La voie est libre

Ça y est, les dernières inconnues sont désormais levées. Le Valais de demain peut s’écrire le 19 mars au terme d’une journée historique, n’ayons pas peur des mots. Ne soyons pas effrayé par ce dénouement improbable, il ne saurait que concrétiser les compétences et le travail.

Stratégies : Le scénario attendu

Il est clair que les postures du PDC et du PS, grands gagnants du 5 mars, n’allaient pas prêter à discussion. Avec les scores accomplis, on aurait mal vu l’un ou l’autre candidat se retirer. Je rappelle tout de même que Rossini pensait, s’il faisait une voix de moins qu’EWK, qu’il devrait se retirer pour sauver le siège du parti. La donne est bien différente aujourd’hui puisque les deux candidats peuvent légitimement prétendre à un siège.

Hier, le camp le plus observé était naturellement celui du PLR. En lançant Frédéric Favre au second tour, le parti de Nantermod démontre bien qu’il a pris acte de la volonté populaire de ne pas composer avec lui ces quatre prochaines années. Trop novice pour défier Rossini, Favre ne pourra qu’observer, à distance, la lutte entre l’ancien conseiller national et l’actuel Conseiller d’Etat. Reste que les conservateurs qui ne souhaitent plus d’Oscar, pourraient glisser son nom dans l’urne, avec la liste PDC. Le danger est donc la peur du changement, la peur de ce potentiel « gouvernement de gauche » avec deux socialistes. Mais heureusement on a échappé à la liste commune qui aurait complètement faussé la donne.

Les Verts ont eu la sagesse de se retirer et ce retrait devrait bénéficier à Stéphane Rossini en priorité. Il semble ne mesure de récupérer, en plus des voix PCS, une bonne partie des voix vertes. L’inconnue demeure pour les voix de Bornet. Ma théorie est qu’elles se répartiront de manière équitable entre les différents candidats ne prétéritant pas l’un ou l’autre.

La peur du changement

Le 19 mars répondra à une interrogation qui va bien au-delà d’une simple élection : le Valais est-il prêt à changer ? Après le coup d’éclat du 5 mars qui résonne tout de même comme un vote sanction, le peuple valaisan confirmera-t-il ?

L’angoisse de bon nombre est que la peur du changement l’emportera. Ce scénario, que je crains également, n’a naturellement rien de rationnel puisque la logique voudrait que les 5 premiers candidats du premier tour demeurent à leurs places respectives au second. Reste que je crains un vote ethnique (pour reprendre Stéphane Riand) du Haut-Valais qui protègerait ses candidats (dont Oscar). De même, il ne faut pas sous-estimer la peur conservatrice qui poussera à voter pour le PLR plutôt que de soutenir deux candidats de gauche. Bien que le candidat PLR ne devrait pas pouvoir se mêler à la bataille finale, les voix qu’il engrangera au détriment de la gauche pourraient profiter à l’homme au catogan.

Les stratégies partisanes semblent ouvrir la voie à un gouvernement avec deux socialistes mais la Saint-Joseph pourrait encore réserver son lot de surprises…

Raphael Zumofen

Docteur en administration publique, passionné de politique, d'histoire contemporaine et de sport, papa de deux enfants, voyageur inconditionnel et libre penseur

6 pensées sur “La voie est libre

  • 8 mars 2017 à 7 h 15 min
    Permalink

    Pff,il n’y a pas besoin d’être conservateur pour soutenir Favre, il suffit d’être de droite

  • 8 mars 2017 à 7 h 49 min
    Permalink

    Pff, il n’y a pas besoin d’être de de gauche ou de droite pour être progressiste , il suffit de regard en haut et en avant!

  • 8 mars 2017 à 8 h 17 min
    Permalink

    « le candidat PLR ne devrait pas pouvoir se mêler à la bataille finale… », rien n’est moins sûr…
    Et opposer le progressisme au PLR c’est encore plus faux.

    • 8 mars 2017 à 15 h 45 min
      Permalink

      Vous connaissez mal l’histoire de notre pays…En Suisse, et donc en Valais, le PLR et le PDC, majoritaires historiques…entre autres, partis des fachos des années 30, Pilet-Golaz, Motta, Musy, Gonzague de Reynold, la droite de la ligue vaudoise et les radicaux autoritaires et fascistes, les Fonjallaz et Oltramare, frontistes, et autres tarés, disciples de Mauras…Au 2ème tour, vous voulez un Valais du progrès qui n’est pas diriger par le clan PDC ? Alors abandonner ces partis et pour une fois VOTEZ SOCIALISTES !

  • 8 mars 2017 à 11 h 14 min
    Permalink

    Le candidat PLR ne fera que ventiler les voix anti-Oskar… et Oskar finira 5e !

  • 8 mars 2017 à 20 h 24 min
    Permalink

    Le plr majoritaire en valais? David a certainement pas fini sciences po…

Commentaires fermés.