Le syndrome des jambes sans repos

">1720823.image Ayant le privilège de faire partie du dix pour cent des victimes du syndrome des jambes sans repos, j’ai revu dernièrement le « 36,9 » à propos du SJSR, (produit par la RTS en 2010) et auquel je participe en tant que responsable du groupe de soutien pour la Suisse Romande. J’y évoque mon inquiétude par rapport à mon traitement (agoniste dopaminergique) sur une longue durée. Ce traitement est administré depuis une vingtaine d’années en Suisse, laps de temps très réduit pour l’observation de ses effets à large échelle. Cinq ans plus tard, me voilà au pied du mu [...]

Musique industrielle

concert_phones Interpellée par le texte publié hier, à propos d’« Hélène » de Roch Voisine, (« Pourquoi a-t-elle presque rougi lorsqu’elle a avoué aimer cette chanson ? On peut lire l’1dex et aimer Hélène, non ?») j’ai regardé le clip … deux fois! La première fois, pour écouter la chanson et la deuxième fois pour « apprécier » le montage d’images censé l’illustrer et la mettre en valeur. Pathétique !!! Oui, incapable de trouver un autre qualificatif! Une succession de clichés soulignée par… des clichés. La plage, l’été finissant, la belle s’en allant vers ses contrées, laissant un cœur blessé… Comment puis-je t’aimer si tu t’en vas, j’ai tant besoin d'u [...]

L’insouciance du blaireau

LE-PUTOIS-TAPANT-SUR-SON-VENTRE Dimanche 22 heures… De retour d’une fin de semaine en concerts, fourbue comme jamais après montage, démontage, remontage, redémontage… et surtout nourrie de moments musicaux inoubliables. Atterrissage douloureux dans le quotidien, mon parachute troué par les salves provenant du « 19.30 ». Ebola, Gaza, Syrie, destruction massive, panique, horreur, douleur …confusion générale… La future ascension au 2ème rang, gratifiant les efforts de Federer prend une allure de fait divers de troisième catégorie… Tout paraît alors si dérisoire… et éphémère. Dérisoire comme les querelles entre voisins, la neige à peller, le pneu [...]

Tourisme industriel et assiette valaisanne

Assiette valaisanne - copie Le tourisme industriel et l’assiette valaisanne. O toi, industrialisation, rouleau compresseur de la croissance économique, rien ne t’échappe ! Rien ne t’échappe, même l’amour se négocie sur les sites de rencontre… Rien ne t’échappe, chihuahuas, croquettes pour chats, cerises en décembre, élevage en batterie… agriculture, graines transgéniques et stérilisées, vitamines, sels minéraux et oméga 3 de synthèse, huile de palme, exhausteurs en tous genres, conservateurs et antioxydants. Industrie du tabac en péril, sauvée par la cigarette électronique… Rien ne t’échappe, hormones de substitution, beauté [...]

Jeux de mots

01 Est-ce une particularité de la langue française de pouvoir écrire les mots en phonétique, ce qui donne alors deux dimensions au texte ainsi composé ? Et su ne partie cul l’art y tes deux l’allant gueux franc seize, deux poux voir et que rire l’aime haut en faux nez tique, ceux qu’y d’eau n’a lors d’eux d’immenses sillons haute ex teint si con pausé ? Il lia le sang sans temps dû parla laid que tue rat ôte voie est-ce lui qui hait père su parlé s’il abat l’appât rance âne art chic vive en libre mante et un des pans d’amant. Vois-la une au port tu nies tes deux sexes primés en dé joue en ta bouée cent sûr ! S’éteint peut qu’homme démarre rit au net, hoquet le jeu fait d’ [...]

Médiatisation – pognon

IMG_0959 De retour, je suis de retour… J’ai monté, démonté, chargé ma batterie par-ci par-là, fréquenté toutes sortes de scènes dans la canicule et le vent, avec le plaisir de partager des instants inoubliables de création musicale collective. Après avoir butiné dans tous les coins, désherbé, creusé des trous, planté, arrosé, me voici prête à déguster tout ce que je regarde pousser… Que de fourmilières dérangées à contre cœur et autres nids admirés sans me lasser, tout comme les fourmis éleveuses industrielles de pucerons… Nids de guêpes parfaits, cohabitation réussie… après tout, pourquoi détruire tout ce qui échappe à notre contrôle? Vols de hannetons au crép [...]

Lettre ouverte à Monsieur « en déporter »

Remarque du Comité de rédaction de L’1dex : les modérateurs de L’1dex ont récemment, à plusieurs reprises semble-t-il, décidé de ne pas publier des commentaires d’un Monsieur anonyme se présentant notamment sous le pseudonyme de « endeporter ». Ce cher homme, – cette chère femme -, a cru que ses écrits étaient volontairement confinés à la personne de Stéphane Riand qui aurait fait acte de censeur solitaire. La lettre ci-dessous est la réponse de l’une des rédactrices de L’1dex, assurément très modérée. Mais pourquoi ne pas publier alors la lettre de l’homme – ou de la femme – anonyme ? Le Comité de rédaction pourrait répondre ceci : l’utilisation de l’imparfait du subjonctif n’évite pas que l’on puisse considérer un écrit bien écrit comme un torchon nausésabond, même si celui-ci, par ailleurs, encense L’1dex. Il y a d’autres louanges mieux appréciées.