra chercher longtemps, je prends note.

            Et sinon, passé le côté émotionnel (et humoristique, 😉 lol) . En bref.

            Le monde n’est pas noir et blanc. OK.
            MAIS ICI OUI. Dans le cas d’espèce. Voilà ce que je vous invite à considérer.
            Et on prend acte et mesure l’intensité absolue de ce contraste à la constatation de la férocité de la cabale qui a été menée par tout ce qui (dés)enseigne dans ce canton contre Freysinger.
            Et VOUS qui jouez ici aussi bien dans un camp que l’autre, et avec virulence dans les 2 cas, je m’étonne juste de cette position intellectuellement impossible selon moi… OU EN TOUS CAS inutile, ou alors « n’utile » qu’à semer la confusion. Et la confusion ça fait le jeu de l’immobilisme et ça c’est la pire des choses possible dans la situation où se trouve cette planète aujourd’hui.
            Mais pas la peine de sur réagir pour ça… pour si peu .. .
            En plus à un moment où de ces deux positions que vous adoptez en alternance dans ce dossier (selon moi), vous adoptiez celle sur laquelle on est 100% d’accord. Et notamment en plus sur un sujet à l’intérieur du sujet parlant de l’ahurissant complexe de supériorité (je suis d’accord) (et j’ajouterais même: …pathologique) de tout ce qui enseigne ici et dans le monde).

            Dommage.

          • l’absolu du crétinisme c’est croire que le mal absolu n’existe pas et comme on l’a de plus laissé faire il a pris toute la place………..allume ton poste TV pour le constater

            va lire quels mots sont utilisés dans les articles parlant de fabrice A. ou autres personnages de la sorte

            au pire regarde Fishead movie et apprend que une part de la population mondiale ne possède pas de conscience morale cela veut dire pas de capacité à concevoir ce qui est bien ou ce qui est mal et/ou la conséquence de ses gestes. amen bonne nuit

          • @DOM
            « Le monde n’est pas noir ou blanc. Ok. Mais ici oui » … il faut que j’épilogue ?
            Et ça : l’immobilisme est le fait d’élire quelqu’un et quand il en a marre il part (genre Cina). Le contraire de l’immobilisme c’est de changer après une période si le résultat ne satisfait pas (genre Freysinger).
            Et encore ça : Freysinger VS les enseignants c’est en fait un combat enseignants contre enseignants, ceux qui auraient pu en sortir gagnant n’étaient que des enseignants … et les enseignants : https://www.youtube.com/watch?v=YR5ApYxkU-U !

            @marcel
            Je vais pas m’attarder sur le fait qu’un film n’est pas la vérité. Je vais pas m’attarder sur le fait qu’à aucun moment j’ai exclu l’existence du mal absolu (j’ai exclu le fait qu’il n’y ait que le bien absolu et le mal absolu).
            Une morale protestante, le calvinisme il me semble, prévoit que l’on naît avec le bien ou le mal en nous et c’est ainsi pour toujours, que l’on fasse le mal ou le bien. Donc dans cette morale, je peux produire les pires atrocités et rester dans le camp du bien … ah oui, mais la morale n’est qu’une conception superficielle et subjective du monde surtout utilisée pour imposer l’argent et l’état, à travers la Loi, sur l’humanité… Amen.

            La seule chose dont je suis intiment convaincu c’est que ce monde marchand est carcérale, pour l’être, et ne produit que du vide dans l’existence afin que l’on doive le remplir de marchandises. Puisqu’il semblerait que certains ne peuvent apprendre qu’à travers les films, je propose ce film : https://www.youtube.com/watch?v=stImV0RomL4

