JERÔME D., LE RETROPEDALEUR

Jérôme Desmeules a retiré le tecours qu’il avait déposé à titre personnel contre le résultat des élections cantonales. L’intérêt de ce recours singulier résidait dans le fait que l’assermentation des conseillers d’État avait été faite avant le dépôt du recours et avant l’échéance du délai de recours. Il y avait donc formellement un risque certain de l’octroi d’un effet suspensif par le Tribunal fédéral. Le Valais aurait pu se trouver sans gouvernement.

L’UDC invoquera le maintien d’un autre recours, celui formé par l’UDC du Valais romand. Cela est vrai. Mais est vrai aussi le fait que l’on voit mal le Tribunal fédéral accorder l’effet suspensif à un recours formé avant la décision d’assermentation. Le match entre les minoritaires et le parti au pouvoir devient subitement moins spectaculaire. Le suspense est absent et l’échec de l’UDC en procédure pratiquement consommé. Le Grand Conseil n’aura dès lors pas à siéger une fois encore en session extraordinaire. 

En politique, il faut savoir ouvrir sa « big mouth » à bon escient. En l’espèce, cet excès de réactivité a conduit à un rétropédalage duquel n’est pas exclu un zeste d’irréflexion et de bêtise. 

Sachons toutefois être compatissant devant cette situation, car nous ne sommes pas à l’abri non plus d’une telle cacophonie. 

Bonjour à tous les rétropédaleurs du Valais !

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, mention gestion d'entreprise, licencié en droit, avocat, notaire, je suis père de sept enfants et je travaille depuis plus de vingt ans à Sion comme avocat, après avoir été greffier cinq ans au sein du Tribunal cantonal. Je suis un ami de la psychanalyse, des livres, des journaux, du sport et de la justice.

10 pensées sur “JERÔME D., LE RETROPEDALEUR

  • 5 avril 2017 à 9 h 07 min
    Permalink

    Au vu du passif du monsieur, irreflexion et bêtise lui vont assez bien.

  • 5 avril 2017 à 9 h 51 min
    Permalink

    Ouais Desmeules effectivement, je crois que c’est râpé c’t’affaire, parce que, entendu hier soir à la tv par un certain Rouiller que le TF ne peut pas ordonner le revotage, et qu’une telle décision ne peut venir que de l’intérieur des frontières du Valais (du « clan » au pouvoir, celui qui a gagné…), ne rêvons pas éveillés que ce clan puisse admettre (comme le disait encore le Rouiller précité) que si des irrégularités ont été constatées, il puisse y en avoir bien plus qui n’auraient pas été constatées elles en parallèle, et que de ce fait le revotage puisse se légitimer.

    Ou alors il faut lui mettre une lampe dans la gueule et des claques si on veut qu’il le dise…

    Mais paraît que c’est interdit.

    On n’a plus le droit aujourd’hui de punir les menteurs, voleurs, pourris de tous poils, corrompus en tous genres et riches plein de fric qui en usent les services. C’est la société progressiste. Le Système.

    • 5 avril 2017 à 19 h 36 min
      Permalink

      Rouiller ? Le type considérant comme de l’intérêt public les frasques des maquereaux des cimes blanches ?

      • 5 avril 2017 à 21 h 28 min
        Permalink

        Oui celui-là; mais là il peut être crédible parce qu’on lui demandait pas de réfléchir comme dans l’affaire des cimes mais juste de réciter ce que dit la loi sur les recours.

        Alors là on peut bien le croire.

        Quoi que d’un autre côté il a laissé une sacré bonne lueur d’espoir (quand à ce que TF puisse quand même ordonner le revotage) parce qu’il a conclu tout son speech en disant: « C’est comme ça que ça se passera . . . . SI LES JUGES DE MONREPOS SONT DES GENS SERIEUX ET COMPETENTS »..

        Bin si on en juge par lui (qui sort cette « école »), on a de bonnes chances de revoter . . . . (pour ne pas dire la certitude même…).

        (Juste dommage (petit détail de rien du tout à l’attention de l’ex juge) qu’aucun recours n’a été déposé au TF)
        (Et on se demande bien pourquoi il en parle d’ailleurs donc…
        (pour l' »intérêt public » ? probablement… (C’est une notion qui lui tient beaucoup à cœur, Même si manifestement il n’y comprend rien… une fois de plus).

  • 5 avril 2017 à 10 h 24 min
    Permalink

    Dans 4 ans, débâcle UDC au Grand Conseil assurée, comme à Neuchâtel.

    C’est écrit, et signé Jérôme Desmeules et Grégory Logean.

    La plupart des gens n’aime pas les mauvais perdants.
    La plupart des gens n’aime pas les xénophobes.
    La plupart des gens n’aime pas les cons.

    Alors quand il y a cumul des fonctions….

    • 5 avril 2017 à 19 h 34 min
      Permalink

      Calme-toi El Pistolero !

      • 5 avril 2017 à 21 h 33 min
        Permalink

        Jeunevalaisan, avouez que les stratèges de l’UDC se sont plantés sur toute la ligne durant ces élections.

        Ils (vous ?) ont (avez ?) perdu, et c’est dans la défaite que l’on reconnait la valeur des hommes.

        Et aujourd’hui, leur comportement dans la défaite me fait dire qu’avec ce genre de stratège, c’est perdu d’avance.

        A bon entendeur 😉

      • 6 avril 2017 à 8 h 13 min
        Permalink

        ouais on dirait que l’UDC est devenu le peuple juif de la suisse isn’t it ?

        • 6 avril 2017 à 9 h 38 min
          Permalink

          Non, l’UDC est l’UDC.
          Mais comme au PDC, il y a deux courants : un courant conservateur et un courant xénophobe (qu’il faut dénoncer sans relâche tant c’est inacceptable).
          Heureusement, au niveau suisse, le courant conservateur est encore majoritaire.
          Dommage que ce ne soit pas le cas en Valais romand.

        • 6 avril 2017 à 11 h 41 min
          Permalink

          Je savoure l’ironie du propos marcellien! Dans ce cas vivement l’exode! Si l’on file la métaphore on pourrait même donner le rôle du pharaon à Christophe Darbellay. L’impiété valaisanne mériterait-elle les 7 plaies d’Egypte?

Commentaires fermés.