LA FRANCE ET LA CATALOGNE (AVEC TRADUCTION EN CATALAN) - L'1dex

LA FRANCE ET LA CATALOGNE (AVEC TRADUCTION EN CATALAN)

@EmmanuelMacron et la Catalogne : de la graves toxicité des bombes « légales » de l’Espagne

 

 

Relancé par Edwy Plenel sur la légalité de l’intervention en Syrie, décidée hors du cadre de l’Onu, le président de la République française répond que « nous avons la pleine légitimité internationale ». Ainsi, Emmanuel Macron accepte l’idée que la légalité formelle, stricte et criminelle, peut céder le pas devant le principe de la légitimité.

 

Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, français, donc éminemment jacobins dans leur représentation de la chose publique, n’ont pas cru nécessaire de parler de la Catalogne. Pourtant, ces propos forts de Emmanuel Macron sur un conflit international majeur, aux frontières sud de la république française, ne peut qu’avoir des répercussions significatives sur le discours européen dans le champ du conflit entre l’Espagne et la Catalogne.

 

En effet, quel est l’unique argument « branlant » évoqué par Madrid, si ce n’est celui de la légalité formelle, soit le caractère de nation « monarchique » une et indivisible fixée à jamais dans la constitution espagnole de 1978, imposée à la Catalogne pour mettre prétendument un terme au régime instauré par Franco ?

 

À l’opposé, Barcelone met en exergue la légitimité démocratique ayant sa source dans le désir populaire de la grande majorité de la population de pouvoir avoir le droit de décider de son avenir, une majorité de représentants du peuple s’étant même constitués au sein du parlement catalan. Les manifestations récurrentes dans la rue sont l’exacte révélation répétée de cette volonté populaire que le juge Pablo Llarena veut briser à coup de « décrets » arbitraires basés sur des interprétations honteuses de la loi (rébellion, sédition, prévarication, participation à une organisation criminelle, désobéissance, etc.).

 

Les exactions multiples commises par le régime syrien ont conduit trois forces internationales, dont la France, à considérer que la légalité onusienne impossible à obtenir en raison de la position russe au conseil de la sécurité devait céder le pas face à la légitimité liée au devoir d’intervention d’États responsables, n’acceptant absolument pas que le principe de l’interdiction de l’emploi des armes chimiques soit bafoué. La légitimité devient alors une arme puissante contre la légalité formelle.

 

Dans le processus devant conduire à l’indépendance de la Catalogne, la situation est strictement identique en saine logique, les produits chimiques syriens étant suppléés par une multiplicité de décisions d’une extrême toxicité démocratique (incarcérations préventives arbitraires de deux responsables d’associations citoyennes ayant participé étroitement à l’organisation de manifestations pacifiques répétées, Jordi Sanchez de l’ANC et Jordi Cuixart de Omnium Cultural, emprisonnement de membres du gouvernement légal de la Generalitat, mise en détention préventive de Carme Forcadell, première présidente de l’ANC et ancienne présidente du parlement catalan, multiples incarcérations de responsables politiques, dont le vice-président de la Generalitat, Oriol Junqueras, demande d’extradition de Marta Rovira, secrétaire du principal parti de la gauche républicaine, poursuites de membres des partis d’opposition, poursuites contre les membres des Comités pour la Défense de la République (CDR), et, cerise sur le gâteau, création de crimes imaginaires contre Carles Puigdemont pour permettre son extradition internationale (participation à une organisation criminelle, rébellion, sédition, prévarication, malversations financières [niées par Mariano Rajoy lui-même et aussi par le ministre espagnol Montoro !], désobéissance,…). Une bombe légale innommable a également consisté à retirer le passeport au héros Trapero, ancien chef de la police catalane, et à le poursuivre notamment pour participation à une organisation criminelle !

 

Face à ces bombes « chimico-judiciaires » ultra toxiques pour la démocratie, le Catalan a choisi l’arme absolue de paix, laisser le choix aux citoyens de décider. Carles Puigdemont a été élu et a reçu la mission d’une grande majorité de citoyens d’organiser un vote sur la question de l’indépendance de la Catalogne. Pour avoir respecté la voix de son peuple, Carles Puigdemont est aujourd’hui considéré comme le criminel le plus recherché de l’Espagne franquiste.

 

Les démocrates de tous les pays du monde attendent aujourd’hui que la France, pays des droits de l’homme, et Emmanuel Macron, si influencé, dit-on, par le philosophe Ricoeur, choisissent entre la légalité totalitaire et fantaisiste de l’Espagne franquiste et totalitaire, et la légitimité de la démocratie citoyenne.

 

Dans l’affaire syrienne, Monsieur Macron a voulu poser un acte fort avec ces bombardements ciblés. La France va-t-elle continuer à se taire face à l’attitude légale belliciste de Madrid ou exercera-t-elld publiquement sa responsabilité historique ?

