Voter pour une logique de paix !

(PAR VINGTRAS)

 

Alors qu’on se souvient aujourd’hui de l’effroyable hécatombe du « Chemin des dames » dans un grand élan officiel de compassion, des fauteurs de guerre s’agitent un peu partout dans le monde afin d’en retirer de juteux profits car ils jouissent de l’impunité offerte par la puissance des industries de l’armement ; par ailleurs ils bénéficient de l’indifférence complice des marchés…

« Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage » : chacun se souvient de cette déclaration de Jean Jaurès à propos de laquelle on pourrait aujourd’hui, interroger tous les candidats au trône républicain quinquennal.

Et si nos aspirants monarques ne répondaient pas avec leur langue de bois, on pourrait constater que la plupart d’entre eux restent, consciemment ou pas, dans une logique de guerre.

En effet, hormis le nationalisme arboré par le FN qui est en prise directe avec la haine de l’autre, le bellicisme et le militarisme qui nous ont conduits à la boucherie de 14/18, tous ceux qui ne remettent pas en cause la construction européenne actuelle, assortie de son bouclier militaire américain, l’OTAN, sont peu ou prou insérés dans un engrenage de déflagration armée et de conflits territoriaux.

Or, nous sommes en guerre économique et les marchés font la loi ; aucun argument raisonnablement humain n’est en mesure de résister à un tsunami financier !

C’est pourquoi Poutou et Arthaud ont raison lorsqu’ils se revendiquent « internationalistes », c’est pourquoi Mélenchon dénonce avec pertinence les conflits d’intérêt des pétro-dollars au proche Orient et le rôle effarant de l’Arabie saoudite et des émirats dans le déclenchement de cette fausse guerre sainte des musulmans contre l’Occident.

Laissons Mahomet à la Mecque et Jésus Christ en Palestine ; comme dirait Jacques Prévert : « Notre père qui êtes aux cieux, restez-y ! Et nous resterons sur la terre qui est quelque fois si jolie… »

Mais ne votons pas pour celle ou ceux qui envisageraient peut-être de nous mettre le casque sur la tête, le fusil à la main, une gourde de gnole en sautoir et le havresac sur le dos.

Quand on désire la paix on ne prépare pas la guerre. Un Président de la République n’est pas forcément un marchand d’armes.

NB/ sur le « Chemin des dames », cf mon précédent billet, tombé aux oubliettes, et intitulé « Tu n’as rien vu à Craonne », paraphrase de la réplique-culte du japonais dans le film d’Alain Resnais « Hiroshima mon amour »