Quelques jugements du monde médiatique sur ce Brésil-là, celui de Felipao Scolari

Priere bresilienneLa presse mondiale, qui n’avait pas lu L’1dex avant le match misérable effectué par le Brésil contre l’Allemagne (défaite 7 à 1) [Pourquoi le Brésil n’a aucune chance contre l’Allemagne], n’a guère eu de peine à porter quelques jugements sur la chose.

Eurosport

Mais pour ne pas avoir senti que les choses étaient bien différentes un an plus tard, Scolari restera celui qui était sur le banc le jour où le Brésil a subi la pire humiliation de son histoire.

Europe 1

En l’absence de Thiago Silva, la défense a pris l’eau de toutes parts. Et le pays entier est en larmes.

Le Figaro

Une humiliation incroyable pour une sélection qui n’avait plus été battue chez elle depuis 42 rencontres. En football, les séries d’invincibilité et autres statistiques ne disent jamais rien du rapport de force du moment. Et, mardi à Belo Horizonte, l’Allemagne boxait dans une toute autre catégorie que le Brésil de Scolari.

L’Express

a titré « Le festival des Teutons flingueurs ».

Le Nouvel Observateur

L’arbitre mexicain met fin au calvaire des Brésiliens après 45 premières minutes catastrophiques. La Seleçao est largement menée par l’Allemagne (5-0). Bronca du public. La Nationalmannschaft file (tranquillement) vers la finale au Maracana de Rio.

Le Parisien

Sur Twitter, c’est évidemment un déluge de commentaires sur cette incroyable déculottée infligée par l’Allemagne au Brésil. Jurgen Klinsmann, l’ancien patron de la Mannschaft aujourd’hui sélectionneur des Etats-Unis, semble ne pas en croire ses yeux.

Le Point

Plus qu’une déception, un traumatisme. Le rêve d’une sixième étoile à la maison s’est évaporé brutalement pour la Seleção ce mardi avec une claque historique subie (1-7) face à une Allemagne aussi efficace qu’impitoyable. Ce tournoi, qui devait être une fête et une consécration pour 23 joueurs et 200 millions de personnes, a tourné au vinaigre en cinq petites minutes, le temps pour les Allemands de marquer 4 fois entre la 24e et la 29e minute, portant alors le score à 5-0.

L’Equipe

Intraitable Allemagne qui inflige une véritable et historique correction au Brésil et disputera sa huitième finale de Coupe du monde. Le score était acquis à la pause (5-0) face à une Seleção totalement dépassée et qui n’aura jamais existé dans ce match.

La Tribune de Genève

Et un, et deux, et trois zéro. Les Brésiliens connaissent la chanson depuis un certain soir de 1998 au Stade de France. Mais ce n’était pas fini, et ils allaient apprendre à compter jusqu’à cinq en allemand. Kroos, toujours lui, chipe le ballon à Fernandinho et conclut après un une-deux avec Khedira (26e). 4-0. On respire un peu… pas trop : Hummels s’avance plein axe, Khedira prolonge la percée, s’appuie sur Özil qui lui remet en retrait et s’applique du plat du pied (29e). Cinq zéro !Il y eut encore des buts dans cette rencontre historique. Mais c’était anecdotique. Les six minutes avaient tué le match.

La Libre Belgique

Quelle déroute! L’Allemagne a infligé au Brésil la pire défaite de son histoire, à égalité avec le 6-0 de 1920 face à l’Uruguay. Et le plus gros écart jamais creusé en demi-finale de Mondial, effaçant un record vieux de 60 ans (RFA-Autriche, 6-1 au Mondial-1954)…

24 Heures

Cette demi-finale s’est achevée sur un score improbable de 7-1; c’est un massacre. Un résultat totalement fou conditionné par la séquence qui a fait basculer ce match dans une autre dimension, comme si la Coupe du monde déraillait, comme si l’histoire entrait dans une faille spatio-temporelle, mardi à Belo Horizonte.