          • Bin voilà… il suffisait de répondre à ma question: « Non il n’est pas contradictoire de rejeter deux camps dos-à-dos (et cela quand bien même ceux-ci sont drastiquement opposés) pour en choisir un troisième… (même utopique), et puis voilà, c’est tout.
            Mais c’était pas la peine d’être (pour le moins) « mordant » (dira-ton pour être euphémique) pour dire ça… (et même pour ne PAS le dire même (en plus)); et de partir dans tous les sens même à la place.
            Et cela d’autant plus que vous n’avez jamais parlé de votre troisième « option » !(Vous n’étiez pas obligé remarque, mais bon ça aurait clarifié votre position; mais remarque de la remarque maintenant, peut-être que vous ne la connaissiez pas encore à ce moment-là (!?!?); (ça expliquerait bcp de choses…!??))
            Et en définitif donc, c’était tout simple mais évidemment quand l’ego et l’émotionnel s’en mêlent… et s’emmêlent…

        • Ah oui j’avais oublié Onfray, que je connais très peu voir, carrément, pas du tout. C’est là toute la réalité de l’État : détruire l’enfant qui est en nous pour faire de nous une froide machine, une épave marchande. Dans ce domaine de compréhension, il y’a l’œuvre de Pink Floyd (https://www.youtube.com/watch?v=T2LUl9C_Yfk / https://www.youtube.com/watch?v=IXdNnw99-Ic / https://www.youtube.com/watch?v=9qEsTCTuajE / https://www.youtube.com/watch?v=YR5ApYxkU-U / https://www.youtube.com/watch?v=OAdwirnAtFc) ou il y’a l’œuvre de Sade (la destruction de l’enfant par la perversion bourgeoise libérale, le « progressisme »).

          Donc oui, c’est le rôle de l’enseignant de tuer l’enfant afin d’en produire une bête docile et bête (« There was nothing left in them except the sorrow for what they had done and love for Big Brother », George Orwell, phrase reprise en introduction de Brother Were You Bound de Supertramp (https://www.youtube.com/watch?v=t_kFA24AKwM) dans un morceau de propagande politique dénoncé par Orwell) . Freysinger n’était juste pas d’accord sur la manière de détruire l’enfant, pas sur la question de la destruction de l’enfant. Schtroumpf-bouchon ou Tire-bouschtroumpf quoi ! Freysinger c’est Supertramp utilisant la dénonciation faites par Orwell pour soutenir ce qu’Orwell dénonçait.

          • Bon, là si vous sortez complètement de l’affaire « bac à sable » « Freysinger contre les enseignants… pour toucher des questions existentielles (comme « quel monde voulons-nous pour nos enfants et nous »`ici); là je ne vous « suis » plus. Quoi que j’ai des idées (« à options ») on ne peut plus précises (et totalement arrêtées même) sur le sujet. Mais j’ai pas le temps et pas l’envie de m’arrêter sur ce nouveau sujet. (Et en plus vous n’êtes (toujours) pas un interlocuteur très affable ai-je appris récemment = alors non (je boude 😉 ).

            Pour Onfray, je vous ai dit toutes les saintes paroles que je savais de lui. Maintenant s’il dit tout le contraire aussi, en même temps; on n’a pas dû lire le même bouquin des 80 qu’il a écrits. (D’ailleurs je l’ai juste entendu à la radio moi. lol).
            Après je suis TOUT A FAIT d’accord avec vous: Destruction de l’enfant ETTTTTTTTTT de l’adulte (nb. le type va pas se réparer en grandissant c’est sûr, vous en êtes la preuve vivante d’ailleurs (…je plaisante . .. . . .)).

            Après
            1. je ne parle que très mal l’anglais mais Merci quand même pour toute cette profusion de vidéos et
            2. je ne suis surtout pas expert en programmes de (dé)ormation et (in)éducation scolaire, CERTES; … mais quand je vois que quelque chose bouge dans l’océan de formol dans lequel sont plongées ces matières, je le soutiens aveuglément (ou presque) parce que pire que là où nous sommes, il n’y a pas; faute de grives on mange des merles.

