12 pensées sur “OSKAR FREYSINGER EST A CÔTE DE LA PLAQUE

  • 1 avril 2017 à 0 h 12 min
    Permalink

    Et ce n’est pas le seul !

  • 1 avril 2017 à 2 h 11 min
    Permalink

    Je souris!

  • 1 avril 2017 à 8 h 20 min
    Permalink

    Fidèle à lui même jusqu’au bout….la frime …la frime jusqu’à l’écoeurement!!!

  • 1 avril 2017 à 9 h 36 min
    Permalink

    On peut donner plusieurs interprétations à ce cliché :

    – Je fus le no 1.
    – Tous contŕe moi …VS 1
    – On m’a cloué au pilori.

    • 1 avril 2017 à 9 h 53 min
      Permalink

      A moins que ce soit un message subliminal (unterschwellig):
      Le Valais m’a suspendu.

  • 1 avril 2017 à 9 h 57 min
    Permalink

    Une mise à l’enquête du totem a t’elle été déposée ? Si non, l’ex futur chef aura commis une nouvelle bourde.

  • 1 avril 2017 à 10 h 00 min
    Permalink

    Paru à L’1Dex le 11 février 2015
    de manière bizarrement prémonitoire :

    Jean-René Fournier :
    – Oskar, écoute-moi. Je suis sérieux. Tu peux sauver la droite, sauver la droite et devenir the number one in Wallis.

    Freysinger :
    – Si seulement tu disais vrai …

  • 1 avril 2017 à 10 h 37 min
    Permalink

    C’est juste la remise d’une plaque c’est tout. Mais l’être humaine aime des fois se moquer des autres. Je n’ai jamais aimé le double sens des mots, ni des images. La vérité est toujours claire, directe et saine .
    Quel frustration en nous même, nous pousse à ridiculiser l’autre ? J’en sais rien.
    Tout ce que je sais,c’est que la roue tourne
    et qu’un certain jour, les moqueries que nous faisons contre les autres nous tomberons dessus. Je rêve d’un débat sain , comme entres des adultes cultivés et avisés, un débat qui par sa responsabilité civique se pose des questions et trouve des réponses. Sinon, on arrive à s’exprimer comme les marmottes à demi-mot, à demi-voix , en fuyant par la suite se cacher dans son petit trou…. Est-ça le sens de notre prise de d’attitude ?

    • 1 avril 2017 à 10 h 45 min
      Permalink

      Oskar Freysinger, au moment de la remise de la plaque, est conseiller d’Etat, chef de la sécurité. Approuve-t-il le fait qu’une plaque soit apposée sur un drapeau valaisan, alors que cet objet administratif est destiné à une voiture ? Est-ce le rôle d’un conseiller d’Etat de choisir ce mode de communication ?

      Autre question, plus essentielle : l’argument d’ironie doit-il être banni du débat public, face à un homme politique qui en a fait sa marque de fabrique ?

      François, j’attends votre article pour une publicatin en UNE de L’1Dex, si lu … par le NF.

      Bonne journée à vous.

      • 1 avril 2017 à 11 h 08 min
        Permalink

        Peut-être vous avez raison. C’est plus clair en lisant votre texte argumenté, qu’en regardant juste l’image..
        Bonne journée à vous aussi

  • 1 avril 2017 à 10 h 58 min
    Permalink

    Il est vrais que psychologiquement c’est prouvé, que tout ce que nous exprimons, est tout d’abord, la réflexion de son intérieur. Une miroir de ce qui nous habite « les peurs » « les espoirs »  » « la mauvaise gestion de nos propres problèmes  » et que par parallélisme on « jette » sur les autres acteurs de la vie, quand le bon moment se présente. Donc il y a dans ces rubriques plutôt des « types de personnalités  » (qui se sont crayonné eux même en se faisant comme un « autoportrait » de leurs désirs et aussi de leurs frustrations ) que des vrais débats sur la réalité qui nous entoure. C’est une opinion….

  • 1 avril 2017 à 12 h 02 min
    Permalink

    J’ai oublié de dire que j’apprécie beaucoup votre revu l’1Dex qui donne la possibilité à tout ceux qui désire de s’exprimer. Bravo pour tout votre engagement !!!

Commentaires fermés.