SION JO 2026. VINCENT FRAGNIERE NE LE DIT PAS, MAIS IL A RAISON ... (51) - L'1dex

SION JO 2026. VINCENT FRAGNIERE NE LE DIT PAS, MAIS IL A RAISON … (51)

Vincent Fragnière, rédacteur en chef du Nouvelliste, ne le dit pas, mais il a raison : confier la responsabilité de convaincre les Valaisans d’adhérer au projet Sion 2026 à Jürg Stahl, l’homme d’acier, est une aberration. Un Zürichois pour draguer les Valeskos ? Rires gras.

 

Vincent Fragnière ne le dit pas, mais il pousse dans le dos notre nouveau Winkelried, Pirmin Zurbriggen. Et, à dire vrai, il n’a peut-être pas tort. Pourquoi ? Parce que n’importe quelle solution interne, à la Valaisanne, sera meilleure que le choix de Stahl. Il ne s’agit pas de caresser dans le sens du poil les dominants bernois, les dominants du CIO, les dominants financiers. Il s’agit de convaincre le skieur de Verbier, le boulanger de Veysonnaz, le coiffeur de Sion, l’agriculteur de Charrat, la fleuriste de Martigny, le pompier de St-Maurice et même le paresseux de Monthey.

 

Si, à l’évidence, aux yeux de tous ceux qui veulent les JO, il faut aussi convaincre avec le crayon, la raison et un bout de bon sens, il faut aussi pouvoir compter sur une personne de référence pouvant convaincre les citoyens valaisans. Et, à ce petit jeu de propagande électorale (il ne s’agit en fait que de gagner une élection, n’est-ce pas Christophe Darbellay ?), on pourrait même être amené à penser qu’un personnage aussi clivant que Christian Constantin vaut mieux que le Zürichois Stahl. D’ailleurs, personne de sérieux croit que CC a abandonné l’idée de jouer un rôle décisif dans ce projet, pharaonique ou non. La preuve ? Il est allé récemment répondre lui-même, en l’absence de Jean-Philippe Rochat déjà parti, aux questions des membres d’un parti politique. Oui, oui, Cri Cri d’Amour a reçu un pied au cul de la part de Jean-Philippe, mais cela, contrairement à Rolf Fringer, ne l’a point trop égratigné. Il revient petit à petit sur le devant de la scène.

 

Et personne n’imaginera, parce que, tout de même, Christian connaît un tout petit peu le Valais, que l’empereur d’Octodure va laisser sieur Stahl convaincre le racleur d’Evolène, le postier de Venthône, le curé de Mollens (y en a-t-il un ?), le président de Conthey, la ménagère de Vérossaz, le député de Bovernier, l’escroc de Bagnes, le saint de Vercorin, l’hygiéniste dentaire de Sion, non, non, il préfère se déplacer lui-même et « faire le job », celui que les hommes politiques, trop trouillards, ne veulent pas faire. Le cambouis, pour les autres, mais pas pour eux. Alors Christian C. prend son bâton de pèlerin et y va, sachant qu’au bout du chemin l’attendent quelques millions. Mais n’y aurait-il pas quelques hommes de bon sens pour lui expliquer qu’une campagne électorale, ça nécessite un peu de sou, pas mal de bénévoles et quelques artistes de la communication à rémunérer ?

 

Vincent Fragnière ne le dit pas, mais les médias dominants sont prêts à lui prêter mains fortes si, à la clef, il y aurait quelque profit, quelque avantage ou quelque reconnaissance. Allez, CC, un petit geste, et tu pourras peut-être construire ton village olympique.

 

Tu ne voudrais pas financer totalement la prochaine « Ma Revue à Nous » de Frédéric Recrosio, on ne sait jamais, il pourrait faire volte face et considérer, tout bien pesé, que nous autres Valaisans, tous les Valaisans, si fiers d’être Valaisans, sommes capables d’être bien meilleurs que tous les autres réunis ? Grâce à toi, Ayentôt !

 

Bonjour à tous ceux qui vont cheminer à travers le Valais pour tenter l’impossible, gagner les JO en Valais, et nulle part ailleurs !

 

Soutenir L’1Dex Mag ou L’1Dex :

Cliquez ici : Pour commander le magazine uniquement

Cliquez ici : Pour vous abonner au blog et recevoir le magazine

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, mention gestion d'entreprise, licencié en droit, avocat, notaire, je suis père de sept enfants et je travaille depuis plus de vingt ans à Sion comme avocat, après avoir été greffier cinq ans au sein du Tribunal cantonal. Je suis un ami de la psychanalyse, des livres, des journaux, du sport et de la justice.

Une pensée sur “SION JO 2026. VINCENT FRAGNIERE NE LE DIT PAS, MAIS IL A RAISON … (51)

  • 11 décembre 2017 à 11 h 11 min
    Permalink

    Pirmin? Celui qui disait que le SIDA est une punition divine? Beurk…

Commentaires fermés.