Petit manuel à l’usage de l’optimisation de la compréhension du crétinisme assumé – Le « logeanisme » en quatre points !

0234L’affaire Legrix monopolise l’attention des médias depuis plusieurs jours, en raison non seulement de la gravité des faits reprochés au principal intéressé, qui s’enferre dans un déni qui ne l’honore pas,  mais également parce que la réaction de l’exécutif municipal de La Chaux-de-Fonds a été radicale (et non gauchiste !) : destitution du conseiller en question, dans l’attente de sa (très hypothétique) démission.

C’est dans ce contexte que Grégory Logean, « député valaisan », un élu, un frère de sang donc,  s’invite dans l’arène (lire son commentaire ici) et nous incite, fort aimablement par ailleurs, à entrer dans son mode de pensée.

Décryptage.

Le logeanisme est un système courageux, qui ne craint rien, surtout pas le ridicule de situation : il  opère avec maestria le renversement des rôles. Le seul crime de Legrix serait «  de mettre les gens au travail, de suivre de près les dossiers ou de rappeler à l’ordre l’un ou l’autre fonctionnaire ». Il avance pour preuve, qu’ « il n’y a eu ni jugement, ni condamnation qui incriminerait l’élu du peuple ou ses méthodes ». Ce faisant, le logeanisme, quelque peu amnésique et certainement daltonien,  oublie qu’il existe cinquante nuances de gris … mettre les gens au travail, oui, mais en y mettant les formes … attendre un jugement, oui, mais l’attendre quelques années, et dans l’intervalle, suspendre. Parce qu’en premier lieu, n’en déplaise à tous les petits chefs, l’exécutif se doit de protéger les victimes.

Après avoir donc « clairement » établi le sacro-saint credo de Legrix (je travaille donc je suis), le  logeanisme privilégie, avec la plus grande probité, le déni de la réalité. Quoi, quoi, quoi, on démettrait un élu du peuple « sur la base d’un simple petit audit » ? L’un des conseillers municipaux évoquait une quarantaine de collaborateurs questionnés sur le sujet … à quarante contre un, un bookmaker avisé, il est vrai,  n’hésite pas. « Un audit confidentiel, donc, dont les conclusions et les témoignages paraissent d’ores et déjà douteux » ! Le Matin Dimanche du jour (p. 14 et 15, ainsi que l’éditorial de Ariane Dayer), dévoile les problèmes rencontrés par Legris dans deux entreprises, qui lui ont reproché des pressions et un comportement inadéquat. Mais qu’importe, fermer les yeux, et s’enferrer ou s’enterrer, prône le logeanisme.

Et pourquoi cela ? la réponse ne peut apparaître que dans son évidente clarté : l’élu est l’élu, rappelle le Député, autre élu, créateur du logeanisme clairvoyant. L’élu bénéficie par conséquent de tous les droits, l’élu ne peut être que la victime, l’élu ne peut mal se conduire. Legrix, toujours selon Le Matin Dimanche, aurait évoqué sa mission divine (Seigneur, Dieu le guide !), des voix qui lui parlent, et sa conviction profonde : un élu bénéficie de l’impunité, puisqu’il est élu. On ne peut condamner tout un peuple, on ne peut priver le peuple de son pain quotidien ! Le logeanisme s’assied donc bien confortablement sur la démocratie qui pourtant, avant d’octroyer des droits, exige le respect du droit. Notamment celui concernant les travailleurs : est illicite tout comportement qui porte atteinte à leur personnalité, à leur intégrité physique ou psychique. Exit le spirituel à trois francs six sous, et bienvenue dans le monde réel : le servage a disparu dans les années 1870.

Enfin, le logeanisme souffre d’une double paranoïa. Une paranoïa primaire (il s’agit ici d’un « coup d’Etat »), aggravée par sa sœur jumelle, la paranoïa secondaire (« un coup d’Etat anti-démocratique rondement mené par la majorité de gauche »). Là réside « le vrai scandale ». Cette pathologie peut parfois s’accompagner de troubles annexes, comme la cécité : « les électeurs de la Chaux-de-Fonds n’ont-il pas élu M. Legrix pour ses qualités d’homme engagé ? ». Peut-être aurait-il fallu envoyer ces honorables citoyens en stage, nul  doute que leur opinion s’en serait trouvée quelque peu altérée. Quoi qu’il en soit, le propre du logeanisme est de politiser une affaire qui n’a pas à l’être, et de stigmatiser un autre parti : il est vrai que condamner un élu de son propre camp demande un certain courage, accompagné d’une lucidité qui semble cruellement manquer à ce système.

Quoi qu’il en soit, il semble évident que Grégory Logean doit réviser son droit, remettre en perspective la question de la responsabilité et des devoirs d’un élu … et réviser ses classiques : il y a trois ans, Oskar Freysinger a su réunir toutes les grandes figures de la politique romande, tous partis confondus (motion 10.4054 – Norme pénale contre le harcèlement psychologique), pour déposer une motion visant à pénaliser le harcèlement.

Personnellement, je vote pour la fessée.

11 pensées sur “Petit manuel à l’usage de l’optimisation de la compréhension du crétinisme assumé – Le « logeanisme » en quatre points !

  • 25 août 2013 à 10 h 43 min
    Permalink

    Ce n’est pas l’UDC qui a demandé il y a peu la réintroduction de la fessée ? Mais bon, de là, à vouloir fesser Grégory, il y a un pas ! Certains récalcitrants, après une bonne fessée, ne reviennent pas sur le droit chemin. Alors, ensemble, prions simplement le Seigneur !

  • 25 août 2013 à 11 h 24 min
    Permalink

    Oh que c’est bien dit!

    Je ne suis pas favorable à la fessée. Dénoncer et encore dénoncer la malhonnêteté intellectuelle, l’exclusion,la haine d’autrui est un devoir de citoyen.

    Aliocha propose de prier. En ce qui me concerne, je conseille à Grégory Logean de consommer du sel iodé. C’est bon pour le crétinisme 😉

  • 25 août 2013 à 13 h 57 min
    Permalink

    Je ne suis pas certain d’avoir compris ce qui est proposé à titre de punition devant de sanctionner la faute crétine : une fessée publique ou une fessée privée ?

    • 25 août 2013 à 14 h 23 min
      Permalink

      Une fessée publique!

  • 25 août 2013 à 18 h 45 min
    Permalink

    Arrêtez de le flinguer !

    Je le veux à Berne avec Reynard.

    Un homo-critique et un judéo-critique ça fait la paire !

    • 25 août 2013 à 20 h 20 min
      Permalink

      Oui mais Freysinger ne veut pas de Logean 😉

  • 25 août 2013 à 21 h 00 min
    Permalink

    Ceci , dit nous autres simples cytoyens , cytoyennes , mais encore que
    gloriole ne dise ..

    Il y a de nombreuses annees , j ai eut 20 ans un jour , il y avait alors
    une ambiance dirais je empreinte de classe , a savoire l air du temps d
    alors etait bel a vivre , meme que ce me semble , des gens habite d un peu
    plus de sagesse , mais non de soap operas de mauvais gout .

    Lire certaines presses , c est devenu une prouesse , je pense pas que les
    gens ont besoin d incessantes affaires telles que celle ci , quoi qu en
    soit les tenants et les aboutissants .

    Et puis sortire du bois , avec le pretexte d un tres mauvais vaudeville ,
    deletere , ce me semble coutumier , de cette mentalite d on ce serve la
    presse a cultiver cet esprit de mauvais gout , ( figuratif ) et de faire
    vendre de telles salades , brodees en rajout de mauvais ragout , que meme
    cochonaille fuyerait . Miss Peggy ( Muppets shows ) en serait outree ….

    Sauf mon respect pour ces victimes mais la lumiere de cette affaire , ces
    soap operas en mode , de chez mode , …Et qui les cultives ? et de
    quelles publicites s agit t il ? Mais a quoi cela sert t il ? Point
    personne n est vise ICI ! C est juste une reflexion , la classe ca ce perd
    de nos jours , et il serait bon de la redefinire en politique avec les
    exemples qui ne manques pas dans l histoire Suisse .

    WHY ???

    r p –

  • 26 août 2013 à 9 h 08 min
    Permalink

    La fessée surtout pas. Il en jouirait. plutôt un bonnet d’âne et au coin avec du scotch sur la bouche.

  • 26 août 2013 à 9 h 41 min
    Permalink

    Grégory Logean, sans le savoir, appartient à la catégorie de ces avocats champions des formes qui jamais ne veulent que quiconque se prononce sur le fond.

    Bravo donc à ces conseillers municipaux de La-Chaux-de-Fonds qui ont choisi d’apaiser la souffrance sur le lieu de travail, source de coûts sociaux que l’UDC veut bannir.

    L’incohérence est une autre des caractéristiques du logeanisme.

Commentaires fermés.