Vite, des lits froids tant qu’on peut

Ainsi donc le Conseil fédéral a renoncé, lors de sa séance hebdomadaire de mercredi dernier, à adopter la proposition d’ordonnance de la Lex Weber concoctée par les services de Doris Leuthard car celle-ci prévoyait en particulier une entrée en vigueur au 1er sept. prochain. Les opposants à l’initiative sont ainsi tout contents de constater que leur lobbying a fait mouche et qu’il sera possible (si le Conseil fédéral n’en décide pas autrement d’ici la fin du mois) de continuer à déposer des dossiers de mise à l’enquête jusqu’à la fin de l’année dans l’espoir de faire des réserves de construction de R2 pour ces prochaines années.

Le bon vieux temps

Ah, je vous le dis, c’était mieux au bon vieux temps. Tout le monde est d’accord avec moi pour l’affirmer. Franz Weber tout d’abord, qui trouve qu’il y a trop de chalets, et puis que c’était mieux avant, par exemple dans les années 40. Tandis que les valaisans aimaient mieux quand ils pouvaient faire comme ils le voulaient chez eux. Le Nouvelliste titrait mardi en première page qu’au bon vieux temps on savait chasser les gitans manu militari et surtout on le faisait. Les hommes… ah les hommes… j’en ai entendu oser affirmer qu’à la belle époque il n’y avait pas toutes ces femmes voulant absolument travailler et que c’est pour ça qu’il n’y avait pas de chômage. Fichue égalité je vous le dis. Je ne parle même pas de certains pays musulmans, pas si loin de chez nous, qui y retournent, au bon vieux temps. En Tunisie la femme redevient le complément de l’homme et tout rentre dans l’ordre. Mêmes progrès dans les pays environnants, Egypte, Lybie, etc… Et la santé… n’en parlons pas. Avant cette horrible médecine moderne et ses abominables vaccins et médicaments, c’est bien connu, il n’y avait pas de maladie, pas d’épidémie, on ne mourrait même pas ! Et puis sans contraception on croissait et multipliait, les femmes étaient assez occupées avec leurs devoirs familiaux pour ne pas avoir des idées folles comme une carrière, une indépendance, ou même faire de la politique et exiger l’égalité ! Il y avait assez de bras valeureux pour trimer en Suisse, pas besoin de tous ces étrangers pour croître – ce qui de toute manière ne plait pas à Franz Weber, expert absolu en qualité de vie helvétique. Je ne vous parle même pas des nouvelles filières de formation, du temps de travail qui diminue et s’assouplit… Tous des fainéants, c’était tellement mieux du temps de l’apprentissage de mon grand-père : travail 6 jours sur 7, vacances insignifiantes et pas de salaire. Le travail était une vraie vertu !

Au petit matin, Jean–Michel Cina sous le feu de la question

A la première heure, ce lundi matin, Jean-Michel Cinal a abordé un grand nombre de sujets. Dans le détail et avec passion. A l’évidence, je ne pourrai fuir pendant l’été la rédaction de plusieurs articles. Les thèmes furent divers et variés : la viticulture, l’agriculture, l’énergie, le tourisme, la LAT, la femme en politique, les valeurs du PDC, la question des prochaines chaires de l’EPFL en Valais, le nouvau « Beirat » qu’il a initié, les moyens financiers mis à disposition du Valais par la Confédération, d’autres encore. Le Conseiller d’Etat a voulu aussi distinguer « la politique de l’artilleur » de celle des « petits pas, pas à pas ».

Michel Rothen n’aime pas le rouge

Selon le « bloc-noteur » du NF, Jean-Yves Gabbud, « Le PS dégaîne. Si la révision de la Loi sur l’aménagement du territoire cause autant de problèmes en Valais, c’est parce que le PDC au pouvoir a géré de manière laxiste cette question ». Le Président du PDC du Valais romand, riposte : « Le PS n’est pas responsable, parce que le PS n’a aucune responsabilité. Le PS est donc irresponsable ».

Contre-argumentaire

Je ne peux me soustraire au post scriptum de Stéphane Riand, même si je n’ai pas le courage de reprendre un à un toutes les imprécisions et tous les arguments discutables déversés à la pelle (au bulldozer plutôt) par la Pravda valaisanne depuis un mois… Je suis franchement écoeuré, non qu’on puisse refuser l’initiative en ayant soupesé le pour et le contre, mais par le refus du Nouvelliste de donner la parole aux partisans de l’initiative. Je me contenterais donc de l’édition du 18 février du NF en proposant quelques contre-arguments tout en regrettant d’avance que ceux-ci n’auront aucun écho dans la Pravda…

R2

« Les Suisses appelés à bloquer le développement du Valais »: c’est par ce titre tout en finesse affiché en première page que le NF a présenté le 12 janvier dernier l’initiative lancée par Franz Weber « Pour en finir avec les constructions envahissantes des résidences secondaires (R2) ». En pages 2 et 3 le journal nous dit tout le mal qu’il pense de l’initiative qui mettrait les communes valaisannes sous la tutelle de Berne et ruinerait l’économie cantonale, sans prendre la peine bien sûr de donner la parole aux partisans de l’initiative… Et pour assurer une diffusion maximale, le journal est distribué à tous les ménages! Y aurait-il du Jean-Marie Fournier là derrière?