L’AGENCE DE L’ONU DOIT MAINTENIR LA PRESSION SUR LE QATAR, CAR SA RÉFORME SUR LE TRAVAIL DES MIGRANTS N’EST PAS À LA HAUTEUR

(PAR AMNESTY INTERNATIONAL)   Le Conseil d’administration de l’Organisation internationale du travail (OIT) doit continuer de passer au crible le

Sepp Blatter, un saint entre esclavagisme et dictature

En attribuant l’organisation de la coupe du monde 2022 au Qatar, la FIFA savait qu’elle confiait le monde du ballon rond au pouvoir du pétro-dollar. Cet amour exacerbé de l’argent a donc persuadé la nomenklatura de la FIFA  que le Qatar pouvait accueillir les 32 meilleures équipes nationales de football. Par charité conceptuelle, on va imaginer que les grands électeurs ignoraient au moment de leur choix qu’en été il fait chaud dans le désert et que la construction de grands stades exige des ouvriers aux mains vaillantes.