Mur pare-balles, lifting : à quoi va ressembler la tour Eiffel de demain ?

Le mur sera en verre « extra clair » pour polluer le moins possible le paysage.

(PAR L’OBS)

 

Le mur controversé qui encerclera la tour Eiffel ne sera pas le seul changement pour le monument. D’ici 2024, la Dame de fer va bénéficier d’un sérieux lifting.

« Construire la tour Eiffel de demain » et « redonner une place centrale » au monument, tels sont les objectifs affichés par Anne Yannic, directrice générale de la SETE (Société d’exploitation de la tour Eiffel). Le projet de modernisation de la Dame de fer, qui doit être voté en septembre au Conseil de Paris, s’étendra jusqu’en 2024 pour un budget de 300 millions d’euros sur 15 ans.

# Parois de verre et de métal

La partie la plus importante de ce futur lifting réside dans la construction d’une « enceinte de verre » pare-balles et transparente de 3 mètres de haut, dont les images ont été dévoilées par « le Parisien« , mercredi 8 mars. Ce mur en verre blanc « extra clair », implanté dans le sol, sera érigé côté Seine et côté Champ-de-Mars. Elle sera signée par l’architecte autrichien, Dietmar Feichtinger, déjà à l’origine de la passerelle Simone-de-Beauvoir à Paris et du pont-passerelle du Mont-Saint-Michel.

Des deux autres côtés, sur les allées cavalières, ce sont des grilles métalliques, appelées « clôtures Eiffel », qui s’élèveront. C’est de ce côté-ci que se feront les entrées via des guérites vitrées et les contrôles de sorties qui passeront par une succession de tourniquets en verre. Comme aujourd’hui, un contrôle des sacs et des palpations, puis des dépistages au scanner et par portiques pour ceux qui entrent dans la tour, seront effectués. L’accès au parvis sera toujours libre et gratuit.

# Cinq hectares de jardins

Ce nouveau dispositif lancé par la ville à la demande de la préfecture de Paris vise à renforcer la sécurité du monument face à la menace terroriste. Il remplacera les barrières installées au moment de l’organisation de l’Euro 2016 de football. Le coût des travaux est estimé à 20 millions d’euros. Le chantier devrait commencer au mois d’octobre pour une mise en place en 2018.

Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l’Obs

Dans le document que s’est procuré « le Parisien », plusieurs simulations plus ou moins éloignées de la Dame de fer sont présentées. L’enjeu est de montrer que ces murs auront un impact visuel minime. Malgré tout, le projet est loin de convaincre les internautes.

« Bon, faut évidemment l’imaginer avec des graffitis, des rayures, des affiches déchirées, de la colle et des chewing-gums. Post moderne » https://twitter.com/GillesKLEIN/status/839367257734135810 

Thank you to all the hard-working women of our city – happy pic.twitter.com/bDt5Os20wj

@PatriciaDeLille @Anne_Hidalgo Les terroristes ont gagné! scandale dépenser 60 millions et plus pour enmurer la Tour Eiffel. Votez contre

La nouvelle enceinte englobera 5 hectares de jardins qui seront mis en valeur, paysagés par l’agence suisse Vogt Landscape pour « offrir une promenade, retrouver l’esprit des jardins dessinés par leur créateur Jean-Charles Alphand », avec des points de vue, une petite butte, etc.

# Des billets en ligne pour limiter l’attente                           

Cette nouvelle risque quant à elle de ravir les visiteurs de la tour Eiffel. Le temps d’attente trop long, en moyenne entre dix minutes et deux heures et demie, sera revu à la baisse grâce à un système d’achat de billets en ligne, avec des tranches horaires. La proportion de billets disponibles en ligne, aujourd’hui 15% à 17% du total, sera portée à 50% à l’été 2018 et 80% mi-2019.

De nouveaux espaces d’accueil abriteront également les visiteurs. Ils pourraient prendre la forme de deux bâtiments semi-enterrés entre les piliers, mais rien n’est encore défini.

# Une hausse des tarifs « significative »

Aujourd’hui, à 17 euros maximum, le prix du billet va augmenter. « L’augmentation sera significative, mais pas au niveau des grands sites internationaux » comme le Shard à Londres (30 euros pour un adulte) ou l’Empire State Building de New York (32 euros minimum). 80% des visiteurs viennent de l’étranger, « ils sont habitués à payer beaucoup plus cher » ailleurs. La billetterie rapporte 60 millions d’euros par an.

# Une peinture déclinée en trois teintes

La peinture de la Dame de fer, refaite tous les sept ans, le sera à nouveau en 2018 – 2019. Un « brun Eiffel » décliné en trois teintes, plus foncée à la base, plus claire au sommet, « pour maintenir la perspective » sera utilisé. 15% de la surface sera décapée pour retirer le plomb des couches les plus anciennes. Le scintillement du soir va aussi être refait à neuf.

# Un « nouveau souffle » pour le Champ-de-Mars

Le groupe Les Républicains du conseil de Paris propose de « redonner un nouveau souffle au site » au-delà du périmètre étudié. Il s’appuie sur l’association des Amis du Champ-de-Mars, jouxtant la tour, qui a lancé un appel à projets. Mais « plus qu’un appel à projets », c’est un « cri d’alarme sur l’état d’abandon du site ». Fontaines sans eau, allées sans entretien, rats, « sécurité de moins en moins assurée » ou « fléau des ventes à la sauvette » sont pointés du doigt dans un communiqué. Les élus de droite demandent la mise en place d’un « responsable unique » du site, comme aux Tuileries ou au jardin du Luxembourg.

Dernier point, mais pas des moindres, le ragondin « Gus » qui peuple les allées des jardins n’a pas de souci à se faire. En tant que mascotte du personnel et chouchou des visiteurs, il continuera à être « grassement nourri » chaque jour de salades et carottes.

Marlène Thomas (avec AFP)