CONSTITUANTE EN VALAIS. LE COMING OUT DU PDC SERGE METRAILLER (1/5) - L'1dex

CONSTITUANTE EN VALAIS. LE COMING OUT DU PDC SERGE METRAILLER (1/5)

(PAR CICERON DE LA FORCLAZ, MEMBRE ACTIF DU GROUPEMENT SOUTERRAIN POUR LE RENOUVEAU ECLAIRE DU VALAIS DE DEMAIN [CONNU DE LA REDACTION])

 

Le peuple du Valais a été très heureux d’apprendre que les relations incestueuses entre l’UDC et une partie du PDC entamées lors de l’élection mémorable au Conseil d’Etat de 2017 (souvenons-nous de l’affection soudaine entre Nicolas Voide et Oskar Freysinger) se poursuivent avec ardeur autour de la question de la révision totale de la Constitution.

Et surtout, il se réjouit que M. Serge Métrailler, président du PDCVr, photographié en position amicale entre Grégory Logean et Jean-Luc Addor dans une conférence de presse commune, déclare enfin sa flamme à l’UDC et soutienne les positions rétrogrades de ce parti.

Depuis le 7 février, on sait donc que M. Métrailler est un UDC déguisé ; c’est vrai qu’on est en plein Carnaval !

Comment pourrait-il en être autrement ? On voit mal, en effet, un président de parti avaler si facilement la couleuvre d’ »Ensemble à droite », à moins de sympathies non exprimées jusque- là pour ce mouvement… ce qui explique probablement la grande mansuétude envers l’avocat de Martigny.

Comment expliquer que ce même président défie son Conseil d’Etat (majorité PDC) qui s’exprime clairement pour la révision de la Constitution par une Constituante et rappelle sa position unanime, la veille même de cette fameuse conférence de presse ?

Comment expliquer ensuite qu’il ne suive pas ses troupes du Grand-Conseil s’exprimant clairement pour la révision (novembre 2017) ?

 

Comment expliquer qu’il renonce à se préoccuper de la position du Haut-Valais (Noirs et Jaunes unis pour la révision de la Constitution par une Constituante) et qu’il suive dès lors aveuglément les consignes de MM.  Desmeules, Fauchère et Ruppen ?

Il n’y a pas d’autre conclusion possible : Serge Métrailler est UDC ! Dès lors, son coming out étant consommé, ce serait bien qu’il le dise, enfin, à haute et intelligible voix.

 

Si vous pensez que L’1Dex mérite votre soutien :

Cliquez ici : Pour commander le magazine uniquement

Cliquez ici : Pour vous abonner au blog et recevoir le magazine

3 pensées sur “CONSTITUANTE EN VALAIS. LE COMING OUT DU PDC SERGE METRAILLER (1/5)

  • 12 février 2018 à 14 h 51 min
    Permalink

    non mais eh oh, vous lisez un peu ce site des fois de temps en temps.. ou quoi, « Redaction 1dex » !?!?
    Oui, je vous ai écrit en effet, dernièrement ici, que le Conseil d’Etat était CONTRE la Constituante (lu dans le NF il y a 3 mois), mais que la Commission des Institutions l’avait « débouté »… (au pire, FAIT CHANGé d’avis..). (Convaincu ?). Bref… mais en tous cas il n’a en tous les cas pas toujours été un mordu de la première heure de la Constituante; qu’on se le dise.
    Et quant au coming out que vous voulez… Tss tss tss. Occupez vous de vos fesses ! A vous. Vilains petits curieux !

  • 13 février 2018 à 9 h 26 min
    Permalink

    Et que voilà le retour d’Oedipe!
    Je recherche mon père auquel je me réfère inconsciemment, tout en voulant ma mère pour mes étreintes à venir!
    Bon, on laissera divaguer ceux-là même qui en ont le loisir et qui, d’ailleurs, s’y complaisent…
    Le vrai problème est dans l’énoncé du premier article, et non dans sa réaction: certains, dont je fais partie, se moquent un peu… éperdument du reste!

    Le problème est en effet de savoir qui fait quoi dans ce Pays?

    Depuis 1815, on le veut bien, imposé par des forces étrangères qui voyaient d’un bon oeil nos cols intégrés dans un État neutre qui n’interviendra plus dans leurs bisbilles européennes, le Valais est un canton confédéré.
    La diète d’alors dépècha alors deux de ses membres pour négocier l’affaire. On pouvait la croire que réglée.
    Que nenni non point dira le réactionnaire, on en remis une couche par alliance particulière. Et même si en 1903 déjà, leur Chef Suprême se retira de la Chose Publique, le Vieux Pays n’en conserva pas moins quelques nostalgiques du vieux Pouvoir.
    Que ce soit par l’UDC ou le PDC ou toutes autres entrailles qui les portèrent 3 siècles durant, ces nostalgiques trouvent nécessaire et suffisant de rédiger eux-mêmes le cahier de charge qu’est la Constitution pour ceux qui s’y refèrent tous les jours afin de décider du sort du Peuple devenu entretemps Souverain!

    Ou l’art de tourner en rond en faisant semblant d’obéir aux Puissants d’un autre temps ou de se croirent très actuels.

    Il y a donc deux problèmes auxquels deux solutions peuvent être proposées:
    1) que le Peuple décide enfin de sa destinée: le Valais est-il un canton suisse?
    2) que le Peuple rédige le cahier de charge – ou Constitution- auquel se reféreront ses magistrats -ou Grands Conseil- élus par lui et lui seul!

    • 13 février 2018 à 23 h 55 min
      Permalink

      effectivement Mr Coquoz ce Canton sait être par moment très actuel mais il obéit malheureusement encore et toujours aux Puissants intégristes d’un autre temps complètement révolu et surtout dépassé ce qui empêche le valais d’être un Vrai Canton suisse et le conserve dans une attitude figée qui a comme conséquence connue la fuite des cerveaux. Triste fait et triste constat que ces croyants là aient pu si aisément s’accaparer tout espoir d’évolution pour la population valaisanne et aient su si bien et si discrètement conquérir et figer tout ce qui vit qui respire qui existe qui agit ou qui réagit. Ce Canton sait par moment être très actuel………..par moment………..

Commentaires fermés.