JUSTICE. VANDALISME PROFESSIONNEL D'AVOCAT(S) - L'1dex

JUSTICE. VANDALISME PROFESSIONNEL D’AVOCAT(S)

Le Tribunal fédéral, dans un arrêt non encore publié, vient d’autoriser un avocat valaisan, sédunois de souche, à acquérir, via une société anonyme, des créances détenues par des tiers contre un ancien client, dont il a eu connaissance à travers son mandat, et de poursuivre ainsi son ancien mandant, puis de le faire condamner à payer son dû à la sienne de SA. C’est ainsi que Monsieur S. va débourser la somme de quelque 175’000 francs à une SA contrôlée par son ancien avocat. Me Edmond P. (1), parfaitement assisté en sous-main par un avocat martignerain réputé, Me Z. (3), expérimente ici les limites de l’Etat de droit et l’inutilité d’invocation des règles déontologiques. La brillante démonstration faite dans le recours qui a été rédigé n’a à l’évidence pas assez convaincu le Tribunal fédéral, dont on se réjouit déjà de lire les considérants.

Si un journaliste d’investigation voulait se lancer dans le dossier, je ne lui conseille ni d’interroger la Bâtonnière de l’Ordre des Avocats Valaisans, Me Carole Ambord, proche de l’étude de son confrère concerné, ni la rédaction en chef du Nouvelliste, Gilles Berreau pouvant alors perdre certaines de ses sources d’information les plus mauvaises, s’il venait à trop parler.

L’histoire pourrait s’arrêter ici s’il n’y avait eu encore à décrire le comportement « victorieux » de l’homme de loi si remarquable dans l’application concrète des règles de déontologie (2) qu’il transmet à ses stagiaires. En effet, après avoir imparti un unique délai échéant ce lundi à sa victime pour payer son dû, voici que le singe (cf. références ci-dessous), accompagné de sa femme, profite de la douceur printanière pour insulter, de son balcon, dans sa résidence d’été, son voisin, et de se moquer, avec un rire mauvais, de sa dame. Est-il besoin d’ajouter au lecteur de L’1Dex que le voisin est … son débiteur !

Que fait la Chambre de surveillance des avocats ? Rien.

Le débiteur victime a même été condamné en première instance pour dénonciation calomnieuse. Le Tribunal cantonal n’a toutefois pas poussé la plaisanterie jusqu’à confirmer la condamnation du pauvre homme, même s’il a su rédiger un jugement civil inattaquable devant le Tribunal fédéral. Mais qui dira que la justice sort grandie de cet épisode ?

L’épouse du « condamné » eut la réaction d’une femme noble : « Tu te rends compte, chéri, cette personne se dit avocat. Avec une telle attitude, comment est-ce possible ? » Chère Madame, je vous encourage à écrire à la Chambre de surveillance des avocats, mais n’oubliez pas de m’envoyer une copie de votre lettre pour embellir ma collection. Je saurai la transmettre aux bonnes personnes.

Bonjour à tous ceux qui développeront leur culture déontologique (2) en lisant les références ci-dessous, pas sans lien avec l’acte de vandalisme professionnel décrit aujourd’hui àL’1Dex !

 

 

Note (1) : Me Alain Cottagnoud a dû abandonner le mandat. Devinez pourquoi !

Note (2) : La Tsalline et son avocat ont expérimenté la qualité du respect des règles déontologiques par la partie adverse (pour certaines études, le Tribunal cantonal accepte qu’un avocat puisse être simultanément notaire puis adversaire de même client !)

Note (3) : connu de la rédaction

 

Post Scriptum I : qui fait passer les examens d’avocat aux stagiaires désireux de se lancer dans cette profession ?

Post Scriptum II : à l’évidence (cf. références ci-dessous), le Tribunal fédéral ne lit pas L’1Dex. Personne ne peut contraindre l’autorité à s’informer aux bonnes sources !

 

Précision sémantique :

Mauvais, dans l’acception du terme utilisé ci-dessus :

  • Qui aime faire du mal, qui cherche à nuire, qui manifeste cet état d’esprit : Il est mauvais comme la gale. Un sourire mauvais.
  • Qui est contraire à la loi, à la morale : Commettre une mauvaise action.Un mauvais garçon.

 

Question juridique à l’attention des avocats stagiaires du canton :

Le client est-il autorisé, pour qualifier le comportement de son ancien avocat de le qualifier de crevure ?

Crevure :

Personne abjecte, individu qui a des sentiments bas et est capable des pires actions.

 

Références :

 

 

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, avocat, notaire, rédacteur en chef de L'1Dex (1dex.ch).

2 pensées sur “JUSTICE. VANDALISME PROFESSIONNEL D’AVOCAT(S)

  • 14 mai 2018 à 9 h 16 min
    Permalink

    Le cas Carole Ambord ! Je ne suis pas tenu au secret de fonction . Inertie rieuse est tu la ?

    Répondre
  • 14 mai 2018 à 12 h 23 min
    Permalink

    Les avocats sont tellement bien protégés que tout est permis. ela concerne tous les cantons romands.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *