CONSEIL D’ETAT 2017. PATHETIQUE !

(PAR FRANZ FRITZ)

 

Pathétique ! Je ne vois pas d’autre mot.  Ces élections cantonales. Spectacle lamentable où l’on sent que les candidats en lice sont prêts à tout, soit pour garder leur poste, soit pour s’emparer du trône. Mais attention, pour le bien du Valais, évidemment ! Seul Rossini échappe pour moi, au moins en partie, à ce constat. Pourtant c’est le seul candidat qui me semble « mobbé » par les partis, y compris par une partie (haut valaisanne surtout) de son propre parti, en une belle et hypocrite union. Partis qui, malgré une reconnaissance quasi unanime de ses compétences, invitent maintenant à privilégier tantôt un PLR, tantôt un UDC. Cela devrait interpeller le candidat spécialiste en Ressources Humaines Favre. Procède-t’il lui aussi dans ses recrutements en fonction de l’appartenance politique à un parti ?

Pathétique !  Tous ceux qui désormais défendent un poste pour une femme, celui d’Esther, au moment le plus opportun pour leur propre candidature, en n’ayant proposé aucune candidate dans leur propre parti et en ayant à peu près toujours critiqué le parti socialiste.

Pathétique ! Esther. Elle s’est tue comme les autres, lors des affaires – particulièrement l’affaire Giroud – soi-disant dans le respect du sacro-saint principe de collégialité, même si elle est la seule dont la moue disait que la communication du CE semblait quand même la heurter un peu. Ce principe de collégialité est-il supérieur à la liberté d’expression ? Est-il inscrit dans la Convention des Droits de l’Homme ? J’en doute. Pourtant c’est ce principe là qu’elle a décidé de respecter face aux affaires, et non celui de ses idées (si elle est bien socialiste) qui aurait voulu qu’elle dénonce ouvertement les errements du CE, même si elle en faisait partie. Sortir du «  aucun dysfonctionnement n’a pu être constaté dans les services de l’Etat ».  Et maintenant elle soutient le PLR ? J’ai malheureusement mis son nom dans mon bulletin de vote hier, avant qu’elle ne plante un couteau dans le dos de Rossini, qui figurait aussi sur mon bulletin :  je regrette amèrement de lui avoir donné cette voix.

Pathétique ! Frédéric Favre.  Un des arguments principaux pour sa candidature au deuxième tour démontre sa mauvaise foi, il est bien là pour rappeler et  critiquer une sur-représentation socialiste éventuelle au CE, dans un système d’élection pourtant majoritaire, et cherche pourtant ouvertement l’alliance avec le PDC, lui aussi sur-représenté au CE… mais là ça ne pose pas de problème. On sent ici les dents longues qui rayent le carrelage et incitent aux alliances d’opportunité. Et l’on ne pourrait pas être défenseur du Valais si on a défendu la Lat ou la Lex Weber ? On ne peut être défenseur du Valais quand on ne souhaite pas une exploitation excessive ou chaotique des terres qui composent ce territoire et ces paysages?  Frédéric Favre fait aussi preuve de beaucoup d’opportunisme au mépris de l’intégrité, exactement comme les autres. Où est passée cette « différence » évoquée durant la campagne (« Osez la différence ») ? Sans doute cachée sous le lit de l’opportunisme.

Pathétique ! Candidats sortants, ne cachez pas la merde aux chats, est-ce vraiment un hasard s’il y a eu tant d’affaires durant cette législature ? Et quelle réponse avez-vous apportée à ces affaires : le silence, circulez y à rien à voir, je n’ai aucune responsabilité, c’est pas ma faute. Vous représenter démontre à quel point vous tenez à votre poste… vraiment dans l’intérêt des citoyens ? Ou dans le vôtre ? Est-ce pour cela que vous êtes prêts à toutes les stratégies, à toutes les alliances même les moins naturelles ? Vous avez participé à la débâcle de cette législature passée, et je n’ai entendu aucune de vos voix s’élever face aux affaires. Le respect des citoyens eût voulu que vous vous retiriez humblement au terme de votre mandat.

