Mer de Glace, le projet illégal

JeanMichelCina(Par Enzo Colagioia)

Nombreux sont ceux à s’interroger quant aux raisons de mon soudain engagement dans le monde politique.

A question légitime, réponse franche et honnête : mon expérience m’a cruellement démontré à quel point les accords tacites entre petits copains d’un parti fort de 160 ans d’hégémonie ainsi que les inégalités de traitement réservées aux « estrangers » peuvent nuire, voire détruire.

Courant 2006, mon épouse et moi-même lancions sur la commune de Nendaz un projet dénommé LE HAMEAU DE NENDAZ et comprenant 4 résidences-chalets de standing sises en bordure des pistes de ski.

Ce projet ne rencontra aucune opposition pas même des Verts et obtint rapidement un permis de construire en force.

Le 19 décembre 2006, Jean-Michel Cina annonçait un moratoire interdisant la stipulation d’actes de vente de résidences secondaires à des personnes domiciliées à l’étranger dans sept communes touristiques valaisannes, dont Nendaz.

Certains projets furent touchés de plein fouet alors que d’autres, favorisés par l’appartenance politique de leurs protagonistes, virent le jour sans encombre.

Parmi les péjorés, LE HAMEAU DE NENDAZ, dont le seul manquement résidait dans le fait que les promoteurs, en possession de droits d’emption sur un lot de 3 parcelles comptabilisant plus de 11’000 m2, n’avaient pas été enregistrés en tant que propriétaires avant le 31 décembre 2006, le Registre Foncier cantonal étant fermé durant les Fêtes de fin d’année.

Le projet bénéficiait toutefois d’un permis de construire, d’un financement assuré par une grande banque de la place ainsi que d’actes de vente signés pour un montant de quelque CHF 8 mios qui tous durent être annulés engendrant moult frais.

Cette exigence ne fut toutefois pas imposée à tous les projets, certains promoteurs, bien informés, ayant eu tout loisir de prendre leurs dispositions bien avant l’entrée en vigueur de restrictions impossibles à respecter pour certains.

Le 23 janvier 2008, Jean-Michel Cina mettait fin au moratoire au profit d’une directive indiquant les critères à remplir en vue de la reconnaissance en tant que projet d’intérêt cantonal et bénéficier ainsi d’un contingent de 165 unités destinées à la vente aux étrangers. Deux options s’offraient aux promoteurs : LES LITS MARCHANDS ET LE COMPLEXE HOTELIER

Le 17 mars 2008, soit quasi deux ans après LE HAMEAU DE NENDAZ, MER DE GLACE obtenait un permis de construire pour la démolition de 4 baraquements et la construction d’un PROJET HOTELIER.

MER DE GLACE commença lentement à s’ériger au gré des faveurs accordées avec bienveillance par Jean-Michel Cina et ses sbires, ce dans l’irrespect le plus total de toute restriction, LA PARTIE HÔTELIÈRE AYANT DÛ ÊTRE CONSTRUITE EN PRIORITÉ ALORS QU’ELLE ENCORE EST INEXISTANTE À CE JOUR.

Quant au HAMEAU DE NENDAZ, projet dit de LITS MARCHANDS, quand bien même il respectait tous les critères nécessaires et avait été présenté bien avant MER DE GLACE aux autorités compétentes, on lui imposa des restrictions supplémentaires, volontairement irréalisables, sans compter les différents chantages auxquels nous fûmes soumis par le département Cina et consorts afin de favoriser leur poulain.

Las, LE HAMEAU DE NENDAZ dut se résoudre à baisser les bras engendrant des pertes plus que considérables.

Ceux qui connaissent la qualité proche de la perfection apportée à notre projet ainsi que l’investissement autant financier que personnel (surtout) que nous y avons consentis savent à quel point l’injustice fut mal vécue : L’ABANDON DU HAMEAU DE NENDAZ ENGENDRA NOTRE RUINE FINANCIÈRE AINSI QUE LA MISE EN PÉRIL DE TOUS NOS PROJETS.

Actuellement, ayant pris quelque recul afin d’analyser la situation avec plus de sérénité, nous étudions avec notre avocat la possibilité d’une PLAINTE PÉNALE À L’ENCONTRE DE JEAN-MICHEL CINA, DE PLUSIEURS CHEFS DE SERVICE DE SON DÉPARTEMENT AINSI QUE DE L’ETAT DU VALAIS pour inégalité de traitement, entre autres.

C’est pourquoi, je le proclame haut et fort : ce Valais clanique et partisan a péjoré de trop nombreux projets de valeur (…), ce au détriment de tout un canton.

IL EST PLUS QUE TEMPS QUE CA CHANGE !

 

Post Scriptum : un site qui présentera toutes les pièces du dossier est actuellement en construction.

