La chasse (de Socrate)

socrate(Par JOE DI MAGGIO)   L'1Dex : la rédaction a peut-être déniché une plume supplémentaire régulière. L'avenir le dira. Bonne lecture !     L’argument de la régulation comme prétexte   Les quelques articles de lois essaimés dans le nouveau règlement de la chasse révèlent une absurdité qui n’apparaît plus en filigrane mais véritablement dans toute sa splendeur (voir particulièrement l’article 39). Non que la chasse en elle-même soit absurde, mais seulement lorsqu’elle devient à travers ses lois la porte parole involontaire d’une passion, cell [...]

Juste le respect de la loi

loi_web(Par BARBARA ROMAGNAN)   Longtemps, j’ai pensé que pour améliorer la société, il fallait faire changer les lois. Je n’ai jamais pensé que cela pouvait suffire, à la fois parce qu’un certain nombre d’évolutions ne passent par la loi, ou, a minima ne s’y limitent pas, aussi parce que les lois peuvent nécessiter le recours aux institutions judiciaires et la vigilance citoyenne pour se confirmer dans les faits. Mais jamais je n’ai eu à ce point le sentiment qu’il fallait se battre pour faire respecter la loi dans notre pays, y compris par des institutions qui ont les moyens de ne pas ignorer la législation.

UBS. Une saloperie légale

539-v-vieillir-dans-ce-capitalisme-sauvageDans la hiérarchie toute personnelle de mes signifiants malfaisants, il y a les vraies ordures, la salope sans nom et la crapule, escroc luciférien. Médaille d'or, médaille d'argent et médaille de bronze. Qu'on ne croie donc pas après avoir lu ce délicat billet que la saloperie légale mérite une médaille et soit sur mon podium. Tout au plus une médaille en chocolat. Mais l'historiette - réelle - qui suit mérite son pesant d'épices marocaines (je les adore, du gâteau aux pommes avec de la cannelle du Maroc).

Jean-Marie Cleusix, le sauveur de la loi : parole de subversif

Certains en doutaient. Aujourd’hui les dernières incertitudes sont levées. Le Valais est une justice militaire. Qui sait donner raison aux colonels. A tout le moins au colonel du clan. Du clan des dominants. Des dominants qui savent ce qu’est la loi. Qui savent comment sauver la loi. Cette loi qu’on sait pouvoir appliquer pour ceux qui la méritent. Un mérite qui s’acquiert par le poids de la loi. D’une loi qui par la plume plait tant au colonel et à ses enfants. Des enfants de colonel qui reçoivent un appui de poids, du petit pois Roch et du poids lourd Lovey, réunis aujourd’hui en un acte plein d’amour avec leur meilleur ami Oskar F. et leurs anciens camarades de galipettes légales, Jean-Michel, Jacques et Maurice. Et un résuktat de poids : pas de frais d’écolage pour Felicitas et Jean-Marie. Le colonel Cleusix, avec d’autres parents, gradés ou non, est devenu en un coup de dé politique le défenseur de la loi. Un vrai sauveur de la légalité made in Wallis. Un petit raout devrait ètre organisé dans les jours qui viennent dans le Bâtiment Aymon. On propose qu’y soient invités Claude, Jean-François, Danièle et les autres. Une petite agape entre tous ceux qui ont cru en la force de la loi et qui ont mérité pour leur travail et leur conviction quelques petits salés et de l’eau minérale naturelle et gazéifiée.

La loi de la mort et la mort de la loi

Loi de la mort(Par PIERRE AVRIL) À quel moment, la loi meurt-elle en nous ? C’est quand nous mourrons nous-mêmes. Ainsi, les paisibles, les assassinés, les suicidés, les accidentés, les génocidés, les longues et douloureuses maladies convergent vers l’indicible et l’incessible, nimbés des mots de départ ou de disparition. Il vaut mieux être armé pour accompagner l’autre dans ce passage, c’est un des moments de notre humanité totale ou une conscience, une histoire, une vie cessent d’exister, nous laissant à la confiance de nos mémoires, à l’aléatoire de nos interprétations, à nos chagrins inconsolables. Vivre ces moments, [...]