Conflit fiscal avec les Etats-Unis d’Amérique. Tout bientôt ce sera la Banque Cantonale du Valais ….

La nouvelle émanant de l’ATS selon laquelle « deux nouvelles banques helvétiques ont trouvé à leur tour un accord dans le cadre du conflit fiscal avec les Etats-Unis » est intéressante pour la BCVs et son directeur Pascal Perruchoud. Les organes de la BCVs, qui connaissent parfaitement les chiffres transmis aux Etats-Unis, peuvent estimer aujourd’hui assez clairement à quelle sauce ils seront – ou non – mangés.

Banque Cantonale du Valais : le banquier transparent est une sorte d’exégète religieux

Le juriste a son langage. Les prophètes dans la Bible ont le leur. Les philosophes n’ont pas la langue de tout un chacun. Les psychiatres ne jurent que par le DSM IV. Les mathématiciens ne peuvent pas parler avec tout le monde, leurs formules étant largement incompréhensibles pour la plupart d’entre nous.

Les Ricains de la BCVs (15)

L’heure est grave en Helvétie. Pour les banques, pour les employés de banque dit-on aussi et, par effet de ricochet, pour tous les citoyens de ce pays d’Europe. L’heure est donc aussi grave pour les Valaisans, pour les guichetiers et les techniciennes de surfaces de la Place des Cèdres et pour la BCVs. On imagine donc que le quotidien cantonal, l’ami du peuple, aura enquêté sur la place financière cantonale. On peut imaginer Jean-Yves Gabbud ou Jean-François Fournier (je vous l’accorde, sur ce coup j’exagère !) poser à la direction de la BCVs une série sérieuse de questions impertinentes :

De l’art du Conseil d’Etat dans la nomination des membres du Conseil d’administration de la Banque Cantonale du Valais

Pascal Ruedin vient d’être désigné en qualité de nouveau directeur des musées cantonaux en remplacement de Marie-Claude Morand. Ses qualités ont été louées dans la presse quotidienne après avoir été reconnues par l’autorité exécutive. Bravo à lui et bonne route sur ce chemin difficile du développement de la culture dans notre canton.

Jean-Daniel Papilloud : « J’ai travaillé avec des amis »

Jean-Daniel Papilloud est né à la Banque Cantonale du Valais à l’éclatement de l’affaire Dorsaz. En ce temps-là, pas si éloigné, Le Matin avait titré : « Hans Wyer est un menteur ». Pris au piège de la manipulation, le menteur de l’affiche du Matin avait décidé de nommer Jean-Daniel Papilloud à la direction de la nouvelle banque cantonale constituée en société anonyme. Et tous les amis des amis sourirent et furent bienheureux (cf. Stéphane Riand, Manipulations et mensonges d’Etat, Affaire BCV-Dorsaz, Editions Ici et Ailleurs, Mai 1998, 319 p.).