 

9 pensées sur “Mer de Glace, le projet illégal

  • 22 février 2013 à 9 h 54 min
    Permalink

    Etes-vous la même personne que celle qui a eu quelques démêlés à Crans et qui a fait l’objet d’un article dans « Vigousse » no.80 du 4 novembre 2011, de plus figurez-vous sur la liste UDC no.4 du district de Sierre?
    Si tel était le cas, je vous souhaite bien du plaisir car vous passerez d’excellentes « nuits blanches » à goûter les sarcasmes de vos ennemis politiques forts nombreux

    • 22 février 2013 à 16 h 59 min
      Permalink

      Rives du Bisse vous êtes dans le vrai.
      Quant à mes Nuits Blanches, elles s’avéreront très certainement plus agréables que pour certains.

  • 22 février 2013 à 15 h 20 min
    Permalink

    Les éléments portés à la connaissance du public par M. Colagioia ne reflètent ni la réalité des faits ni celles de l’application des dispositions légales en vigueur.
    En ce qui concerne le complexe Mer de Glace, il ne faut pas perdre de vue le fait que l’hôtel à construire est un établissement stable au sens de l’article 2 al. 2 let. a LFAIE et qu’il n’est par conséquent pas soumis à autorisation au sens de cette disposition. Le financement de cet hôtel n’a pas fait l’objet d’une procédure au regard de l’application de la LFAIE et n’avait d’ailleurs pas à le faire. Dans ce complexe Mer de Glace, un seul immeuble a fait l’objet d’une requête pour l’octroi de contingent prioritaire d’intérêt cantonal au sens de l’article 11 RAIE. Les autres immeubles du complexe ont fait l’objet d’autorisations relatives à l’octroi de contingent ordinaire.
    Dans tous ces dossiers, les pièces nécessaires à l’octroi d’une autorisation selon les dispositions en vigueur ont été apportées. Pour le financement, le promoteur a apporté les pièces probantes requises par le Service compétent. Des décisions formelles ont été notifiées aux autorités communales, cantonales et fédérales habilitées à recourir. Aucune de ces autorités chargées de la correcte application des lois concernées n’ont déposé de recours et ces décisions sont en force.

    IVS – Service de l’information du Canton du Valais

  • 22 février 2013 à 16 h 57 min
    Permalink

    Je souhaiterais que la personne qui a écrit au nom du Service de l’information du Canton du Valais s’identifie et qu’elle me communique le nom de celui qui l’a mandatée. S’agit-il d’un chef de service, d’un conseiller d’Etat, voire de l’Etat du Valais, soit de tous les Valaisans.
    En effet, les dispositions en vigueur en 2008 ne correspondent nullement à ce qui a été appliqué et les faveurs accordées au projet Mer de Glace s’avèrent plus qu’exceptionnelles.
    D’ailleurs, par dits propos l’IVS ne fait que confirmer mes affirmations et sa promptitude à me répondre également.

  • 22 février 2013 à 16 h 58 min
    Permalink

    C’est un grand jour pour L’1dex : le Service de l’information du Canton du Valais lit L’1dex. Merci à ce lecteur attentif. Merci aussi au rédacteur de la réponse qui n’a à l’évidence pas la connaissance de tout le dossier. Choisir la modalité de transmission de l’information est tout un art.

    Et, comme le dit Vigousse du jour, lorsqu’un Conseiller d’Etat et un avocat disent la même chose (cf. affaire Varone), on connaît alors avec certitude la vérité des faits.

    Comme dit Vigousse : on en reste bouche bée.

    Personnellement, je suis ravi d’apprendre que la Commune de Nendaz n’a pas fait recours. Pourquoi donc le Service de l’information du Canton du Valais n’a pas rappelé le nom du président de cette charmante commune qui, on le sait dans la Suisse entière, a toujours respecté avec vigueur et fermeté toutes les règles de la LAT. Probablement est-ce là la raison pour laquelle la Suisse, dans sa majorité, va vouloir donner une grande leçon de comportement à notre canton. Beaucoup parmi nous ne le méritent pas. Quelques-uns assurément.

    En visite au centre de Sion, un ancien député PDC, membre éclairé de la nomenklatura d’antan, a osé me dire : « Il faut maintenant au Valais un balayeur. Et le seul à ma connaissance qui puisse prendre le balai est Freysinger ». Ne me prénommant pas Oskar, je ne dirai pas le nom de ce traître, car je trahirai alors le sort des urnes (non, non, ce n’est pas Jean-Pierre Bringhen, qui choisit toujours avec beaucoup de soin les gens à qui il s’adresse !).

    Mer de Glace est donc un projet parfaitement légal : les entrepreneurs et architectes de ce lieu remercient la loi de si bien s’appliquer à cette commune, modèle de développement harmonieux. Peut-être un jour Christophe Clivaz osera-t-il y organiser une conférence sur le thème des modalités d’indemnisations de tous les lésés, dont la source financière pourrait provenir de toutes ces communes qui ont si bien su utiliser la loi du passé.

    Et, assumant ce commentaire subversif, je veux ici poser une question au promoteur Colagioia : que va-t-il voter pour la LAT ?