Pathétique ! Les candidats PDC qui jouent une fois de plus aux faiseurs de rois, qui se donnent bonne conscience – quoiqu’il faille déjà en posséder une – en invitant à voter une femme, eux même ne proposant aucune candidate, et à soutenir un PLR… car il ne faut en aucun cas un peu de sensibilité de « gauche » au CE. Cela risquerait de moins permettre d’étouffer les affaires à venir. Et de moins favoriser « les petits copains ». La fête est plus belle quand il n’y a pas de voix contradictoires, bien installés à droite. Pratique d’avoir Esther, femme (alors que le PDC ne propose aucune candidate féminine) et de gauche (même si j’en doute fortement), et de la soutenir afin de montrer qu’on respecte les minorités et les opinions, tout en s’assurant le soutien des voix du Haut Valais. Esther est-elle toujours de gauche ? Un tout tout petit peu peut-être… juste ce qu’il faut pour, avec un PLR et 3 PDC, avoir l’alibi de la gauche tout en n’ayant aucune opposition d’idées. Mais surtout, amis PDC, ne pas soutenir un socialiste homme, fût-il compétent et soutenu par la partie francophone du canton ! Hypocrisie à nouveau, conjointe de l’opportunisme.

Pathétique ! Oskar, qui se dit prêt à changer… mais pourvu qu’on le laisse garder son poste, n’est-ce pas ? Poste qui pourtant le met constamment sous le feu des critiques, quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, et où son bilan ne serait pas du tout reconnu ou mis en valeur par la méchante presse… c’est lui-même qui le dit. Mais pourtant il l’aime ce poste, d’ailleurs il serait prêt à « changer » pour le garder, carrément ! Alors cette fois qui sera élu, l’Oskar version Jekyll, ou version Hyde ? Oskar en pleine  imitation de son ami Momo et sa « schizophrénie » avec une oreille qui perçoit les sons concernant sa fiduciaire et l’autre les sons concernant sa fonction de conseiller d’Etat, mais sans communication entre elles ? Ce poste, c’est pas pour lui, mais pour continuer le combat, pour le bien du Valais, évidemment ! Les affaires le concernant… des clopinettes, des détails, et puis y à qu’à changer son propre charactère et on repart pour un tour de manège. Oskar qui devait incarner pour ses électeurs l’homme du changement, on a surtout vu un soutien indéfectible aux collègues face aux affaires. Comme Esther. Et pas de changement de système, au contraire… si ce n’est un apport en « affaires » non négligeable.

Pathétique ! Moi Frantz Fritz, qui n’ose agir sans pseudo au risque de perdre mon emploi ou d’y subir des pressions – emploi sous dominance d’un parti, aux postes clés, dont je tairai le nom.

Pathétique ! De ne pouvoir guère constater ni intégrité ni valeurs autres que l’opportunisme dans les comportements des candidats cités dans mon texte. En mon âme et conscience, il m’est impossible de donner ma voix à aucun de ces candidats, qui trahissent à gauche et à droite, et ce qui est  pire encore, peut-être se trahissent eux-mêmes. Concluent des alliances improbables uniquement pour grapiller des voix partisanes. Reste Rossini… quoiqu’un chasseur, ça je ne comprends pas 😉

Pathétique politique.

14 pensées sur “CONSEIL D’ETAT 2017. PATHETIQUE !

  • 17 mars 2017 à 6 h 09 min
    Permalink

    Tout est dit et parfaitement résumé.

  • 17 mars 2017 à 6 h 48 min
    Permalink

    Bien vu. Pour complément de commentaire, clic sur mon blog : narcisse-praz.com

  • 17 mars 2017 à 7 h 12 min
    Permalink

    Excellente analyse …
    Et comme vous, j’ai déposé mon enveloppe trop vite
    Que de regrets

  • 17 mars 2017 à 7 h 53 min
    Permalink

    C’est exactement cela. A dégoûter de la politique.

  • 17 mars 2017 à 8 h 47 min
    Permalink

    Excellent…et entièrement d’accord avec vous !

  • 17 mars 2017 à 8 h 49 min
    Permalink

    Cest exactement cela. Quelle tristesse.

  • 17 mars 2017 à 9 h 44 min
    Permalink

    <>
    Comme vous avez malheureusement raison!? Les valaisans s’asseyent sur le paysage, matière première de toutes leurs activités, foi de photographe!

  • 17 mars 2017 à 9 h 48 min
    Permalink

    Ce n’est que le reflet de notre société! Néanmoins il n’y a pas que de la noirceur, ni dans le système, ni dans les personnes qui le font ou le… défont. La période électorale révèle effectivement plutôt les mauvais côtés de la politique mais il en existe aussi de bons , et puis ce n’est que de la politique! La vie ne s’arrête pas là et elle est belle non?

  • 17 mars 2017 à 12 h 19 min
    Permalink

    Merci pour cette intelligente analyse de tous les candidats, de si belles plumes existent donc; c’est réconfortant.

