De l’imperméabilité judiciaire en Valais

Le Matin Dimanche titre en ce jour pascal sur le Valais judiciaire. L’institution de chez nous aurait failli au-delà du supportable dans une affaire de pédophilie impliquant un policier communal, l’Office de la protection de l’enfance, le juge d’instruction pénal, le Ministère public, la sûreté et un club de football. Chacun, à la lumière de faits déconstruits puis reconstruits, de son imagination et de quelques propos de bistrots, pensera ce qu’il voudra bien penser (incompétences crasses des uns ou des autres, absence de certaines mesures précises d’instruction, déficiences multiples dans la communication, suivi hasardeux des dossiers, silences coupables, sentiments de honte, volonté inconsciente de ne pas savoir, etc.).