  • 28 février 2013 à 19 h 36 min
    Permalink

    La vraie mafia Monsieur Colagioia, c’est un joli montage de sociétés opaques comme votre CV l’indique :

    http://www.moneyhouse.ch/en/pp/enzo-colagioia

    En liquidation avec une ou deux sociétés;

    http://vs.powernet.ch/webservices/inet/HRG/HRG.asmx/getHRGHTML?chnr=6214002179&amt=621&toBeModified=0&validOnly=0&lang=2&sort=0

    http://vs.powernet.ch/webservices/inet/HRG/HRG.asmx/getHRGHTML?chnr=6264009017&amt=626&toBeModified=0&validOnly=0&lang=1&sort=0

    http://vs.powernet.ch/webservices/inet/HRG/HRG.asmx/getHRGHTML?chnr=6264010737&amt=626&toBeModified=0&validOnly=0&lang=2&sort=0

    et en avoir direct par-derrière, d’autres pour continuer son beau ménage!

    http://vs.powernet.ch/webservices/inet/HRG/HRG.asmx/getHRGHTML?chnr=6263010580&amt=626&toBeModified=0&validOnly=0&lang=2&sort=0

    http://vs.powernet.ch/webservices/inet/HRG/HRG.asmx/getHRGHTML?chnr=6264011689&amt=626&toBeModified=0&validOnly=0&lang=2&sort=0

    http://vs.powernet.ch/webservices/inet/HRG/HRG.asmx/getHRGHTML?chnr=6264003799&amt=626&toBeModified=0&validOnly=0&lang=2&sort=0

    http://vs.powernet.ch/webservices/inet/HRG/HRG.asmx/getHRGHTML?chnr=6261008010&amt=626&toBeModified=0&validOnly=0&lang=2&sort=0

    vive la famille… utilisons Papa:

    http://vs.powernet.ch/webservices/inet/HRG/HRG.asmx/getHRGHTML?chnr=6264010498&amt=626&toBeModified=0&validOnly=0&lang=2&sort=0

    Et vive le vent…

    • 11 mai 2013 à 18 h 48 min
      Permalink

      Henri Auzeclats,

      Je ne prends connaissance de votre commentaire que ce jour.

      Et c’est à mon tour de rire aux éclats !

      En matière d’opacité, je vous saurais gré de bien vouloir nous dispenser des cours à mon mari et à moi-même, vous qui, sous le couvert d’un pseudonyme dont l’adresse IP nous renvoie à un proxy sis à Gibraltar, proférez des propos totalement diffamatoires.

      Votre courage s’avère à la hauteur de votre verbe. Quel grand vide et que de méchanceté gratuite…

      J’ai honte pour vous !!!

  • 1 mars 2013 à 8 h 21 min
    Permalink

    Au fait, je m’interrogeais : à combien de conseils d’administration siégeait le PDC Paul-André Roux ? combien de sociétés immobilières sont créées par des promoteurs PDC à des fins d’optimalisation fiscale ou à des fins de diminution du risque lié à une promotion immobilière ? Peut-être faut-il songer à ne permettre la constitution de corporations privées qu’aux élus de la majorité conservatrice ? Osons la transparence dans tous les partis. Mais qui le veut ?

  • 12 mai 2013 à 6 h 09 min
    Permalink

    La technique utilisée par Henry de Gibraltar est un moment fasciste et totalitaire que tout lecteur sérieux de L’1dex aura reconnu :

    1. Utilisation d’un concept/injure indéfini (pour la définition correcte :
    http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Mafia) incluant en lui- même une opacité connue de tous.

    2. Renvoi à des liens dont la lecture rébarbative ne dit absolument rien sur ladite opacité.

    3. Le lecteur insttentif n’y comprend plus rien.

    4. La famille renvoi à la mafia et la boucle est bouclée.

    Et un salaud, au sens de l’éditorial de David Claivaz sur la question de l’anonymat, a utilisé L’1dex, inattentif, et démontrer que la saloperie n’est pas sans signifiants.

    Une petite adjonction personnelle : pour qui connait de l’intérieur ce glacier immobilier d’une mer construite à la montagne, la position commentée par le Service de l’information a la même saveur que ce tartare avarié avalé par une femme à la Rue de Conthey et l’ayant rendu malade pour deux semaines. Mais je ne dirais pas ce faisant que M, Cina va se précipiter auprès du laboratoire cantonal pour faire analyser la propreté sanitaire de ces établissements pourtant très proches du Palais du Gouvernement.

    Un clan mafieux a ses ouvertures au gouvernement dit la définition du mot « mafia ». Et le moins que l’on puisse dire c’est que le visé par la saloperie anonyme (au sens toujours de Claivaz) n’a jamais été l’ami du Chef cantonal de l’économie, si bien élu à Nendaz comme l’a reconnu publiquement le président de la Municipalité de là-haut dans la presse quotidienne.

    C’est si bon de construire sans plan de zone …

Commentaires fermés.