J’aurais tant à te dire…

Le temps d’un article, cher lecteur, permets-moi de t’abandonner. Je ne te laisse pas sur le carreau, t’as quand même le droit de lire hein ! Mais cette fois je vais semer au vent de la toile des mots qui voleront, je l’espère, un tantinet plus loin que les touches sans vie qui te servent de vis-à-vis. Aujourd’hui, je m’adresse à celui(ceux) qui a disparu. Est-ce l’endroit ? Le moment ? A vrai dire… je m’en fiche.. Et si tu t’attends à lire des Girouderies ou des Cleuseries, arrête-toi tout de suite ici, ça vaut mieux..