Mercure. Bye, bye, Frère Jacques - L'1dex

Mercure. Bye, bye, Frère Jacques

Frère Jacques, je vous le dis en toute sérénité : il est temps de déguerpir.

 

Et que personne n’ose assimiler cette injonction à un excès de L’1Dex. Hélas ! Ce qui dicte cette évidence, c’est tout simplement l’acte d’un citoyen de bon sens (le sens, ça indique une direction, celle de la sortie) :

 

  • Frère Jacques, vous n’avez pas été capable de gérer le chantier de l’autoroute du Haut-Valais. Vous n’avez dû votre sauvetage qu’aux millions déversés à titre de frais d’études dont se sont gavés les bureaux d’outre-Raspille.
  • Frère Jacques, vous avez eu la capacité magistrale de mettre le Valais sous tutelle, ce chantier de l’autoroute étant aujourd’hui sous le contrôle tutélaire des Bernois. Les dominants vous aimant bien, on a jusqu’ici simplement voulu vous épargner.
  • Frère Jacques, vous avez lu la lettre anonyme qui paraîtra intégralement dans L’1Dex Mag numéro 2, et vous vous êtes tu. Cette autre capacité d’imiter votre copain Momo eût dû inquiéter le Valais bien avant que Jérôme Desmeules, ce dernier vendredi, ne rompe le silence assourdissant devant le Parlement.
  • Vous avez cherché par tous les moyens à faire taire le préposé cantonal de la protection des données et la transparence dans une question essentielle de santé publique en lien avec une pollution au mercure.
  • Vous avez voulu classifier en documents confidentiels et secrets des pièces essentielles à la compréhension du dossier du mercure afin d’éviter l’analyse complète des effets sur les personnes de la pollution des terres au mercure.
  • Vous avez voulu, par votre souci de la discrétion opaque, éviter que les anciens gouvernements valaisans soient mis en cause en lien avec leurs connaissances passées avérées de phénomènes délétères liés au mercure.
  • Vous avez refusé de donner accès à L’1Dex, média citoyen, à un document officiel au sens de la LIPDA, à savoir la convention de sortie signée entre l’État du Valais et Cédric Arnold, en prétextant que le seul refus de transmission de ce texte par l’ancien fonctionnaire était suffisant pour en interdire l’accès, ce qui constitue une aberration juridique.
  • Vous avez tenté de faire pression sur le Préposé cantonal à la protection des données et la transparence en faisant application à son encontre de l’article 292 CP, ce qui était non conforme à la loi.
  • Vous avez utilisé une expertise scientifique, confiée à l’EPFL Zurich, pour rassurer les Valaisans, en sachant que le panel des analyses effectuées était totalement insuffisant pour garantir une généralisation des résultats.
  • Vous avez omis, le sachant, d’indiquer aux Valaisans les conséquences médicales depuis de nombreuses années de l’exploitation de l’usine La Lonza sur la santé des travailleurs.
  • Par votre gestion totalement opaque du dossier du mercure, vous avez gravement péjoré les chances de Sion JO 2026 d’organiser les Jeux Olympiques, personne n’imaginant les hockeyeurs de la NHL suspendre leur championnat pour s’investir en terre potentiellement dangereuse.En vous humectant de ce parfum de silence et d’intransparence léthale, vous aspergez, peut-être sans le vouloir, ce gouvernement qui devait succéder à l’exécutif le pire de l’histoire contemporaine du Valais, comme si vous aviez décidé de polluer aussi ce monde politique déjà fortement affaibli par l’histoire récente. du Valais que nous chérissons.Si vous êtes encore en fonction, c’est simplement parce que le monde politique est si profondément désabusé qu’il n’arrive plus même à s’enflammer lorsqu’il constate des défaillances énormes, croyant à tort que l’UDC ou d’autres minoritaires ne font du bruit qu’à des fins de basse politique, comme s’il n’était pas permis de penser que l’Affaire Pélican est aussi l’affaire de tous les Valaisans.

     

    Si les politiques aujourd’hui, de l’extrême gauche à la droite la plus sociale, n’explosent pas pour exiger votre départ volontaire, c’est probablement parce que tous ces élus, dont beaucoup vous apprécient, s’inscrivent dans un engagement poussif, et n’ont plus la passion de la défense de l’intérêt public, préférant se contenter d’apparaître comme de sages petites marionnettes qui ne veulent même plus se retourner pour déterminer qui sont les tireurs de ficelle.

     

    Frère Jacques, ayez l’amabilité d’abandonner les territoires de la politique et de permettre à un valeureux Winkelried de sortir le Valais de ce bourbier de mercure que vous avez avec éclat contribuer à sanctifier, et pas avec de l’eau bénite.

     

    Bye, bye, Frère Jacques.

     

    Et bonjour chez vous.

 

Post Scriptum : ceci n’est pas un pamphlet.

 

POUR COMMANDER L’1DEX MAG

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, mention gestion d'entreprise, licencié en droit, avocat, notaire, je suis père de sept enfants et je travaille depuis plus de vingt ans à Sion comme avocat, après avoir été greffier cinq ans au sein du Tribunal cantonal. Je suis un ami de la psychanalyse, des livres, des journaux, du sport et de la justice.

5 pensées sur “Mercure. Bye, bye, Frère Jacques

  • 19 novembre 2017 à 5 h 38 min
    Permalink

    Il serait si seul coupable ? Mais ou est le collège ! L on dira voyez nos comptables ? Nous avions des
    tickets pour les vrais . Tout ça pour un petit poisson malade .

  • 19 novembre 2017 à 11 h 28 min
    Permalink

    Je propose un cours de formation continue pour le monde politique: l’intérêt public. Enfin surtout pour certains politiciens qui ne servent que les gens du clan.

  • 19 novembre 2017 à 11 h 38 min
    Permalink

    A l’instar de la nouvelle série télévisée diffusée actuellement sur la RTS (« Quartier des banques ») le réservoir d’affaires propres au Valais serait propice à l’élaboration d’un riche scénario, tous les ingrédients politico-juridico-financiers (manœuvres, intrigues, etc. …) garantissent un large panel, suspens assuré, pour le spectateur: fiction ou réalité ?
    Pour l’initié juste une retranscription fidèle de la réalité.
    Les ressources sont là, diverses et abondantes.

  • 19 novembre 2017 à 16 h 37 min
    Permalink

    Le socle judicaire du Valais est tellement pourri que corrompu , qu il a fait moults enfants comme un
    arbre dont il est père . Une mère d inepties de justices . Qui finalement ni les noms en sont propres ! Cela s appelle l enfer . Vous croyez ?

  • 19 novembre 2017 à 22 h 24 min
    Permalink

    Ce que c est bien écrit!! Magnifique!

Commentaires fermés.