 

Bonjour, Monsieur Emmanuel Macron !

 

TRADUCTION EN CATALAN PAR L’ANC SUISSE

 

 

@EmmanuelMacron i Catalunya: la greu toxicitat de les bombes « legals » d’Espanya Rellançat per Edwy Plenel sobre la legalitat de la intervenció a Síria, decidida fora del marc de l’ONU, el President de la República Francesa respon que « tenim plena legitimitat internacional ». D’aquesta manera, Emmanuel Macron accepta la idea que la legalitat formal, estricta i criminal pot donar pas al principi de legitimitat.

Edwy Plenel i Jean-Jacques Bourdin, francesos, per tant, eminentment jacobins en la seva representació dels afers públics, no han cregut necessari parlar de Catalunya. No obstant això, aquestes paraules fortes d’Emmanuel Macron sobre un gran conflicte internacional, a la frontera sud de la República Francesa, només pot tenir un impacte significatiu en el discurs europeu en el camp de conflicte entre Espanya i Catalunya.

De fet, quin és l’únic argument « trontollant » evocat per Madrid, si no el de la legalitat formal o el caràcter de nació « monàrquica » única e indivisible fixat per sempre més en la constitució espanyola de 1978, imposada Catalunya per posar fi al règim Franquista?

Contra això, Barcelona posa en relleu la legitimitat democràtica que deriva de la voluntat popular de la gran majoria de la població de poder tenir el dret a decidir el seu futur, una majoria dels representants del poble establerts dins mateix del Parlament de Catalunya. Les manifestacions recurrents són exactament la revelació repetida d’aquesta voluntat popular que el jutge Pablo Llarena vol trencar a cop de « decrets » arbitraris basat en interpretacions vergonyosos de la llei (rebel·lió, sedició, prevaricació, participació en una organització criminal , desobediència, etc.).

Les múltiples violacions comeses pel règim sirià van portar tres forces internacionals, entre elles França, a considerar que vist que dins la legalitat de l’ONU es impossible d’obtenir a causa de la posició de Rússia al Consell de Seguretat havien de cedir davant de la legitimitat lligada al deure d’intervenció dels Estats responsables, no acceptant en absolut que el principi de la prohibició de l’ús d’armes químiques quedi inutilitzat. La legitimitat es converteix en una arma poderosa contra la legalitat formal.

En el procés cap a la independència de Catalunya, la situació és d’idèntica lògica, els productes químics sirians reemplaçats per una multiplicitat de decisions d’extremada toxicitat democràtica (presó preventiva arbitrària de dos líders d’associacions civils que han participat activament en l’organització de manifestacions pacífiques en repetides ocasions, Jordi Sánchez de l’ANC i Jordi Cuixart d’Òmnium Cultural, l’empresonament dels membres del govern legal de la Generalitat, la detenció preventiva de Carme Forcadell, primera president de l’ANC i l’expresident del Parlament català, múltiples empresonaments de líders polítics, inclòs el vicepresident de la Generalitat, Oriol Junqueras, l’extradició Marta Rovira, secretaria del principal partit de l’esquerra republicana, persecució de membres de partits d’oposició, actuacions contra els membres dels Comitès de Defensa de la República (CDR), i la guinda del pastís, la creació de crims imaginaris contra Carles Puigdemont per permetre la seva extradició internacional (participació en una organització delictiva, rebel·lió, sedició, prevaricació, malversació [negat pel mateix Mariano Rajoy i també pel ministre espanyol Montoro!], la desobediència, …).

Una bomba legal fora mida també va consistir en retirar-li el passaport a l’heroi Trapero, excap de la policia catalana, i perseguir-lo per participació en una organització criminal!

Davant d’aquestes bombes « químico-judicials » extremadament tòxiques per a la democràcia, el català va triar l’arma absoluta de la pau, deixant l’elecció als ciutadans per decidir. Carles Puigdemont va ser elegit i va rebre la missió d’una gran majoria de ciutadans per organitzar un referèndum sobre la qüestió de la independència de Catalunya.

Per haver respectat la veu del seu poble, Carles Puigdemont és considerat avui el criminal més buscat per l’Estat franquista.

Els demòcrates de tots els països del món esperen avui que França, el país dels drets humans, i Emmanuel Macron, tan influenciat, diuen, pel filòsof Ricoeur, triïn entre la legalitat totalitària i capritxosa de l’Espanya franquista i totalitària, i la legitimitat de la democràcia ciutadana.

En l’assumpte sirià, el Sr. Macron volia fer una acció ferma amb aquests bombardejos quirúrgics. Continuarà França callant davant l’actitud jurídica bel·licista de Madrid o exercirà públicament la seva responsabilitat històrica?

Hola, senyor Emmanuel Macron!

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, avocat, notaire, rédacteur en chef de L'1Dex (1dex.ch).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *