OSKAR FREYSINGER : « LA FACTURE DE GIROUD EST ASSEZ SALEE »

Invité à s’exprimer sur Dominique Giroud, Oskar Freysinger, dans Le Matin Dimanche, a eu ces mots : « La facture [de Giroud] est assez salée ». Cette opinion est-elle justifiée légalement ?

 La réponse est absolument certaine : c’est non !

 

En ma qualité de citoyen, j’ai interrogé Jean-Michel Cina, puis, en qualité de conseiller général de la Ville de Sion, j’ai interrogé Marcel Maurer. Dans la presse, le président du Conseil d’État a invoqué le secret fiscal. Le président de Sion n’a pas répondu à la question. 

De quoi d’agit-il ?

Un fraudeur doit payer une amende, qui s’élève selon le facteur de pondération utilisé de un à trois fois l’impôt éludé, selon la gravité de la faute. 13 millions de recettes non déclarées, ça fait tout de même un petit pactole. Bon, je vais admettre avec Cina, parce que je suis bon prince, que le mintant nominal de l’amende est soumis à confidentialité. En revanche, le taux de pondération, 1, 2 ou 3, ne doit pas l’être. Au contraire, l’intérêt public impose que l’on sache comment la loi est appliquée pour les fraudeurs impénitents. 

Or, ni le canton, ni la commune ne veulent communiquer. Ils se vautrent tous deux dans le silence du secret des caves et des carnotzets. 

La position de la commune de Sion est particulièrement insolite parce que le montant de l’amende apparaît quasiment dans les comptes publics. 

Alors pourquoi ce silence des corporations publiques ?

Ma réponse est simple : parce que le taux de pondération appliqué au cas Giroud est très bas, probablement en dessous du facteur minimal, proche de 0,38, pondération appliquée aux cas de soustractions fiscales légères. 

Personne ne va donc oser demander au gouvernement à quelle sauce a été mangé le pauvre Giroud. 

Je vous l’avais dit il y a peu : en politique, dans le langage public (en privé, c’est encore une autre chanson), si vous voulez connaître la vérité du discours de Freysinger, il faut renverser la marmite. 

Ce qu’il sait du cas Giroud : « la facture n’a pas été assez salée ».

Je suis tout à fait en accord avec lui !

Bonjour à tous les taxateurs, avaleurs de couleuvres !

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, mention gestion d'entreprise, licencié en droit, avocat, notaire, je suis père de sept enfants et je travaille depuis plus de vingt ans à Sion comme avocat, après avoir été greffier cinq ans au sein du Tribunal cantonal. Je suis un ami de la psychanalyse, des livres, des journaux, du sport et de la justice.

5 pensées sur “OSKAR FREYSINGER : « LA FACTURE DE GIROUD EST ASSEZ SALEE »

  • 31 janvier 2017 à 2 h 16 min
    Permalink

    Viens tricher chez nous. Nous te promettons des conditions-cadre à nulles autres pareilles.
    En sus : beaucoup de cours de religion pour les enfants.

    PS: Mallettes de liquide bienvenues. Liste d’agences bancaires fournie par le contrôle des habitants dans le kit PDC qui comprend également des protections anti-bruit et un masque anti-pollution comme cadeau de bienvenue.

  • 31 janvier 2017 à 5 h 40 min
    Permalink

    Le MP a-t-il joué un rôle dans le cas Giroud ?

    • 31 janvier 2017 à 8 h 39 min
      Permalink

      Allez consulter nos livres numériques sur le Tornaygate ! La réponse est définitive : OUI !

  • 31 janvier 2017 à 12 h 09 min
    Permalink

    La première mesure mentionnée dans le volet « Social » du pacte Ensemble à droite est:
    « Social ž Lutter contre la fraude dans chaque secteur de la politique sociale. »

    Au niveau de la fiscalité vous pouvez chercher tant que vous voulez, rien sur la fraude fiscale.

    Pour eux seuls les gens en difficulté sont susceptibles de tricher…

  • 31 janvier 2017 à 21 h 00 min
    Permalink

    Quoi de plus humain que de souhaiter voir couler le sang d’un condamné ? Surtout si ce condamné porte un patronyme unanimement honni au sein de la république. Cette détestation ne doit pourtant pas troubler la raison, au point de mettre à mort financièrement le coupable. Le pragmatisme économique l’a finalement emporté : le remboursement des impôts dûs majoré d’une faible amende permettront de garder vivante l’entreprise Giroud.

    Reconnaissons toutefois qu’il serait regrettable que l’amende infligée à Giroud fût inférieure aux 100 jours amende à 450.- le jour avec en sus 9’000 francs que vient de se ramasser C. Amaudruz pour conduite en état d’ivresse (cette coïncidence entre pinardier et sa victime subodorée est purement fortuite).

    On se consolera de ce « deux poids, deux mesures » en méditant très fort sur le fait que les voies de la justice sont et demeurent impénétrables à nous autres simples mortels.

Commentaires fermés.