6 pensées sur “VINCENT FRAGNIERE A CENT FOIS RAISON, CONTRE FRANCOIS-XAVIER PUTALLAZ ET JERÔME DESMEULES

  • 18 mars 2017 à 18 h 36 min
    Permalink

    Putallaz a mille fois raison l animateur rabatteur prend un malin plaisir a souffler sur les braises au détriment des questions de fond

  • 18 mars 2017 à 23 h 07 min
    Permalink

    Lors du débat de Martigny, j’ai aussi eu la très désagréable impression que Vincent Fragnière, à la manière d’un banderillero en ouverture d’un spectacle de tauromachie, excitait les candidats qui me semblaient pourtant avoir plus de retenue que d’habitude, en particulier OF.
    Je me suis même dit que si cela devait continuer avec cet état d’esprit de l’animateur, je cesserais de regarder.
    Heureusement, les candidats ne sont pas tombés dans le panneau et Vincent Fragnière, en homme intelligent et opportuniste, a changé son fusil d’épaule. A ce moment seulement, le débat est devenu intéressant.

    • 19 mars 2017 à 8 h 22 min
      Permalink

      Bien vu, M.Fragnière veut souvent porter le débat au niveau « spectacle  » en perdant de vue le fond du débat. Dans l’ensemble, ces débats sur l’élection au CE manquent de prises de position sur les sujets qui intéressent le citoyen; difficile de se faire une idée sur le programme des candidats. Enfin tout sera dit dans quelques heures !

      • 19 mars 2017 à 9 h 58 min
        Permalink

        Par honnêteté, il faut mettre au crédit de M. Fragnière son courage et son bon-sens lorsqu’il a refusé, à juste titre, de donner la parole à un énergumène (étym. Possédé du démon) particulièrement chaud-bouillant qui avait déjà perturbé l’entame de la soirée et qui aurait tout aussi bien pu être expulsé manu militari.

  • 18 mars 2017 à 23 h 32 min
    Permalink

    10 interpellations faites par Putallaz et Desmeules ici, 10 fins de non recevoir (catégoriques) fournies en retour (dans les dents) par le journaliste !!!!
    Manifestement les deux interpellants sont des débiles. Ils n’ont rien compris. A rien. Le journaliste nous le montre; ils ont tort sur toute la ligne.
    Si AU MOINS, le journaliste leur avait con-cédé UNE seule affirmation (pas tout à fait complètement « à côté de la plaque »débile) sur les 10, ça aurait au moins moins été la honte pour eux. Mais là non, 10 accusations proférées, 10 x c’était des conneries.
    La honte totale !
    Enfin… ça le fera une leçon. Ca leur apprendra qu’ils engagent pas que des cons au NF !! (‘paraît qui yen a même qui savent écrire d’ailleurs).

  • 18 mars 2017 à 23 h 42 min
    Permalink

    Haha un philosophe de l’éthique qui démonte l’éthique putschiste à la sauce européenne : un grand moment.

Commentaires fermés.