HARCÈLEMENT AU CONSEIL NATIONAL. AU BAL DES FAUX-CULS, DIS-NOUS, DARIUS,QUI SONT LES ROIS, QUI SONT LES PRINCESSES - L'1dex

HARCÈLEMENT AU CONSEIL NATIONAL. AU BAL DES FAUX-CULS, DIS-NOUS, DARIUS,QUI SONT LES ROIS, QUI SONT LES PRINCESSES

Au grand dam de Claude Roch, ancien chef du département de l’instruction du canton du Valais, (qui a offert 4’000 francs à une victime de harcèlement pour qu’elle cesse toute procédure), de Jean-François Lovey, chef du Service de l’enseignement, auteur récent de La cité lassitude (la lassitude explique-t-elle ces propos tenus dans une situation de harcèlement : « laissons les chiens se déchirer entre eux » ?), de Jean-Nicolas Délez, ancien procureur, puis rétrogradé à substitut, (qui a dit à une victime : « vous faites moins la maligne que vous êtes devant moi maintenant, hein ? »), je me suis engagé dans la lutte contre le harcèlement depuis plus de quinze ans, bien avant les attaques publiques contre Harvey Weinstein. À cette époque, à l’exception notable d’une journaliste du Courrier, Véronique Salamin, et d’un député du parti socialiste, Yves Ecoeur, bien peu de monde considérait le harcèlement comme digne d’intérêt (on ne parle pas même ici de la magistrature du siège !).

 

Quelques parlementaires fédéraux, pressentant que le harcèlement engendrait notamment des coûts sociaux considérables et incluait des comportements et des attitudes à bannir des relations humaines, ont déposé il y a quelques années une motion visant à pénaliser le harcèlement. Refus du Conseil national

 

Et puis éclatement de l’affaire Weinstein et soubresauts en Suisse et en Valais. Grands titres dans Le Temps, le Blick, dans Le Matin et dans le NF. Haro sur les baudets, les gros lourds et les harceleurs (qui sait donc les distinguer ?) !

 

Mais …

 

Lorsque Oskar Freysinger, Christophe Darbellay, Roberto Schmidt, Viola Amherdt et quelques rares autres parlementaires fédéraux ont proposé leur motion, la pénalisation du harcèlement, Doris Leuthard, qui s’insurge aujourd’hui devant la caméra, faisait partie du Conseil fédéral qui a dit NON à la motion présentée par Oskar Freysinger.

 

J’imagine alors la RTS, indépendante et tout, par la voix de Darius Rochebin, interroger les hommes – et les femmes, oui, les femmes – qui ont voté contre la motion, s’expliquer sur leur propre incohérence.

 

« Madame Doris Leuthard, êtes-vous aujourd’hui favorable à la motion Freysinger sur le harcèlement ? »

 

Oui, Darius, à quand donc une grande enquête de la RTS inscrite dans le temps, interrogeant notamment tous ces hypocrites, hommes et femmes, oui femmes aussi et surtout, qui ont refusé de suivre Oskar Freysinger dans un combat qui appartient à tous les temps, pas seulement à celui des Weinstein Papers ?

 

Bonjour à toutes les hypocrites et à tous les hypocrites qui espèrent que personne ne les interrogera devant une caméra !

 

 

Post Scriptum I : pour disposer de L’1Dex Mag numéro 2, votre kiosque NAVILLE, dès mardi, ou sur le site de L’1Dex

 

Post Scriptum II : cliquez ici= https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/abstimmungen/abstimmungs-datenbank-nr?BusinessNumber=10.4054

 

Post Scriptum III : et voici les noms des faux culs, avec un seul clic !

 

 

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, mention gestion d'entreprise, licencié en droit, avocat, notaire, je suis père de sept enfants et je travaille depuis plus de vingt ans à Sion comme avocat, après avoir été greffier cinq ans au sein du Tribunal cantonal. Je suis un ami de la psychanalyse, des livres, des journaux, du sport et de la justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *