Camarade syrien j’ai lu ton tweet

J’ai lu ton tweet entre les états d’âme sur la platitude des choses J’ai lu ton tweet entre les listes qui numérotent l’importance d’une vie sans gluten J’ai lu ton tweet, sorte d’adieux brefs qui synthétisent à eux seuls une bêtise humaine immonde J’ai lu ton horreur quotidienne au creux de mon écrin de vie J’ai lu ton tweet, puis dix, puis cent Billets au vent J’ai lu vos tweets camarades, semés au vent des balles, au vent des cris d’enfants Hurlements qui s’évaporent dans les Mac Do, qui se noient dans les trop pleins occidentaux   J’ai lu ton tweet, toi sans doute déjà parti Toi parti dans l’ignorance générale dans ce scandale monumental J’ai lu ton tweet les mains au chaud, le cœur à l’abri et [...]