          • Quand je dis « carrément pas du tout » c’est parce que je l’ai souvent entendu parler mais jamais lu. Après je suis globalement d’accord avec la phrase en question.
            Après il faut me parler en personne (ce qui n’est pas difficile) car la parole c’est la pensée vivante alors que l’écrit c’est la pensée morte et figée, sans âme et sans expression (« Le papier c’est une pierre tombale : ci-gît l’auteur » Céline : https://www.youtube.com/watch?v=8qKDPPnh_IE). Mais il est vrai que je m’exprime durement, ce n’est pas pour réduire l’autre mais simplement que je considère « je m’affirme donc je suis » et il ne faut pas avoir peur de s’affirmer sans fard : c’est l’essence de la sincérité et de l’honnêteté. La diplomatie étant l’art de mentir par omission, ça ne m’intéresse pas.

          • blablabla… Vous êtes injustifiable.
            Et ce n’est pas en confondant les proverbes « Faute avouée à moitié pardonnée » avec « Faute revendiquée, encore 2 fois plus grave celle-ci » que vous arrangerez les choses… BIEN AU CONTRAIRE DONC, même…
            Et si cela avait suffi pour vous mettre d’accord avec votre conscience et que je détruis cette illusion par mes propos ici, pardonnez-moi, mais c’est pour votre bien.
            (Vous me direz merci un jour (LOL)). Ne tapez pas je plaisante.
            Ce que vous auriez pu arguer par contre c’est que je vous ai avais parlé un peu fort; ça oui… d’accord (j’en conviens).

            Eu sinon, je n’ai pas regardé la vidéo. Je ne regarde jamais rien de philosophique, ni n’ai jamais lu non plus un seul bouquin de ma vie; je suis autodidacte lol; et j’ose l’avouer désormais, depuis quelques jours, depuis que j’ai vu par hasard l’ot jour à la TV un type nommé Sylvain Tesson (que je connaissais pas du tout) lequel disait: « Le rapport sans cesse aux citations littéraires et culte de leurs auteurs, est totalement has been et contreproductif ».
            (Je le savais.)

          • « Faut avouée » … ouais faut se calmer aussi, je n’ai aucune faute à avouer sur mon propos, ma pensée n’est pas une faute. Et expliquer mon processus de pensée et d’affirmation de celle-ci n’est jamais un moyen de se faire pardonner, si vous êtes blessé par mes propos, c’est votre problème, pas le mien.
            Sinon c’est bien de dire que les citations sont de la merde en s’appuyant sur une citation, au niveau contradiction c’est carrément de l’Art.
            Personnellement je n’ai pas la prétention d’avoir la science infuse et d’être un génie nourri que de moi-même. Vous n’avez rien lu, rien vu, rien entendu mais vous savez tout … d’ailleurs comme vous avez vu à la télévision … ah ouais mince ça coince là aussi !

            Sachez que je ne continuerais plus ce dialogue pas parce que vous m’aurez « clouer le bec » mais parce que ça me gonfle à un niveau …

          • Non.

            ….

            Censure amicale pour démonstration collective : un commentaire doit amener tout de même un petit « plus ».

    • et plaignons aussi les enfants on veut bien croire Mr Darbellay désireux de s’occuper du département de l’éducation mais sa tendance pro-européenne est elle des plus inquiétante à ce sujet, l’UE et ses recommandations ne cherchant aucunement à éduquer les enfants à la conscience individuelle et responsable mais bien le contraire puisqu’elle participe activement au nivellement par le bas des esprits en débilisant l’école et son enseignement dont les enfants sont de pauvres victimes sans défense.
      on parle de vol des âmes ce n’est pas pour rien.

