Les vacances des mamans

devoirsLe 18 août, nos chères têtes blondes ont repris le chemin de l’école et pour leurs mères qui ne squattent pas un job à plein temps c’est la joie, l’allégresse, cafés ou mojitos à plein temps ! Aux enseignants de supporter leurs angelots à plein temps ! Les « vacances des mamans » commencent !

Enfin presque. Voici venu le temps des fameux rites initiatiques de la rentrée. Le doublage des livres, le papier qui glisse, le ruban adhésif qui colle partout sauf au bon endroit. Le décryptage de la liste des fournitures à acheter, les expéditions nombreuses vers le Graal du dossier rapide et du stylo effaçable. La gestion de l’agenda, des réunions de classe qui se superposent aux mêmes dates. La mise en place du vital planning hebdomadaire parce qu’il faut que chacun aille dans son école au bon horaire, ait un repas à midi lorsqu’il se trouve à la maison et se munisse des bonnes affaires de sport au bon moment. Et si possible les siennes, et une par pied. Mais où sont ces fichues baskets à semelles blanches !

Mais tout ceci, ce n’est que le prélude. L’échauffement avant le marathon. Un début d’usure psychologique avant le coup d’assommoir sous la forme d’un sac à dos de 10 kilos sur lequel on trucide ses tibias en venant prendre des nouvelles d’une bête de somme de son enfant qui sort de l’école. Les devoirs et leçons. Sacrebleu, en 8 semaines de bonheur nous les avions presque oubliés.

Je vous le dis, et pas grand monde ne me contredira d’ailleurs, ce que les familles apprécient le plus durant les vacances scolaires c’est la disparition de leur vue des sacs d’école et de l’objet de toutes les angoisses, le carnet de leçons.

Alors ces devoirs… ils commencent bien souvent par le délicieux frisson de l’absence du livre ou du cahier vital pour le travail à rendre ou à étudier pour le lendemain matin malgré un sac qui contient tout ou presque pour ne rien oublier. Et l’école valaisanne ne lésine pas le matériel pédagogique ! Alors chacun use de ruses de sioux pour rattraper les oublis, interpréter les inscriptions mystérieuses dans des carnets souvent incomplets, bref survivre. Porte-à-porte, téléphone, e-mails, groupes WhatsApp, et même groupes Facebook d’entraide… Tout y passe. Une fois le matériel rassemblé il est temps de se mettre au travail dans la joie, la bonne humeur et l’esprit frais pour voir ce qui peut encore entrer dans ces jolies petites têtes blondes.

Alors pour alléger les semaines la stratégie numéro 1 des familles consiste à faire faire un maximum de devoirs durant le week-end, parce que les enfants sont moins fatigués, que les parents sont plus disponibles. Une histoire à flinguer les apéros du week-end… et surtout les temps de pause indispensables au cerveau pour l’assimilation à long terme des apprentissages de la semaine.

Donc il faudrait leur faire faire du sport, les envoyer jouer dehors, les faire lire, leur laisser le temps de s’ennuyer, les nourrir sainement et dans le calme, les coucher tôt, etc… tout veillant à ce qu’ils travaillent studieusement sur devoirs et leçons. Et naturellement en conciliant le suivi attentif et bienveillant de marmots studieux avec une épanouissante carrière professionnelle à plein temps qui comme chacun sait permet d’être libre chaque soir après l’école tout en satisfaisant l’économie.

« Bonnes vacances les mamans ! »

 

 

PS
Cet article est l’occasion rêvée d’une petite pub gratuite pour un groupe Facebook fondé par une mère bloggeuse à ses heures qui a déjà sauvé les nerfs de quelques parents : A la recherche du devoir oublié !!! – Suisse Romande

Anne Erard

Thérapeute complémentaire, informaticienne et mère geek.

4 pensées sur “Les vacances des mamans

  • 2 septembre 2016 à 5 h 56 min
    Permalink

    Ah, les devoirs à domiciles ! Que n’a-t-on pas encore écrit à ce sujet, souvent (trop souvent, devrais-je dire) synonyme de prise de tête. Les pratiques étant fort différentes d’ un enseignant à l’autre. Untel qui les fait découvrir à la semaine , par Internet, un autre qui les fait écrire en bloc sur le carnet ad hoc le lundi matin, un qui n’en donne pas, l’autre qui en abuse…
    Perso, je les fournis au jour le jour, en petite quantité car ils sont toujours l’application d’une matière vue au préalable en classe. D’autre part, avec 13 élèves sur 23 qui, avec leurs parents, parlent une autre langue que le français (cette année, cela va du Farsi au Portugais, en passant par l’Italien, l’Espagnol, le Croate, l’Albanais et le Turc), je sais pertinement que l’aide à domicile sera très faible, la plupart de ces parents n’ayant pas suivi leurs classes en français. Je préfère donc miser sur un maximum d’exercices déjà faits en classe et ne donner à la maison que des applications dont je suis sûr qu’elles ne seront pas un casse-tête familial.
    Quant au poids des sacs d’école…C’est vrai que certaines têtes blondes ressemblent davantage à des tortues qu’à des écoliers. Je vérifie et fais vider, le cas échéant, régulièrement les sacs à dos qui ne contiennent pas que des affaires scolaires. Cela va de la collection complète des Pokémons au goûter pour trois personnes, largement périmé, mais dont l’odeur se fait heureusement discrète grâce à l’utilisation « tupperwarisée »de boîtes aussi hermétiques qu’encombrantes.
    Ceci dit, certains sacs à main de mamans ressemblent eux aussi davantage à des fourre-tout, des sacs de rando ou des mini brocantes qu’à des accessoires de mode. ☺

    • 2 septembre 2016 à 9 h 06 min
      Permalink

      J’ai ri en pensant au contenu de sac de tes élèves 🙂

      Pour ma part, une fois ou deux j’ai tenté de faire de l’ordre dans le matériel de mon sherpa préféré. Il m’en veut encore, vu que le matériel a manqué en classe !

  • 2 septembre 2016 à 18 h 36 min
    Permalink

    Pour rire aussi, extrait des recommandations de l’EN française :

    Comme à chaque rentrée, l’imposant cartable rempli de fournitures et livres scolaires fait son retour sur le dos des écoliers !
    Alors pour ne pas « en avoir plein le dos » dès les premiers jours, quelques conseils :
    – Incitez vos enfants à pratiquer une activité physique régulière, le sport renforce la mobilité articulaire et les muscles
    – Limitez le temps passé devant la télévision et les jeux vidéos, être immobile n’est pas bon pour la santé
    – Éduquez-les au port de charges et à la manipulation d’objets pour qu’ils s’adaptent au poids du cartable
    – Une fois rempli, le cartable ne doit pas peser plus de 10 % du poids de votre enfant
    Pour plus d’informations : http://www.education.gouv.fr/…/les-bonnes-postures-et…
    Bonnes postures et poids du cartable
    Les bonnes postures et les gestes adaptés s’acquièrent en famille et à l’école. Ils s’apprennent en association avec des habitudes d’hygiène de vie alternant périodes de travail, de détente et de jeux.

    http://www.education.gouv.fr/cid22481/les-bonnes-postures-et-le-poids-du-cartable.html&xtmc=cartable&xtnp=1&xtcr=1

    Next step : tous les initier à l’haltérophilie !

Commentaires fermés.