AFFAIRE DOMINIQUE GIROUD. ON PEUT ÊTRE CAFETIER ET AIMER LA MUSIQUE CLASSIQUE - L'1dex

AFFAIRE DOMINIQUE GIROUD. ON PEUT ÊTRE CAFETIER ET AIMER LA MUSIQUE CLASSIQUE

La RTS n’a donc pas trouvé grâce aux yeux du Tribunal fédéral. Son crime ? Avoir fait comprendre aux citoyens qu’un opposant à l’avortement pouvait savoir mélanger des vins différents dans ses cuves et qu’un soldat combattant l’homosexualité pouvait être aussi un fraudeur fiscal massif. Le Tribunal fédéral a même osé écrire qu’on ne voit pas en quoi l’opinion de Dominique Giroud sur ces thèmes aurait un quelconque lien avec le sujet du reportage, à savoir le marché suisse des vins et sa surveillance.

 

À suivre ce raisonnement, ne pourrait-on plus dire que Ronaldo est un footballeur lorsque l’on évoque le blanchiment fiscal commis par Cristiano ? Ne pourrait-on plus écrire que Johnny est un chanteur lorsque l’on évoque les subtilités testamentaires en droit français ? Avons-nous encore le droit de dire qu’être conteur à succès ne fait pas de Joe Dicker un homme de lettres ? A-t-on le droit de dire d’une femme captatrice d’héritage qu’elle est aussi mère adoptive ? A-t-on le droit d’écrire qu’un organisateur de choucroute géante est aussi un piètre gestionnaire en ressources humaines ? A-t-on le droit de dire qu’une conseillère nationale se moque de la justice lorsqu’elle veut interdire dans un article critique l’utilisation d’un sobriquet qu’elle-même a utilisé dans sa propre campagne électorale ?

 

Avec cette décision d’une étourdissante légèreté, le TF s’approche de cette pratique journalistique égyptienne consistant à expulser d’une émission médiatique un invité ne croyant pas en Dieu au motif qu’il commettrait ainsi un acte contre la morale publique ?

 

Que penser du Tribunal fédéral ? Je m’en voudrais de me répéter : lisez La vérité sur l’affaire Alain Cottagnoud et vous verrez à la fin du livre avec quelle facilité une autorité pratiquant l’arbitraire transforme un plafond blanc en plancher noir !

 

Résumons et informons : Dominique Giroud est contre l’avortement, il est contre les homosexuels, il est en faveur du mélange des vins et il est favorable à la fraude fiscale massive.

 

Et rappelons au Tribunal fédéral que l’homosexualité n’appartient pas à la sémantique de la fiscalité, que l’avortement ne se pratique pas à l’intérieur d’une cuve et que l’on peut être gay et payer ses impôts !

 

On peut même être magistrat et me pas pratiquer la justice.

 

On peut enfin être cafetier et aimer la musique classique sans être un délinquant.

 

Bonjour à ces quelques magistrats qui agissent encore en équité et avec le souci du bon sens !

 

Et si vous avez plus confiance à L’1Dex qu’au Tribunal fédéral, n’hésitez pas à nous soutenir :

 

 

Cliquez ici : Pour commander le magazine uniquement

Cliquez ici : Pour vous abonner au blog et recevoir le magazine

 

 

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, avocat, notaire, rédacteur en chef de L'1Dex (1dex.ch).

12 pensées sur “AFFAIRE DOMINIQUE GIROUD. ON PEUT ÊTRE CAFETIER ET AIMER LA MUSIQUE CLASSIQUE

  • 7 mars 2018 à 9 h 30 min
    Permalink

    Bravo, brillant! Envoi en courrier recommandé aux juges du TF ? Ou autant pisser dans un violon ?

  • 7 mars 2018 à 11 h 00 min
    Permalink

    Peut être que certains ont un peu trop lu l’

    • 7 mars 2018 à 11 h 26 min
      Permalink

      Oups mon message a été envoyé par un malheureux raccourci clavier.
      Peut être que certains journalistes ont un peu trop lu ce blog à tendance laïcarde … Peut être que les exigences de l’1dex ne sont pas les mêmes que la RTS ?