  • 17 mars 2017 à 13 h 35 min
    Permalink

    « J’ai malheureusement mis son nom dans mon bulletin de vote hier, avant qu’elle ne plante un couteau dans le dos de Rossini, qui figurait aussi sur mon bulletin : je regrette amèrement de lui avoir donné cette voix ».

    Et bien voilà !!! La preuve (grandeur nature ici (ou concrète plutôt ça suffira)) que ce processus d’élection, même à son stade final de sélection encore, est une farce de démocratie. Et que les membres élus ne correspondront pas à la volonté du peuple. Mais à celle de l’OLIGARCHIE en fait.

    Moi même aussi, si le mode de scrutin n’était pas aussi primitif, j’aurais mis Rossini. Mais là, avec des questionnements (utiles à choisir des têtes de pipes) guère plus évolués que: « taper un coup pour dire « oui, et 2 pour dire non » . . . pas la possibilité de tellement finasser !!!

    Bien sûr c’est le but du complot du Système, mais « ça fait chier quand même » .. (pour causer naïf, ou mouton (et même que rebelle celui-ci. . . ça change rien . . / les chiens aboient les moutons se couchent) !.

  • 17 mars 2017 à 17 h 20 min
    Permalink

    Si j’ai bien compris, tous les candidats sont des cons ou des abrutis (ou les deux). Voilà le genre d’argument qui fait avancer le débat. Je propose à Fritz Franz de réfléchir à sa candidature pour 2021. Trop simple de critiquer tout le monde en évitant de mettre les mains dans la m… Surtout que le « tous pourris, tous nuls » renforce les extrêmes et la clique des éternels grincheux. Alors un peu de mesure, cher Fritz Franz.

    Si le niveau de la campagne est faible, qui donne le ton ? Les candidats ? ou les médias locaux ? Franchement, Fragnière est pathétique (lui aussi). Qu’il adore se mettre en scène, face caméra, micro à la main, c’est son droit (le choix des administrateurs et actionnaires du NF ?), mais on attend autre chose du rédacteur en chef : des articles de fond fouillés, une présentation des thèmes de la prochaine législature, est-ce trop demander ? A toujours vouloir remuer son fond de sauce, il en oublie les enjeux de l’élection.

    • 17 mars 2017 à 17 h 39 min
      Permalink

      Cher Sugus, il n’est nullement question de « cons » ou d' »abrutis » me semble-t’il dans ce texte, simplement de comportements des candidats qui sont tellement prêts à tout (aux alliances les plus saugrenues par exemple) que cela en devient pathétique. Rien de plus. Un constat de l’échec de cette campagne pour les élections au CE à élever le débat ou à faire ressortir non les bassesses humaines, mais plutôt la grandeur humaine. Et peut-être bien d’ailleurs que Fritz Frantz y réfléchit, à sa candidature. Le texte ne m’a pas paru insultant, mais surtout démontrant les incohérences des propos de plusieurs candidats. Un coup de gueule, quoi! Doit-il être plus mesuré? Je n’ai pu relever d’insulte dans le texte, quant à moi. Quant à votre question de « qui donne le ton » de la campagne, elle me semble pertinente. Peut-être un peu tout le monde… par goût du spectaculaire?

  • 17 mars 2017 à 18 h 16 min
    Permalink

    Le Manège enchanté,

    Zébulon, Pollux, Ambroise, Flappy et Esther Zora la Rousse qui manie le couteau comme personne…

  • 18 mars 2017 à 11 h 19 min
    Permalink

    Pathétique… cette ESPECE HUMAINE TOUTE ENTIERE.
    Et LA SOCIETE TOTALEMENT INORGANISEE qui est la sienne; celle qu’il a tenté de créer !
    Non vraiment, le constat est accablant, le résultat lénifiant; le constat d’échec, total; le résultat, pitoyable; la terre est en train de crever; les gens ont désormais envie de s’égorger les uns les autres plus que jamais, voilà où on en est finalement à l’aube de la fin de l’humanité
    (ou en tous cas la fin… pour la plupart d’entre nous…
    (ou d’entre eux plutôt, lol. (Enfin snif plutôt (pardon ;-( )))).

    Et le seul moyen trouvé pour gérer psychologiquement tout ça et/ou éviter de se regarder dans un miroir … ?
    Reporter l’intégralité de ces responsabilités d’échec total avéré, sur « l’autre ».

    L’élection qui nous « intéresse » (ou nous con-cerne plutôt) ici ne fait pas exception à cette règle. Elle en est même peut-être une parfaite démonstration.

Commentaires fermés.