Presque au bout

Brazil's Neymar grimaces as he is carried off the pitch after being injured during their 2014 World Cup quarter-finals against Colombia at the Castelao arena in FortalezaLa coupe du monde connaîtra son épilogue très prochainement et ce n’est pas pour déplaire aux non-amateurs du ballon rond. Après plus d’un mois de frénésie autour du football, la finale marquera la fin d’une Coupe du Monde spectaculaire, attendue et maitrisée. Petit bilan anticipé. Mécanique huilée La FIFA n’en est pas à son coup d’essai. Elle sait très bien comment gérer des évènements pareils et l’a démontré une fois de plus. L [...]

Le camp de football de LET’S PLAY et la Coupe du Monde en direct de la Favela de Tijuaçu à Rio

LET'S PLAY IN RIOLes images ne parlent pas d’elles-mêmes. Elles ont toutefois le mérite d’aider à se représenter les choses concrètement. Voici un petit tour d’horizon en images et vidéos de quelques moments intenses de l’expérience de l’association LET’S PLAY au Brésil. Sans fioriture, sans montage, en vrac et de manière brute. Pour du contenu plus sophistiqué, je vous dirige directement vers les médias qui nous ont suivi et qui ont rendu cette semaine intense en te [...]

Footoire

grafitti-anti-fifa-bresil-2En tant que rédactrice de l'1dex, je suis astreinte à la corvée de ce mois de juin 2014, à savoir parler de la coupe du monde de foot, dont franchement j'ai pas grand chose à FOOT!

Mais bon, ok, ce qui est dit est dit et je me coltine l'article sans grande conviction.

Déjà outrelassée par les milliers de publicités de sponsors on ne peut plus cohérents avec le monde du sport (boissons gazeuses sucrées, clown du fastfood et bière américaine ! Euh... la [...]

Fred, brésilien, tricheur et vainqueur

Le Brésil est en feu, les citoyens manifestent, les artistes sont sur les murs, les ados dans les rues et les footeux sont inquiets. Le Brésil de Scolari ne pouvait perdre ce premier match; le Brésil de Neymar et de Paulinho se devait de vaincre et de battre la Croatie. Le Brésil doit s’imposer le 13 juillet à Maracana, le Brésil ne pouvait trembler dès le premier match, le Brésil devait marquer et vaincre et faire plier la Croatie de Modric et de Rakitic.

La paix au prix de l’équité sportive

Cette fameuse Coupe du Monde tant décriée et tant attendue à la fois a donc commencé hier soir. Avouez que ce jeudi 12 juin était tout sauf commun… entre le nouveau burnout d’Yvan Perrin, l’arrestation de Dominique Giroud, l’officialisation de la candidature à Sepp pour un nouveau mandat à la tête de l’usine à gaz zurichoise ainsi que la prise de position ferme de Platini le désavouant. Reconnaissez que ça fait déjà beaucoup alors même que le plus grand événement sportif, attendu par la moitié de la planète, débute dans la soirée.

Le métier de juge : une technique, un art ou une machinerie

L’histoire de ces deux hommes brésiliens (cf. « L’honneur perdu du Tribunal cantonal et du Valais »), à peine retraités, en vacances en Valais auprès de leur belle-fille et nièce, subitement emprisonnés et expulsés pour avoir exécuté des travaux de carrelage dans l’appartement de leur hôte, pose des questions essentielles quant à l’exercice du métier de juge.

L’honneur perdu du Tribunal cantonal et du Valais

Paulo est brésilien. Il a cinquante-six ans. Pendant vingt-cinq ans il a élevé sa belle-fille, Suzanna. Une douce femme qui a choisi la Suisse. Qui travaille dans une institution depuis dix ans. Qui chaque jour prend soin des plus défavorisés de chez nous. De mon frère Grégoire et de tant d’autres. Qui a acheté une maison chez nous en Valais avec son compagnon. Qui rénove un appartement récemment acquis plus proche de son lieu de travail, dans le Chablais.

Blatter et Romario : le renard et le renardeau des surfaces politiques (7)

Romario de Souza Faria était un renard des surfaces. Né dans les favelas, Romario, surnommé « le petit », fut le principal artisan du renouveau du Brésil en 1994 lors de la Coupe du Monde aux Etats-Unis qu’il remporta avec les « aureverde » après 24 ans d’attente. Sous les ordres de Johann Cruyff, il brilla en Catalogne au FC Barcelone. Du temps de sa gloire sportive, son tempérament ne passa pas inaperçu : ses conflits avec Bebeto, Zico, Vanderelei Luxemburgo et Scolari firent les choux gras de la presse. Le gars n’appartient pas aux commodes, ni aux mollassons. Il est plutôt du genre à ne pas s’en laisser compter.

« Les professeurs ont autant de valeur que Neymar » (2)

Sepp Blatter est valaisan. Il est donc magnifique. Magnifique dans sa dialectique : « Ce n’est pas la FIFA qui a confié l’organisation des prochains championnats du monde au Brésil, c’est le Brésil qui nous l’a demandé ». C’est pas beau ça, il suffit de demander et la FIFA dit simplement : « oui, vous pouvez organiser la prochaine Coupe du Monde ». Nos amis Quatari ont compris le truc, ils savent demander, ils peuvent donc recevoir. Et puisque ce n’est pas la FIFA qui a choisi le Brésil, c’est bel et bien la faute du Brésil si la rue, à Rio de Janeiro (300’000 personnes), à Sao Paolo (110’000 personnes), à Vitoria (110’000 personnes), à Recife (50’000), à Goiana, à Cuiabá, à Manaus (30’000 personnes dans chacune des villes) est si mécontente des politiques. La colère sociale gronde et les milliards dépensés pour la Coupe du Monde 2014 ont écoeuré le peuple citoyen brésilien.