      Bref peu importe, je suis d’avis qu’il faut « regarder au delà du cercle » dans cette histoire. Une approche holistique d’ensemble paraît nécessaire. Le monde du vin est sûrement bien plus complexe et la question que je me pose depuis un moment est celle-ci : est-ce que Giroud ne serait-il pas un bouc émissaire ? une personne dérangeante pour certains intérêts dominants ?
      Il ne faut pas oublier que le milieu de la vigne et du vin était un champ de bataille économique bien avant l’affaire Giroud et que les prix du raisin motivent nettement moins les filles/fils de vignerons d’hériter le domaine que les encaveurs. Dans ce contexte, Giroud avait une politique de prix plus intéressante pour les vignerons que certains gros encaveurs. Et voici que sort récemment cette histoire extraordinaire de cartel chez d’importants encaveurs valaisans. Un cartel visant à limiter vers le bas le prix du kilo de raisin acheté au vigneron ne croulant déjà pas sur l’or. Que faire alors quand un gulu comme Giroud veut décider tout seul de payer plus cher la vendange ? Quelle peuvent être les stratégies d’un cartel dominant face à ce genre de brebis galeuse ?

      • 7 mars 2018 à 11 h 33 min
        Permalink

        Cette thèse est clairement de nature complotiste. Poursuivons la route : ce sont tous les autres vignerons qui ont contraint Giroud à frauder le fisc, à se tromper de raisin, à haïr les homos et à croire au caractère criminel de tout avortement. La conclusion est alors simple : que la prochaine constituante décide de nommer à vie un gouverneur unique et que le choix se porte toujours sur un vigneron.

        • 7 mars 2018 à 11 h 48 min
          Permalink

          Pas vraiment, cette histoire de cartel est officielle et puis je me souviens peut être davantage du discours anthologique de Maurice Tornay sur l’affaire Giroud : « Il n’est pas le seul a avoir agit de la sorte ». Cette parole avait étonnement pas eu d’échos dans les médias… Bizarre non ? Puisque chacun de ses mots étaient analysés à l’époque.

        • 7 mars 2018 à 12 h 40 min
          Permalink

          Non.
          La politique c’est la gestion du BIEN .. public. Pas de la PENSEE publique. Et ainsi autant la RTS possède-t-elle tous les droits (et si ce n’est presque même le DEVOIR) de tout dire sur Giroud sur le plan de la fiscalité, autant n’a-t-elle rien à rapporter sur le plan ses idées personnelles. Il est des exceptions, bien sûr comme toujours, mais ici elles ne sont pas de mise, le mélange des côtés public et privé de l’individu n’apporte qu’une pollution médiatique intellectuelle (inutile) de plus.
          Intéressons nous plutôt (et la RTS d’investigation ici si l’émission est trop courte…) à l’intrigante question de RP ci-dessus, je la (ré)cite: est-ce que Giroud ne serait-il pas un bouc émissaire ? une personne dérangeante pour certains intérêts dominants ?
          Et on laissera alors les opinions personnelles de l’encaveur pour Facebook

          • 8 mars 2018 à 13 h 51 min
            Permalink

            Excellent !

          • 8 mars 2018 à 18 h 38 min
            Permalink

            M. Giroud à affiché très publiquement sont aversion de l’homosexualité lorsqu’il partait en campagne contre la GayPride. Du coup c’est plus une idée personnel privé mais bien public. Il faisait la une du NF.
            Est-il bouc émissaire ou une personne dérangeante? En fraudant le fisc massivement, je vois pas trop comment. Il paye ses impôts et se conforme au loi.
            Dans le cas présent, je pencherais plus pour un chouchou des puissants qui s’entire à bon compte.

  • 8 mars 2018 à 12 h 11 min
    Permalink

    Je dois dire que j’ai été choquée par le jugement du TF ! Le lien me semble pourtant évident : montrer la double morale de Dominique Giroud, soit-disant bon catholique quand il défend la morale de l’église : contre l’avortement avec des affiches plus qu’insultantes (qui lui ont valu une condamnation), contre l’homosexualité (pourtant reconnue par la loi dans le pacte) , mais qui s’autorise des pratiques illégales quand cela lu rapporte des millions (coupages et fraude fiscales).

  • 8 mars 2018 à 19 h 39 min
    Permalink

    Expérience faite.
    Malheureusement, il peut arriver que le TF induit en erreur par une inique décision du TC vs, dont se prévaut un lâche, prononce un jugement qui n’est pas le reflet de la vérité!
    La démonstration est aisée à faire …

    • 8 mars 2018 à 19 h 41 min
      Permalink

      La démonstration de cette vérité a été faite à maintes reprises !

      • 8 mars 2018 à 21 h 38 min
        Permalink

        Je fais référence à un autre dossier, dont la vérité des faits a été établie par un tribunal d’un autre canton et ressort d’éléments relevants. Un dossier pour lequel la messe n’est pas encore dite. Une démonstration factuelle.

Commentaires fermés.