2% d’inflation: pourquoi pas 0%? - L'1dex