BURKINI. FAUSSE QUESTION LAÏQUE, VRAIE QUESTION POLITIQUE

is(PAR BERNARD GENSANE)

 

En mars 2015, j’ai publié un article où je tentais d’expliquer que le voile islamique (et au-delà) à l’université était une démarche politique et non religieuse. On comprendra que je me sente proche de la démonstration de la philosophe Catherine Kintzler publiée tout récemment dans Marianne. Catherine Kintzler est l’autrice de Penser la laïcité (Minerve).

Laïcité et liberté d’affichage

Pas plus que le port du voile ou d’une soutane dans la rue, le port du « burkini » ne soulève une question de laïcité. En effet, le principe réclamant l’abstention d’affichage religieux s’applique aux espaces qui participent de l’autorité publique, comme les tribunaux, les écoles publiques, etc. En revanche dans les espaces ordinaires accessibles au public (rue, transports, plages publiques, etc.), l’expression des opinions est libre dans le cadre du droit commun – par exemple, on a le droit d’y faire l’éloge de la servitude, de s’y déclarer anti-républicain. La réciproque est valide : on a le droit, aussi, et dans ce cadre, de dire tout le mal qu’on pense de telle ou telle opinion, de désapprouver publiquement tel ou tel affichage.

Un seuil d’acceptabilité de plus en plus sensible

Pour être une fausse question laïque, l’affichage du « burkini » n’en est pas pour autant anodin : il révèle un seuil d’acceptabilité de plus en plus sensible au sein de la cité. La réprobation se manifeste aujourd’hui avec une telle réactivité que cela touche parfois la notion d’ordre public comme l’avancent les arrêtés municipaux d’interdiction. Avec la saison balnéaire, le « burkini » passera, mais il vaut comme révélateur et déclencheur : l’opinion supporte de moins en moins les déclarations d’appartenance close, le marquage communautaire des corps et des « territoires », le contrôle des mœurs, les entreprises d’uniformisation qui se réclament d’une religion mais qui en réalité impliquent une politique.

Voir là une « intolérance », c’est mettre les choses à l’envers, c’est oublier (c’est-à-dire abandonner) toutes les musulmanes qui entendent échapper à ces stigmatisations infamantes et qui, en refusant le port du voile (ou du « burkini » lorsqu’elles vont à la plage), refusent une vision totalitaire du monde ; c’est les livrer sans un soupir de commisération à un amalgame funeste qui les étouffe.

Un jalon aggravé par les circonstances

La nouveauté est que l’opinion n’attend plus que des lanceurs d’alerte s’émeuvent, ni que le phénomène prenne une certaine extension : son degré d’inertie se réduit, elle est en alerte et le fait savoir sans délai. Pourquoi plus particulièrement en cette occasion ?

Le port du « burkini » est de fraîche date et s’inscrit parmi les jalons que plante une version politique ultra-réactionnaire et totalitaire de l’islam. La concomitance avec les attentats tragiques récents l’a particulièrement mis en lumière et immédiatement situé – notamment juste après le massacre du 14 juillet à Nice – comme une provocation politique. Comme l’a remarqué le , on est bien au-delà de la religiosité.

Toutes les femmes sont concernées

Ce qui compte ici n’est pas un événement isolé qui ne serait qu’anecdotique, mais la série dans sa cohérence. Une fois de plus, et dans un contexte qui l’aggrave, s’avance une tentative de banalisation du totalitarisme islamiste qui entend l’introduire comme une forme de « moralité » parmi d’autres. Une fois de plus s’affirme un contrôle absolu et véritablement obscène du corps des femmes. Au-delà de celles qui y consentent ou qui s’y plient malgré elles, cette assignation atteint toutes les autres. Partout où de tels accoutrements sont affichés toutes les femmes sont concernées, et d’abord celles de culture ou de confession musulmane qui le réprouvent, toutes celles qui ne portent pas le voile.

Le devoir de réprobation

Le motif d’ordre public peut parfois être avancé, mais y recourir n’a qu’un effet ponctuel ; en isolant un fait de la série qui le rend signifiant, ce recours en masque le moment politique. Plus généralement, la question n’est ni réglementaire ni législative*, elle demande une ampleur qui implique chacun dans la formation et l’expression de l’opinion. Il convient d’accompagner le cri réprobateur qui s’élève au vu de ces affichages totalitaires et ségrégationnistes ; il faut le faire sans enfreindre les lois, en recourant aux armes conceptuelles, seules propres à éviter l’écueil passionnel et la violence. Dans cette tâche critique, tous ceux qui, de culture ou de confession musulmane, s’opposent à ces visées, les désapprouvent, les craignent, ne sont pas seulement bienvenus : ils sont indispensables car ils savent mieux que d’autres de quoi il retourne. La division n’est pas religieuse ici : elle est politique, elle engage la conception et le fonctionnement de la cité.

*La loi ne peut être que générale : il faudrait alors interdire tout habillement sur une plage… Elle ne peut pas non plus contredire les libertés fondamentales dans leur co-exercice par l’ensemble des personnes. L’exemple de l’interdiction du masque intégral (loi du 11octobre  2010) vaut ici comme contre-exemple : elle vise toute tenue destinée à dissimuler le visage, et elle assure la liberté générale en assurant la sécurité publique.