Tambouille territoriale

(Par Bernard Attinger)

Recette

Mise en place :

– déposer une initiative par Pro-Natura and co

– accepter une initiative F. Weber

– réviser la LAT fédérale 

Préparation :

– brasser le tout : l’initiative qui bloque pour 20 ans les zones à bâtir, la nouvelle LAT qui veut réduire les zones à bâtir dans les cantons alpins et les augmenter dans les grandes plaines du Plateau et, enfin,   interdire la construction de résidences secondaires dans les espaces qui leur sont destinés

Finitions :

– autour de la table les convives :

-ceux des grandes zones urbaines riches et en plein développement qui ne veulent pas d’un blocage des zones à bâtir

– les mêmes qui veulent pouvoir ouvrir de nouvelles zones pour leur développement et qui, pour se donner bonne conscience et calmer les Dieux verts, souhaitent compenser ces augmentations par une suppression des zones trop grandes dans les Alpes

– les paysans du plateau vont s’en mettre plein la fouille et les nôtres perdrent sac et quille

– les habitants du réduit national qui doivent perdre des zones à bâtir et en même temps renoncer à offrir leur territoire à certains touristes

Présentation :

– mettre tout cela sur un seul plat afin de bien brouiller les cartes

– lancer des référendums à tout va

– attendre et voire ce qui va sortir de tout cela …

ENFIN SE DEMANDER S’IL Y A UN CUISINIER DANS LA CUISINE

Post Scriptum : Est-ce que l’on pourrait se calmer un peu, se mettre à réfléchir à l’avenir de notre territoire et se demander si, pour vivre, ceux de nos fonds de vallées doivent vraiment émigrer vers les centres urbains et abandonner nos montagnes, nos alpes de neige

3 pensées sur “Tambouille territoriale

  • 2 juillet 2012 à 20 h 59 min
    Permalink

    1° excellente question: y a-t-il un cuisinier dans la cuisine ? … un cuisinier qui définit un menu équilibré, un cuisinier qui choisit des ingrédients frais dans la mesure du possible, un cuisinier qui mijote les plats, un cuisinier qui coordonne le service et fait porter dans la salle à manger l’entrée avant le plat principal et avant le dessert

    2° question: y a-t-il aussi des clients prêts à consommer un tant soit peu « logiquement » et à manger sainement ?

    Dommage, c’est probablement avant qu’il aurait fallu réfléchir … même si, dans l’abondance, nous pourrions jeûner pour un peu pour mettre de l’ordre dans le menu et donner du goût à cette tambouille infecte.

  • 2 juillet 2012 à 21 h 18 min
    Permalink

    à propos de cuisinier, n’avons nous pas quelques partis politiques et gouvernants élus tous présents en cuisine … j’ai l’impression qu’ils ne s’occupent que du service à table !

  • 3 juillet 2012 à 14 h 43 min
    Permalink

    Wings l’a bien êcrit: il n’y a pas de cuisinier dans à cuisine et c’est le chaos total.

    Oui, le temps de la réflexion est arrivé.

    Mais les élections approchent, période peu propice à une cogitation sensée.

    Bien au contraire, c’est le temps des slogans pour galvaniser les troupes!

    Il faut repousser l’ennemi, chasser les sorcières, lever la Matze.

    Bref, nous ne sommes pas sortis de l’auberge.

Commentaires fermés.