    • J’ai enseigné pendant une année entière au début de ma vie professionnelle et j’ai définitivement arrêté parce que c’était trop dur. Le travail d’un enseignant n’est jamais fini : il y a le stress d’affronter et tenir une classe pour faire progresser les élèves, mais cela ne s’arrête de loin pas là. Il faut les préparer les cours et souvent pour une heure de cours, il y a plusieurs heures de préparation. Après cela il faut corriger les copies, mettre des notes, calculer les moyennes, rencontrer les parents participer au réunions des professeurs, réunions de tous les professeurs de toutes les classes que vous avez, réunion des professeurs enseignant les mêmes disciplines que vous.. etc. etc et j’en oublie.. vous n’avez jamais entendu parler du burnout ou de la dépression des enseignants ?
      Quant aux doit-disantes grandes vacances des enseignants : d’abord la rentrée ds professeurs se fait bien avant celle des élèves et ensuite, leur salaire les rétribue sur dix mois, bien que le total soit divisé par douze pour qu’ils ne restent pas deux mois sans rien.
      Alors, s’il y a une chose que je me suis jurée après cette expérience d’une année comme professeur d’allemand, c’est bien que je ne critiquerai jamais les enseignants parce qu’ils se la coulent douce.. leur métier est très éprouvant et aussi crucial car ils forment la jeunesse et l’avenir du pays.

      Je ne connais pas d’élèves de Cleusix, alors je ne peux rien dire à son sujet, mais ma nièce a suivi des cours de Freysinger et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’était pas neutre politiquement et usual de son charisme bien connu pour faire passer ses messages de droite. Un prof doit enseigner aux jeunes l’esprit critique, mais pas les endoctriner.. c’est sur ce point que mes critiques porteraient s’il fallait critiquer certains enseignants.. mais pour tous les autres, chapeau!

      Il y en a marre de ce continuel bashing des gens porteurs de savoir! Y en a marre des politiciens qui font campagne avec des affiches et des arguments débiles, il y en a marre de ceux qui pour faire passer leurs positions de droites utilisent des « faits alternatifs » et se contentent de ridiculiser la compétence et le savoir. Heureusement, les récentes votations et élections montrent que les Suisses pour l’instant ne s’y laissent pas prendre.

      • Christiane Roh, merci de remettre le clocher au milieu du village. Durant ma carrière professionnelle, il m’est arrivé de faire des remplacements dans des classes sans toutes les charges annexes que vous décrivez bien. Pour rien au monde, mais alors rien, je n’aurais aimé pratiquer ce métier difficile.

  4. Je partage le commentaire explicite de M. Bagnoud. Analyse pragmatique. Noyé dans la masse, un parlementaire peut s’autoriser certains verbiages. Les dégâts sont atténués par la suite par la masse des députés, lors de prises de décisions. Sur le plan de l’exécutif, tout autre est la partition. Quant à Jeune Valaisan, je constate que le temps pascal ne lui a pas été propice à l’apaisement. Toujours aussi quérulent. Dommage.

    • Je sais pas comment le prendre votre message Mr Troillet ( poseur d’éoliennes ?) … dois-je le mettre à mon dossier sur l’affaire des affiches contre le clan Darbellay ? (cf: lien direct avec le commentaire ignoble de  » vieux valaisan » le jour du scandale des affiches) Voici la définition wikipedia de quérulence : « La quérulence est, en psychiatrie, un délire de revendication qui amène à multiplier les actions en justice pour redresser un dommage réel ou fictif. Le malade, souvent paranoïaque, amplifie démesurément son préjudice et poursuit indéfiniment celui à qui il en impute la cause ». Serait-ce de l’inversion accusatoire ? Que dire alors d’un clan Darbellay procédurier à l’extrême jusqu’à la perquisition des « suspects » (ennemis politiques ?) de la pose d’affiches lors dernière campagne électorale. L’un d’entre eux a eu droit aux cagoules lors de la perquisition.

      Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Quérulence

  5. ABJECT ! IMMONDE !
    LYNCHAGE MEDIATIQUE ICI (à but de récupération politique bien sûr) DE LA VIEILLE GARDE (l’ancienne garde) (…qui n’est plus là pour se défendre… (en plus)), TOUT EN AYANT DU MEME COUP L’AHURISSANTE HYPOCRISIE DE FAIRE CROIRE QU’IL S’AGIT D’UN SAINT ACTE. . . . . . . . . .

    Rien ne se perd ici bas; pour peu qu’on soit petit, ou qu’on sache s’abaisser bien bas ça va aussi.

    En outre, c’est ahurissant de prise du peuple pour un imbécile. La ficelle est énorme.

    Mais apparemment ça marche… !!!?!?!?!!?
    Non vraiment on ne sait plus à quel saint se vouer, c’est désespérant.

    Y’avait pas d’ailleurs déjà une affaire de récup. (en lien ave ce site d’ailleurs) de la part de ce « saint homme » par le passé ? Non ? Là où il avait déjà enfilé son costume de saint homme (capucin, prêtre ou je ne sais quoi) pour prêcher sa bonne parole et foudroyer celle de l’autre ?

    En tous cas là il s’était pas excusé. Ouais comme quoi quand il fait rien il s’excuse et quant il dit de la m****, ya plus personne. Logique en 2017 sur la planète terre; c’est pour ça qu’il a été élu d’ailleurs.

  6. Les contradictions contradictoires en matière de droit sont nulles mais une avenue sans réverbères en Valais. Ce silence du droit

  7. Je réagis tardivement à l’article de Maître Riand.

    Freysinger n’a pas été réélu. Nous l’avons échappé belle. Quand on voit les réactions de ses supporters, e.g. DOM, et surtout leur style et leur argumentaire, une législature Freysinger de plus et les élèves/étudiants auraient commencé à écrire selon leur exemple.

    • Mr Gnomon : peut être des lacunes dans la formation scolaire ? Ce qui ne provient certainement pas de la gouvernance de Freysinger… Etes-vous favorable aux programmes de diffusion de smartphones (tablettes) dans les écoles ?

      • Jeunevalaisan,

        Je suis d’accord avec vous: on ne pas accuser Freysinger pour le style employé par ses supporters. Ils sont passés sur les bancs d’école bien avant que Freysinger ne prenne le contrôle du service de l’enseignement.

        Non, ma remarque portait sur le style actuel de ses supporters qui risquait de déteindre sur les élèves valaisans si une deuxième législature Freysinger avait été possible: le style de ses supporters risquant de devenir le modèle à suivre dans nos écoles.

        Si je suis amateur de créativité – j’ai la peau épaisse – ce genre d’excès n’est acceptable qu’entre adultes consentants qui se lâchent sur les réseaux. Nous en sommes, je crois.

        Pour ceux qui veulent apprendre à en découdre par la plume ou le débat, je leur conseille les ateliers d’écriture, voire les cours de rhétorique. J’ai vu des extraits de reportage sur les résultats obtenus dans des écoles de zônes défavorisées en France et le résultat obtenu est bluffant. Voir ces ados exceller en joute verbale donne confiance dans l’avenir, car pour bien écrire ou parler, il faut savoir écouter: la clé de relations interpersonnelles pacifiées.

        Le problème de la plupart des jeunes se cristallise dans un usage abusif du smartphone qui prend place, généralement, en dehors du cadre scolaire. Pour le futur de nos adolescents, le style partagé sur cette page où je me lâche ne doit donc pas devenir la tendance à suivre.

        N’enseignant pas, je proclame bien volontiers que la seule richesse valaisanne tient dans la qualité de son éducation, due en bonne part au bon sens de ses enseignants. Ayant été scolarisé dans ce canton, je puise quotidiennement dans cette éducation les valeurs qui guident mon activité professionnelle.

        Je souhaite donc que le canton transmette efficacement cette richesse à la prochaine génération. Je suis et resterai comme une hyène pour défendre cet aquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *