Camarade syrien j’ai lu ton tweet

J’ai lu ton tweet entre les états d’âme sur la platitude des choses J’ai lu ton tweet entre les listes qui numérotent l’importance d’une vie sans gluten J’ai lu ton tweet, sorte d’adieux brefs qui synthétisent à eux seuls une bêtise humaine immonde J’ai lu ton horreur quotidienne au creux de mon écrin de vie J’ai lu ton tweet, puis dix, puis cent Billets au vent J’ai lu vos tweets camarades, semés au vent des balles, au vent des cris d’enfants Hurlements qui s’évaporent dans les Mac Do, qui se noient dans les trop pleins occidentaux   J’ai lu ton tweet, toi sans doute déjà parti Toi parti dans l’ignorance générale dans ce scandale monumental J’ai lu ton tweet les mains au chaud, le cœur à l’abri et [...]

Le murmure du temps qui passe

La première fois que je l’ai entendu, c’était un soupir. Dans mon dos. Celui de ceux qui se déguisent de joie pour passer inaperçu. C’était un matin pas comme les autres puisque l’école avait décidé de s’inscrire au programme hebdomadaire de nos vies déjà bien chargées. La première fois qu’il a frôlé ma nuque, je l’ai accueilli comme si c’était la violence d’un coup de foehn. La dureté réelle qui te rappelle que la danse a commencé et qu’il est l’heure pour toi, petite maman de pas grand’chose, de guider ta première née autre part que sur les chemins que tu façonnais seule autour de la maison.   55da00478a60b681fa7075381955e95bLe murmure du temps qui passe…   Je me suis retournée et j’ai su [...]

Demain à l’aube, et si c’était moi

African-migrants-boat-to-EuropeEncore une nuit. Une nuit sans sommeil, à rester serrés les uns contre les autres. A tressaillir au bruit des bombes au loin. Et surtout, à attendre l’aube. Encore une nuit à revoir inlassablement les rues joyeuses de ma ville. Les arbres, les passants insouciants. Encore une nuit à me demander où ils sont tous passés. Certains ont payé cher pour traverser les montagnes. D’autres sont morts. Nous n’avons plus de villes, nous n’avons plus de nom.   Longtemps nous avons cru que cela cesserait. Que les fous, en face, retrouveraient la mémoire et la fierté de notre pays. Qu’ils arrêteraient de croire que c’est en tuant à l’aveugle que la docilité s’imposera. Longtemps j’ai cru que rester était [...]

Peut-on perdre ses vérités ?

tumblr_ny9qlxbPLv1rvi7nzo1_400À force de laisser s’égarer les oreilles, à force d’écarquiller l’ouïe, de languir le long des messes basses et d’ouvrir ma compréhension aux grands vents sortant des bouches, je me perds. Un instant, je m’agrippe à l’idée radicale pour la laisser finalement glisser au fond de ma chaussure. J’attrape ensuite au vol l’envie libérale et la relance dans une bouffée de foehn. La révolte se glisse de ma tête à mes doigts, me crispe, me rappelle mon impuissance et s’évapore. Elle est loin l’époque de celle qui pensait comme ses proches sans jamais pointer un orteil au-delà. Sans jamais s’imaginer même que d’autres penseurs pouvaient avoir d’autres opinions.   Je crois que j’ai perdu ma vérité. [...]

Les jours gris et les fous

IMG_9355Parfois n’as-tu pas honte ? Offrir un fruit à peine coulé sur le menton, que tu nous l’arraches. Ouvrir un livre aux mille forêts sans même pouvoir en parcourir une en entier. Nettoyé trop vite le nez plein de morve. Rangés les vieux jouets au plastique ravagé par le soleil. Chère enfance, pourquoi m’as-tu laissé partir ?   N’y avait-il pas un moyen pour me garder au chaud, entre les coloriages qui dépassent, les dictées pleines de fautes, la bouillotte des soirs d’hiver et le petit chat ramassé un jour quelque part ? N’y avait-il vraiment pas un coin pour moi ?   Comment fais-tu chère enfance pour laisser partir au vent tous ces esprits libres ? Toutes ces j [...]

Avoir mille ans

didou_1786827823_J’ai mille ans. Je ne compte plus les nuages qui envahissent le ciel. Je regarde la télé, sans comprendre vraiment ce qui se passe. Ce qui bouillonne loin de moi. J’ai mille ans et ne suis plus capable de compter les pertes. Mon verre à moitié vide me tient la jambe depuis que celui à moitié plein s’est brisé lorsque j’étais jeune. J’ai mille ans et ma peau épaisse et grasse ne laisse plus rien passer. Pas même la brise légère de fin d’été. Le temps ne signifie pas grand chose.   J’ai mille ans pareil aux utopistes morts d’envie, d’écriture, de poésie et d’espoir. J’ai mille ans comme si je ne pouvais pas faire autrement. Comme les tortues et le [...]

A l’ombre de nos pères

IMG_0112     Cette semaine, l’article était prêt. En avance. Il était prêt. Il traitait de l’éducation, du travail, des défaites, de choses importantes quoi. Cette semaine l’organisation était à mes côtés. Le stress m’avait quittée. La fierté dans les souliers je pouvais avancer, tête levée à la douceur d’un temps pas trop trempé. (suite…) [...]

Les 50 nuances de ta mère

2981442095_1_3_4FF5jgopCette semaine, je me suis projetée. Non pas que vos petites bobines me donnent envie d’être à demain mais une maman ne peut s’empêcher, parfois, de vous voir plus grandes. De vous imaginer dans un métier, dans une vie que vous vous serez fabriquée. Cette semaine les rêves d’avenir, le coin de la bibliothèque et les années passées ont fait le travail.   Je me suis demandé comment j’allais, un jour, vous expliquer le tourbillon des années. Les aléas, les surprises, le hasard, la dèche et l’envie. Est-ce qu’il me sera humainement possible de mettre des mots sur les nuances, les angoisses et les éphémères ? Une mère est-elle u [...]

Il y a le plat et le gratin

serrerlespoingsLongtemps j’ai été le petit singe qui se bouchait les oreilles. Celui qui n’écoutait que son égoïste musique intérieure. Tendre l’attention aux tracas familiaux et aux obligations d’agenda voilà tout. Longtemps je me suis bloqué le regard. La direction de mon canton était une inconnue pour moi. Seul m’importait le trajet sinueux pour arriver à mon village enneigé. Longtemps je n’ai osé parler des scandales qui nous entourent. La naïveté en drapeau et la méconnaissance de ce que racontent les journaux y ont été pour beaucoup. Longtemps j’ai pensé qu’il y avait eux et moi. Ceux qui savent, qui décident, qui profitent, qui trichent et moi.   Moi qui fais co [...]

Conjuguez ces gamins!

imageCette semaine j’ai appris. Cela peut paraître aberrant, une enseignante qui apprend. Un peu comme un chauffeur routier qui roulerait à nouveau avec un L à son pare-brise, ou comme un banquier qui se remettrait aux calculs en colonne. J’ai appris. J’ai été remise à ma place, face aux réalités.   Cette semaine, j’ai fait une cure de grandeur. J’ai écouté. L’ampleur et la complexité de l’école et de son rôle m’ont fait taire. Je n’ai plus rien su. C’est très bien un enseignant qui ne sait plus. Je crois même qu’il faut s’en méfier. Savoir c’est s’asseoir sur les choses. C’est se suffire de ce qu’on fait. Alors que ne plus rien savoir c’est toujours recommencer. S [...]

Les infinis

IMG_9762Devant un film à l’eau de rose. Un de ceux qui te cloue au canapé et qui te fait te dire que bon… c’est chou. Bon...tu sais que la larme à l’œil ne saurait tarder. Bon…dans la réalité c’est pas très possible. Malgré le préfabriqué de l’histoire, au détour d’une phrase-bateau qu’on aime entendre, qu’on s’attend à entendre et qu’on entend sans entendre, au détour des sentiments un peu programmés, un thème a surgi : devenir quelqu’un et s’inscrire dans l’infini. Tout faire pour s’inscrire dans le souvenir collectif. (suite…) [...]

Etoiles, souhaits et naïveté

IMG_9961 La vie est ainsi faite que sans cesse, de façon cyclique, on donne ses désirs à quelqu’un. On confie ce que l’on a de plus précieux à un autre, histoire de prolonger ses idées. De jeter ses projets un peu plus loin pour voir s’ils grandiront tout seuls.   Il y a l’utopie enfantine qui dresse des listes de jouets toujours plus longues. Toujours plus folles budgétairement parlant. Il y a l’amoureux transi qui grave ses tripes dans l’écorce. Le grand-papa dans son home, qui regarde inlassablement la porte dans l’attente d’un visage connu. Il y a l’anxiété cachée dans un bureau durant un entretien d’embauche. Le dîner de famille qui espère en secret se terminer par [...]

Attraper un instant

10731953_1554930371385859_1782335785_n Notre vie est parsemée d’images. Celles que l’on affiche dans les lieux publics. Celles que l’on collectionne. Celles qu’on décide de mettre aux yeux sur les murs de notre maison. Celles qui défilent le long des routes et au fil des programmes télé. Regarde-t-on vraiment ? Cet amas décousu attire-t-il réellement l’analyse ? Les noyers que nous sommes ont-ils le temps d’apprécier celles qui le méritent ? (suite…) [...]

Ecrire et oser

feuilles-vent En début de semaine, comme toujours, je m’apprêtais à partir sur la route de l’article du samedi matin. Comme à mon habitude, je me creusais les méninges, histoire de faire ressurgir quelques questionnements existentiels. Histoire de faire comme à chaque fois avec un peu de vieux, un peu de nouveau, un peu de vague, de flou artistique, de sel de nos vies et une pincée de novembre.   Oui, la saison est importante. Il y a quelques jours, je fus surprise par un cortège de feuilles mortes qui me coupa la route. La poésie de ce bref moment me tétanisa la réflexion. Je rentrai chez moi en pleine nuit même s’il n’était que 18h30. La hantise de ne pas savoir quoi éc [...]

Vendre l’après

f5b6dcabEt voilà ! Impossible maintenant de se promener entre les saucisses soldées et le riz au jasmin sans mettre ses lunettes de soleil ! Impossible de ne pas se faire attaquer la rétine par les guirlandes honteusement lumineuses. Impossible de se diriger vers les tubes de colle sans lorgner sur les belles boules rouges, blanches et jaunes. Impossible de filer droit vers tes courses ordinaires sans passer par l’itinéraire : Noël. « C’est tôt ! » se disent les grands-mamans autour du café. « Déjà ? » se questionnent les uns. « N’importe quoi ! » maugréent les autres.   Les citrouilles se voient déjà voler la vedette par Monsieur Sapin. Et ce n’est pas parce que c’est la fin de [...]

L’insondable beauté de la banalité

IMG_6616 Elle est bien là. Dans le réel, dans les gestes effectués maintes fois, dans les miettes sous la table, entre les pages des journaux, sous les semelles des souliers. Elle se glisse entre le dentifrice et le déo. Elle attrape un rire, puis un pleur. Elle est fidèle aux nuages et aux saisons. Elle parcourt tes trajets favoris et tourne la clé dans la serrure inlassablement chaque soir à ton retour. La fidèle compagne des jours qui défilent, la sœur jumelle du quotidien, l’évidence tatouée sur ton front, j’ai nommé la banalité.   Je t’assure, j’ai compté et analysé, elle est partout ! Sur une journée les action ordinaires battent à plate couture les faits extraordinaires [...]

Regards, modèles etc.

52078338Un miroir et ton visage bien en face. Un ami proche et son opinion bien en face. Le silence et tes doutes bien en face. Je me suis longtemps demandée qui nous sommes. Qui sommes-nous dans la société ? Dans l’intimité ? Qui sommes-nous pour nous-même ? Des individus singuliers ? Des copies qui reproduisent ? Des paumés ? Ou au contraire des innovateurs de l’espèce, ouverts et réceptifs ? (suite…) [...]

Les passagers

stock-vector-color-trains-wagons-and-rails-seamless-pattern-118112830Début de soirée, sur la place centrale déambule un drôle de cortège. Que des hommes ou que des femmes. Et ça rit et ça crie. Ça danse aussi. Au milieu de ce joyeux bazar, un ou une élue. Docile il applique à la règle ce qu’on lui dit de faire. Endosser un déguisement ridicule. Vendre des objets douteux. Boire jusqu’à plus soif. Tu auras deviné sans peine que je parle des enterrements de vie de jeune fille ou de garçon. La saison des mariages bat son plein et il n’est donc pas impossible de croiser en fin de semaine, au [...]

Recueil de pluie..

Ces derniers jours, impossible de ne pas mouiller ses baskets et un peu le moral par la même occasion. Le temps humide agace ou plait. Il imbibe parfois la bonne humeur. Grâce à lui, on profite de chez-soi ou on enfile de belles bottes en plastique. Ne sachant que faire de ces gouttes qui font déborder mes pots de fleurs, je te propose d’aller voir ailleurs que dans mes lignes. D’aller te promener un instant sur des beaux mots inspirés par la météo. Des mots qui emmènent assurément plus loin que la pointe d’un parapluie.IMG_6353     Il pleut Il pleut sur les jardins alanguis Sur les roses de la nuit Il pleut des larmes de pluie Il pleut Et j'entends le clapotis Du bassin [...]